Qualcomm : Quick Charge 3.0 et SoC Snapdragon 820 avec 4G+ à 600 Mb/s

Faut pas espérer atteindre cette vitesse en France...
Qualcomm : Quick Charge 3.0 et SoC Snapdragon 820 avec 4G+ à 600 Mb/s

Qualcomm vient d'annoncer sa technologie Quick Charge 3.0 qui se veut plus rapide et flexible. Dans le même temps, le constructeur en dit un peu plus sur son prochain SoC haut de gamme Snapdragon 820, notamment en ce qui concerne la 4G+ et le Wi-Fi.

Qualcomm propose depuis longtemps une technologie maison permettant de recharger rapidement une batterie : Quick Charge. Alors que la deuxième génération est d'ores et déjà disponible dans plusieurs smartphones (la liste complète est disponible ici), le fabricant présente la version 3.0 qui se veut évidemment plus performante.

Quick Charge 3.0 : encore plus rapide et flexible

Avec Quick Charge 3.0, Qualcomm promet qu'il sera possible de recharger une batterie à 80 % en seulement 35 minutes. Toujours selon le constructeur, cette nouvelle version peut être jusqu'à 27 % plus rapide que Quick Charge 2.0, ou bien elle peut réduire la dissipation de chaleur de 45 % lors d'une charge équivalente. Comparé à Quick Charge 1.0, l'équation est plus simple : les performances sont doublées.

Pour arriver à ce résultat, Qualcomm explique qu'il utilise un algorithme maison, baptisé Intelligent Negotiation for Optimum Voltage (ou INOV), qui permet d'ajuster à tout moment le niveau de puissance de la charge afin de « maximiser l'efficacité ». De plus, alors que Quick Charge proposait des tensions de 5, 9, 12 et 20 volts, la version 3.0 permet une flexibilité bien plus importante avec une plage oscillant entre 3,6 et 20 volts, avec des paliers de 200 mV.

Quick Charge 3.0 sera proposé avec certains SoC (certains sont déjà disponibles, d'autres arriveront plus tard), parfois sous la forme d'une option : les Snapdragon 820, 620, 618, 617 et 430. Bien évidemment, cette mouture 3.0 est rétrocompatible avec Quick Charge 2.0 et peut être utilisé avec n'importe quel connecteur USB, y compris le Type-C.

Snapdragon 820 : 4G+ à 600 Mb/s, Wi-Fi à 867 Mb/s et des passerelles entre les deux

Dans le même temps, Qualcomm donne de nouveaux détails sur son prochain SoC haut de gamme : le Snapdragon 820. Tout d'abord, il prendra en charge la 4G+ (ou LTE Advanced) jusqu'à 600 Mb/s (catégorie 12), contre 450 Mb/s pour le 810. Pour cela, il faudra agréger trois bande de fréquences de 200 Mb/s chacune, ce qui ne risque pas d'arriver de sitôt dans nos contrées puisque les opérateurs ne peuvent pas proposer plus que 150 Mb/s pour le moment.

Le Wi-Fi 802.11ac sera de la partie (MU-MIMO 2x2, 867 Mb/s), tout comme le 802.11ad (jusqu'à 4,6 Gb/s, mais sur de très courtes distances). Pour rappel, cette technologie avait déjà été annoncée pour le Snapdragon 810, mais sans que cela ne se concrétise dans les faits, du moins pour l'instant.

D'autres technologies sont également annoncées : le LWA (ou LTE Wi-Fi Agregation) qui permet de combiner de la 4G et du Wi-Fi pour augmenter des débits, la continuité d'appel entre les réseaux 2G, 3G, 4G et Wi-Fi ainsi qu'un « système de partage d'antenne entre LTE et Wi-Fi » qui devrait simplifier la vie des constructeurs.

Il y a quelques semaines, Qualcomm donnait d'autres précisions. La partie CPU sera ainsi assurée par une puce Kryo comprenant quatre cœurs 64 bits (jusqu'à 2,2 GHz) gravés en 14nm FinFET. Le fabricant explique qu'elle sera capable de délivrer « jusqu'à deux fois plus de performances et jusqu'à deux fois plus d'efficacité énergétique comparée au processeur du Snapdragon 810 ». On retrouvera à ses côtés un GPU Adreno 530 et un DSP Hexagon 680.

Pour le reste des caractéristiques techniques, il faudra encore patienter. Sachez enfin que les premiers smartphones équipés d'un Snapdragon 820 sont attendus pour la première moitié de l'année prochaine.

Snapdragon 820

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

20 commentaires
Avatar de coucou_lo_coucou_paloma INpactien
Avatar de coucou_lo_coucou_palomacoucou_lo_coucou_paloma- 26/09/15 à 14:30:33

La semaine est terminée hein !?!

Avatar de jerem06 INpactien
Avatar de jerem06jerem06- 26/09/15 à 14:41:05

On attend toujours les 618 et 620 annoncés en février, avec des Cortex A72, un Adreno 510 dernière génération + VoLTE intégré contrairement aux réchauffés 616 et 617.

Édité par jerem06 le 26/09/2015 à 14:41
Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 26/09/15 à 15:19:06

Je suppose que le 14nm va permettre de doubler le nombre de transistor par rapport au 28nm ?

Avatar de barlav Abonné
Avatar de barlavbarlav- 26/09/15 à 15:48:38

Probablement qu'il y aura un bon gros gain tant sur la conso que sur l'intégration des fonctions logiques, mais ça demande pas mal de travail avec plusieurs itérations d'affiner le design et les perfs en fonction des caractéristiques de la techno: au début c'est souvent un portage basique, il faudra au moins attendre les samples suivants pour vraiment exploiter au mieux le 14nm fin-fet.

Pour rappel, l'appellation XX nm d'une techno, c'est juste le plus petit motif réalisable; ça peut être un via ou une taille de grille, mais il y a beaucoup de contraintes à prendre en compte pour exploiter au mieux l'ensemble des couches et leur tolérance de gravure.
un exemple bête: en 28nm il est possible de braver un MOS de 28nm, mais comme il a besoin de 3 connexions et que le routage métal se fait plutôt en pitch de 60nm, ton MOS connecté prend une surface substrat beaucoup plus grande; sans compter qu'il n'y a pas beaucoup de MOS au min techno dans un design pour des questions de perfs.
Bref, on y gagne à chaque fois sur tous les layers en finesse, mais le chiffre XX nm n'a pas beaucoup de sens intrinsèquement.
/me partit revoir un CPU d'il y a 30ans, c'était simple avec 2layers de routage...

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 26/09/15 à 15:54:05

barlav a écrit :

Probablement qu'il y aura un bon gros gain tant sur la conso que sur l'intégration des fonctions logiques, mais ça demande pas mal de travail avec plusieurs itérations d'affiner le design et les perfs en fonction des caractéristiques de la techno: au début c'est souvent un portage basique, il faudra au moins attendre les samples suivants pour vraiment exploiter au mieux le 14nm fin-fet.

Pour rappel, l'appellation XX nm d'une techno, c'est juste le plus petit motif réalisable; ça peut être un via ou une taille de grille, mais il y a beaucoup de contraintes à prendre en compte pour exploiter au mieux l'ensemble des couches et leur tolérance de gravure.
un exemple bête: en 28nm il est possible de braver un MOS de 28nm, mais comme il a besoin de 3 connexions et que le routage métal se fait plutôt en pitch de 60nm, ton MOS connecté prend une surface substrat beaucoup plus grande; sans compter qu'il n'y a pas beaucoup de MOS au min techno dans un design pour des questions de perfs.
Bref, on y gagne à chaque fois sur tous les layers en finesse, mais le chiffre XX nm n'a pas beaucoup de sens intrinsèquement.
/me partit revoir un CPU d'il y a 30ans, c'était simple avec 2layers de routage...

Merci pour la réponse. ;)

Avatar de Naneday INpactien
Avatar de NanedayNaneday- 26/09/15 à 18:39:59

Oh cool un radiateur de poche :)

Avatar de Aloryen Abonné
Avatar de AloryenAloryen- 26/09/15 à 19:02:34

Quand Microsoft acceptera enfin de livrer un Windows complet sur ARM ?
 
Avec la puissance disponible aujourd'hui sur les puces 64bits, même si certaines instructions x64 sont manquantes ont doit pouvoir les émuler, ou les contourner, pas trop difficilement non ?
 
Surtout que windows mobile 10 est censé être très proche coté noyau que windows 10 desktop, c'est donc la couche présentation et interop (win32, directX) qu'il faut porter, et il me semble que ça a été fait plusieurs fois par le passé (récemment pour le rasberry je crois?), mais jamais livré massivement.
 
Reste la couche BIOS/UEFI à installer sur les périphériques ARM, ou trouver une autre solution, mais ça me semble pas non plus inconcevable...
 
A chaque fois je me dit que c'est juste une histoire de gros sous wintel :-/

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 26/09/15 à 19:05:41

Aloryen a écrit :

Quand Microsoft acceptera enfin de livrer un Windows complet sur ARM ?
 
Avec la puissance disponible aujourd'hui sur les puces 64bits, même si certaines instructions x64 sont manquantes ont doit pouvoir les émuler, ou les contourner, pas trop difficilement non ?
 
Surtout que windows mobile 10 est censé être très proche coté noyau que windows 10 desktop, c'est donc la couche présentation et interop (win32, directX) qu'il faut porter, et il me semble que ça a été fait plusieurs fois par le passé (récemment pour le rasberry je crois?), mais jamais livré massivement.
 
Reste la couche BIOS/UEFI à installer sur les périphériques ARM, ou trouver une autre solution, mais ça me semble pas non plus inconcevable...
 
A chaque fois je me dit que c'est juste une histoire de gros sous wintel :-/

Je ne pense pas que ce soit aussi simple, un processeur ARM 64bits est différent d'un processeur x64. Ou alors émuler pour des petites applications comme celles sur le store.

Avatar de Aloryen Abonné
Avatar de AloryenAloryen- 26/09/15 à 21:57:43

C'est bien sur différent, ARM étant dérivé de l'architecture RISC, et les processeurs x64 héritent du CISC, mais ce n'est pas si différent que ça. Depuis, des instructions existent d'un coté et pas de l'autre, dans les deux sens, avec au final de nombreuses équivalences mais dont les standards divergent.
Historiquement, les processeurs ARM sont plus modulaire que les x64, mais c'est de moins en moins vrai avec les SoC que fournissent Intel et Amd récemment...
 
Les versions d'office pour windows RT étaient codées en win32, alors que la plateforme ne permettait pas de l'utiliser pour les autres applications. La preuve que le portage avait été fait, au moins suffisamment pour Office, mais que le risque d'ouvrir aux éditeurs tiers n'était pas assumé par Microsoft.
 
On admet globalement que les processeurs X86/X64 sont 2 fois plus rapide, mais 4 fois plus gourmand (à process de gravure équivalent, et sans compter la partie GPU). Mais avec l'avènement de puces ARM très véloces, il me semble que même avec un peu d'émulation des fonctions manquantes, on pourrait faire tourner un windows desktop normalement...

Édité par Aloryen le 26/09/2015 à 21:58
Avatar de Reznor26 INpactien
Avatar de Reznor26Reznor26- 26/09/15 à 22:12:53

Mais quel serait l'intérêt direct pour Microsoft, c'est ça la vraie question ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact