Air France autorise le Bluetooth sur toutes les phases de vol, mais pas par tous les temps

Et la fin du mode avion, c'est pour quand ?
Air  France autorise le Bluetooth sur toutes les phases de vol, mais pas par tous  les tempsCrédits : code6d/iStock

Trois ans après la fin des restrictions imposées par l'EASA, Air France saute le pas et autorise le Bluetooth à bord de ses avions... sauf dans certains cas précise la société. Pour arriver à cela, elle a dû montrer patte blanche auprès des autorités compétentes.

Il y a quelques jours, Air France annonçait que le Bluetooth était désormais autorisé à bord de ses avions, alors que ce n'était officiellement pas le cas auparavant. La société ne donnait par contre aucune explication technique sur ce changement de politique. Contactée par nos soins, elle s'explique (un peu).

Toutes les phases de vol (gate to gate)... sauf en cas de visibilité réduite

Tout d'abord, le service presse nous indique que « cette autorisation est accordée durant toutes les phases du vol (Gate to Gate), à l'exception d'approches et d'atterrissages en condition de faible visibilité ». Interrogé sur cette limitation, Air France nous précise qu'il s'agit d'une mesure de précaution de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA).

Elle existe depuis de nombreuses années et est régulièrement appliquée durant la période hivernale ajoute le transporteur. En cas de faible visibilité, l'agence européenne recommande ainsi d'« éteindre tous les appareils électroniques à bord », ce qui coupe de facto le Bluetooth. Il ne s'agit donc pas d'une limitation directement en lien avec le Bluetooth, mais simplement d'appliquer une règle plus générale.

Une possibilité offerte par l'EASA depuis près de trois ans

Air France nous explique ensuite que la décision d'autoriser le Bluetooth a été prise car le niveau d'émission des ondes est « très faible » avec une « absence de perturbations électromagnétiques sur les systèmes et équipements avions ».

Dans la pratique on pouvait déjà s'en douter, tant cette règle n'était parfois pas respectée. En effet, si les communications (Wi-Fi, cellulaire, Bluetooth, etc.) d'un smartphone devaient avoir des conséquences dramatiques dans un avion, l'application des règles et les contrôles du personnel de bord serait à n'en pas douter bien plus stricte qu'actuellement.

Quoi qu'il en soit, Air France a donc engagé des « échanges » avec l'EASA et effectué une démonstration réglementaire et technique. Suite à cela, « l'EASA et plus particulièrement la Direction Générale de l'Aviation Civile française (DGAC) ont validé l’utilisation du Bluetooth à bord de l'ensemble de nos avions ».

Pour rappel, l'Agence européenne a levé les restrictions sur l'usage des appareils électroniques dans les avions en septembre 2014 déjà, et ce, durant l'ensemble du voyage (décollage et atterrissage  compris).

Il s'agissait alors d'une porte ouverte, pas d'une obligation pour les compagnies aériennes : libre à elles de décider ou non d'autoriser l'utilisation des PED (Portable Eletronic Devices) dans leurs avions. Pour cela, elles doivent par contre passer par un processus d'évaluation « afin de garantir que les systèmes de l'avion ne sont affectés en aucune façon ». C'est donc le cas d'Air France.

Le terminal mobile doit par contre toujours être en mode avion

Cela ne concerne pour le moment que le Bluetooth, pas le Wi-Fi ou la data, alors que l'EASA ne fait pas de distinction entre les différentes technologies. D'ailleurs la société nous précise bien qu'il faut « avoir placé l'appareil électronique en mode avion ». L'application pratique de cette règle ne semble pas très stricte puisque le personnel de bord ne passe pas vérifier si chaque terminal est bien en mode avion. Mais elle permet certainement à la compagnie d'intervenir si elle le juge nécessaire (par exemple si un passager passe un appel en phase de décollage ou d'atterrissage).

Concernant le Wi-Fi ou l'utilisation de la data ? Air France ajoute simplement que la question de l'utilisation des appareils électroniques dans un avion est en constante évolution et qu'elle suit de près le sujet, en partenariat avec l'EASA et la FAA américaine (Federal Aviation Administration). Pour rappel, le Wi-Fi est uniquement autorisé à bord des avions proposant un tel service à bord. Il faut bien avouer qu'il ne représente pas grand intérêt dans les autres cas.

Pour rappel, Air France autorise l'utilisation d'appareils électroniques durant l'ensemble des phases de vols depuis février 2014 (suite à une autorisation de l'EASA fin 2013). La prochaine étape serait donc de supprimer le mode avion, ce qui est permis par l'EASA mais doit encore être mis en place par les compagnies.

Air France n'a par contre pas encore été en mesure de nous préciser ce qu'il en était pour ses compagnies « low cost» Transavia et HOP !. 

  • Introduction
  • Toutes les phases de vol (gate to gate)... sauf en cas de visibilité réduite
  • Une possibilité offerte par l'EASA depuis près de trois ans
  • Le terminal mobile doit par contre toujours être en mode avion
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact