Air France autorise désormais le Bluetooth à bord de ses avions

Tout ça pour ça
Air France autorise désormais le Bluetooth à bord de ses avions
Crédits : SolStock/iStock

Vous pouvez désormais utiliser le Bluetooth à bord des avions Air France. Après un remue-ménage autour de cette interdiction début juin, la société a décidé de faire volte-face.

Début juin, c'était l'effervescence sur Internet : Air France confirmait l'interdiction d'utiliser des casques Bluetooth dans ses avions. Comme nous l'avions alors expliqué, cela n'avait rien de nouveau et c'était déjà le cas depuis plusieurs années. On retrouvait d'ailleurs cette interdiction dans le guide du voyageur d'Air France depuis au moins fin 2014.

Bluetooth autorisé à bord...

Depuis la situation a changé : « le Bluetooth est officiellement autorisé à bord de l'ensemble de nos flottes à compter de ce jour » indique la société sur son compte Twitter. Cette annonce fait suite à un autre tweet de Pascal Roussel cette fois-ci, qui se présente comme un pilote d'A330/A340 et qui annonçait également la levée de cette interdiction.

Contacté par nos soins, le service presse d'Air France nous confirme qu'il est désormais possible d'utiliser le Bluetooth à bord de ses avions. Le guide (terrien) du voyageur vient d'ailleurs d'être mis à jour aujourd'hui même. Il précise désormais que « vos appareils utilisant la technologie Bluetooth (casques audio, montres, etc.) sont eux aussi autorisés à bord ».

... le Wi-Fi toujours interdit, sauf sur certains avions

Il est aussi indiqué que « les autres appareils électroniques (lecteurs de musique, consoles de jeux, etc.) sont également autorisés à bord, à condition de désactiver le Wi-Fi (sauf sur les avions équipés d'une connexion Wi-Fi) ».

La société n'a par contre pas pu nous donner de détail supplémentaire pour le moment, notamment sur les motivations qui l'ont poussé à changer sa politique. Nous attendons également des précisions concernant le cas des compagnies HOP ! et Transavia qui appartiennent à Air France. Nous mettrons à jour cette actualité lorsque nous aurons pu obtenir des précisions.

Air France Bluetooth

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

86 commentaires
Avatar de jpaul Abonné
Avatar de jpauljpaul- 31/07/17 à 17:35:32

En même temps, c'était un peu inapplicable comme interdiction.

Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 31/07/17 à 17:36:48

Oui et donc il vaut mieux légaliser, comme le meurtre d'ailleurs.

Argumentation_de_fou/10.

Avatar de jpaul Abonné
Avatar de jpauljpaul- 31/07/17 à 18:04:55

C'était une simple remarque. Contrairement au meurtre, le bluetooth utilisé dans les milliers d'avions qui volent tous les jours, n'a jamais tué personne.

Avatar de defkornes INpactien
Avatar de defkornesdefkornes- 31/07/17 à 18:05:49

Ce genre de règles relèvent surtout du principe de précaution sans qu'aucune étude ne se soit jamais prononcée sur le sujet.

Comme le téléphone en avion, au début fallait éteindre, après il fallait l'éteindre pendant les phases de décollage et atterrissage et maintenant il faut le mettre en mode hors ligne, on parle de bientôt pouvoir le laisser normal.

Ça ressemble un peu aux dispositifs sensibles ces mesures, vu qu'on sait pas, on interdit et attend de voir le retour d’expérience de cette techno.

Et pour ta réaction, oui c'était inapplicable et ils voient bien au bout de 10ans que ça n'a aucune incidence alors pourquoi l'interdire?

Avatar de nikon56 INpactien
Avatar de nikon56nikon56- 31/07/17 à 18:15:43

defkornes a écrit :

Ce genre de règles relèvent surtout du principe de précaution sans qu'aucune étude ne se soit jamais prononcée sur le sujet.

Comme le téléphone en avion, au début fallait éteindre, après il fallait l'éteindre pendant les phases de décollage et atterrissage et maintenant il faut le mettre en mode hors ligne, on parle de bientôt pouvoir le laisser normal.

Ça ressemble un peu aux dispositifs sensibles ces mesures, vu qu'on sait pas, on interdit et attend de voir le retour d’expérience de cette techno.

Et pour ta réaction, oui c'était inapplicable et ils voient bien au bout de 10ans que ça n'a aucune incidence alors pourquoi l'interdire?

pour le portable (IE le gsm en fait), c'est surtout que cela perturbait les com des pilotes avec l’extérieur. alors que le BT / wifi ne le font pas.
c'est de moins en moins vrai d’ailleurs car les avions sont désormais équipes en conséquence soit d'origine soit lors de leurs rénovations, donc avec le temps, le nb d'avion sensible a cela diminue, au point ou bientôt cela n'aura plus d'importance.

Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 31/07/17 à 18:17:05

jpaul a écrit :

C'était une simple remarque. Contrairement au meurtre, le bluetooth utilisé dans les milliers d'avions qui volent tous les jours, n'a jamais tué personne.

Ce n'est pas une raison :)
Fumer dans un avion n'a tué personne il me semble...
Tant que l'avion n'est pas certifié "bluetooth compliant" par le fabricant mais aussi par les autorités, alors le bluetouth doit être interdit.

Le fait que ce ne soit pas facilement applicable n'est pas une raison pour autoriser le bluetooth. Ce sont les tests, validations et certifications qui permettent de l'autoriser.

defkornes a écrit :

Ce genre de règles relèvent surtout du principe de précaution sans qu'aucune étude ne se soit jamais prononcée sur le sujet.

Comme le téléphone en avion, au début fallait éteindre, après il fallait l'éteindre pendant les phases de décollage et atterrissage et maintenant il faut le mettre en mode hors ligne, on parle de bientôt pouvoir le laisser normal.

Ça ressemble un peu aux dispositifs sensibles ces mesures, vu qu'on sait pas, on interdit et attend de voir le retour d’expérience de cette techno.

Et pour ta réaction, oui c'était inapplicable et ils voient bien au bout de 10ans que ça n'a aucune incidence alors pourquoi l'interdire?

Euh, ma remarque était sur l'argumentation, pas sur le fait que le bluetooth tue Je suis bien content moi même de cette levée d'interdiction.
Et pour info, le téléphone coupé et rangé au décollage et atterrissage c'est surtout pour éviter les ovni dans la cabine en cas de procédure d'urgence

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 31/07/17 à 18:32:14

De ce que j'ai compris le Bluetooth, wifi et compagnie peut potentiellement brouiller les communications dans l'appareil. Après je sais pas si ça à une influence avec les communication au sol. La sécurité d'un avion c'est pas la même chose qu'un vélo ^^. 3 type avec du BT ça passe mais 200 passager pas sur, et si le wifi est activé encore moins.

Avatar de jmm Abonné
Avatar de jmmjmm- 31/07/17 à 19:05:11

Il y a déjà eu des incendies à bord d'avions, à cause de cigarettes. Par exemple : Vol 820 Varig.

Avatar de Poppu78 INpactien
Avatar de Poppu78Poppu78- 31/07/17 à 19:17:38

Euh ben si c'était parfaitement applicable... Si tu vois un passager avec un casque sans fil, tu peux lui demande de l'enlever.
Et tu peux aussi simplement demander à une hôtesse, après l'application des consignes de sécurité mais avant le décollage, de vérifier avec son propre téléphone s'il y a des équipements bluetooth visibles (ok elle ne verra pas ceux qui se cachent, mais ça en fait déjà pas mal...)

Avatar de KP2 Abonné
Avatar de KP2KP2- 31/07/17 à 19:48:41

skankhunt42 a écrit :

De ce que j'ai compris le Bluetooth, wifi et compagnie peut potentiellement brouiller les communications dans l'appareil. Après je sais pas si ça à une influence avec les communication au sol. La sécurité d'un avion c'est pas la même chose qu'un vélo ^^. 3 type avec du BT ça passe mais 200 passager pas sur, et si le wifi est activé encore moins.

Comme toujours : c'est pas le nombre d'émetteurs qui augmentent le risque. Ni pour la santé ni pour d'autres émetteurs.
Si t'as 200 personnes sur 10m2 qui émettent en BT, ça crée juste plein d'interférences. Rien de plus.

Mais comme les communications dans les avions se font sur des fréquences différentes du BT, ça ne pose aucun problème.
Le blocage sur les avions est le même que sur les stations d'essence ou les hôpitaux : des règles de précaution faites au début des années 2000 quand les mobiles se sont propagés sans aucune étude et qui sont restées bêtement car personne n'osait prendre la responsabilité de les abroger "au cas où".
Sauf qu'en 15ans d'usage généralisé bravant les interdits, il a bien fallut se rendre à l'évidence qu'aucune station au monde n'a jamais explosé, qu'aucun respirateur artificiel n'a gonflé un patient comme une baudruche et aucun avion ne s'est crashé a cause d'un appel mobile...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact