Radeon Instinct MI50 et MI60 : le 7 nm doit redonner de la vigueur aux GPU Vega d'AMD

Mission Impossible
Radeon Instinct MI50 et MI60 : le 7 nm doit redonner de la vigueur aux GPU Vega d'AMD

De nouvelles cartes graphiques basées sur un GPU de la génération Vega arrivent... dans le domaine professionnel. Les Radeon Instinct MI50 et MI60 sont annoncées par AMD comme les plus performantes du moment en FP32 et FP64, un résultat possible grâce au passage à 7 nm. Pour autant, ce n'est pas une révolution.

AMD n'a pas seulement dévoilé ses prochains processeurs EPYC à San Francisco. La société va en effet proposer de nouvelles Radeon pour les serveurs, bénéficiant elles aussi du 7 nm de TSMC. L'idée est de tenter de corriger plusieurs défauts de la génération Vega, avec quelques petites améliorations à la clé.

Deux cartes seront mises sur le marché : les Radeon Instinct MI50 (Q1 2019) et MI60 (à la fin de l'année). Il s'agit de modèles pensés pour les calculs liés à l'IA, pouvant aussi être exploités pour d'autres tâches, du rendu 3D à la virtualisation. Elles devraient montrer la voie pour les prochaines cartes grand public qui n'arriveront pas avant 2019. 

Ici aussi, AMD ne livrait pas tous les détails, se réservant quelques informations à diffuser dans de prochains évènements. Mais la société en a profité pour revenir sur sa stratégie logicielle, notamment avec Rocm 2.0 ou ProRender.

AMD Radeon Instinct MI50 MI60AMD Radeon Instinct MI50 MI60

Notre dossier sur la nouvelle offre datacenter d'AMD :

Vega, en mieux

Malgré les annonces dithyrambiques de Raja Koduri à l'époque, les Radeon RX Vega et leurs différents dérivés se sont révélés assez chers et plutôt décevants. La faute à une consommation excessive malgré des fréquences peu élevées. La preuve surtout d'une architecture mal finalisée qui nécessitait d'être reprise ou remplacée.

C'est le premier choix qui a été fait, tout du moins à court terme. Avec Koduri parti préparer le GPU d'Intel, c'est David Wang qui a repris la main sur le Radeon Technology Group. Les grandes lignes restent les mêmes avec un écosystème très ouvert au niveau logiciel, un pilote unifié mais adapté à différents marchés, des fonctionnalités sans surcoût notamment au niveau de la virtualisation (mais uniquement sur les modèles professionnels), etc.

  • AMD Radeon Instinct MI50 MI60
  • AMD Radeon Instinct MI50 MI60
  • AMD Radeon Instinct MI50 MI60
  • AMD Radeon Instinct MI50 MI60

Comme pour Epyc, c'est tout d'abord grâce au 7 nm que le processeur graphique maison va s'améliorer. Il passe ainsi de 486 mm² pour 12,5 milliards de transistors à 331 mm² pour 13,2 milliards de transistors. La densité n'est pas doublée, mais passe de 25,8 à 39,9 millions de transistors par mm², soit +54%.

Cela devrait aider à afficher des tarifs raisonnables pour faire face à l'offre concurrente. AMD n'étant pas capable de proposer les modèles les plus performants, notamment en l'absence d'accélérateurs spécifiques, jouer la carte des produits raisonnables et efficaces paraît être une bonne approche en attendant d'avoir mieux à présenter. 

La puce gère entièrement la correction d'erreurs ECC. 16 lignes PCIe 4.0 sont au programme, pour une bande passante qui atteint ainsi les 64 Go/s. AMD permet également une communication directe entre les GPU via des liens Infinity Fabric à 200 Go/s (full duplex), prenant la forme d'un (très) large pont externe. On se retrouve donc avec une solution du même niveau que le NVLink de NVDIA sur Turing, avec une intégration qui semble néanmoins un peu plus basique. 

On reste sur 64 groupes d'unités (4 096 au total), mais leur composition n'évolue pas. Il est surtout question d'un meilleur rapport pour la puissance de calcul FP64 qui n'est plus divisée par 16 mais par 2. Pour la MI60, AMD communique surtout sur l'intégration de 32 Go de HBM 2 de seconde génération avec une bande passante doublée, à 1 To/s. Idéal pour le traitement de gros jeux de données au plus près du GPU. 

Il sera intéressant de voir si ce type de mémoire est toujours utilisé lorsque ce GPU sera adapté pour des Radeon de l'offre grand public, ou si de la GDDR5/6 lui est préférée afin de réduire les coûts. 

La MI50 doit se contenter de 16 Go et de caractéristiques légèrement revues à la baisse, avec 60 groupes d'unités. Dans tous les cas le TDP est annoncé à 300 watts, avec deux connecteurs PCIe 6+8 broches pour l'alimentation. Selon les caractéristiques affichées, le GPU fonctionne à 1,8 GHz pour la MI60 et 1,745 GHz pour la MI50. 

AMD présente ses deux cartes comme les plus performantes du moment en FP32 et FP64, avec une puissance de calcul théorique de 14,7 et 13,4 TFLOPS en FP32 contre 13,4 TFLOPS pour une GeForce RTX 2080 Ti par exemple. Malheureusement, aucun tarif n'a été donné pour le moment. 

Le constructeur ne semble pas encore prévoir de solutions plus accessibles, notamment afin de proposer un modèle d'entrée de gamme se focalisant sur l'inférence, comme la Tesla T4 de NVIDIA. Il évoque simplement le prochain modèle MI Next, attendu pour 2020. Il est annoncé comme plus performant, avec une connectivité accrue. 

Se mettre au niveau de la concurrence*

Les performances sont annoncées comme largement meilleures que l'actuelle MI25, notamment grâce aux fréquences plus élevées et à l'augmentation de la puissance de calcul FP64. AMD dit aussi avoir travaillé à la gestion des formats INT8/INT4 et la précision mixte, notamment utilisés pour les calculs d'inférence. 

Si la société vante la capacité de sa puce à être au niveau face aux Tesla V100 de NVIDIA, ce sera par contre uniquement pour les calculs FP32/FP64, ce qui permet de ne pas avoir à se confronter aux Tensor Core de la société utilisés pour les calculs matriciels en précision mixte. S'il est aussi question de ray tracing pour le rendu 3D, pas un mot sur une éventuelle accélération matérielle pour le moment, comme avec les RT cores des GeForce/Quadro RTX. 

Selon les différents échanges que nous avons pu avoir sur place, on comprend que le travail autour de telles solutions n'a pas vraiment commencé, et que l'intégration de DirectX Raytracing, même dans les solutions professionnelles, n'est pas franchement pour tout de suite. Espérons que le CES permettra d'éclaircir un peu ce point.

  • AMD Radeon Instinct MI60 Performances
  • AMD Radeon Instinct MI60 Performances
  • AMD Radeon Instinct MI60 Performances
  • AMD Radeon Instinct MI60 Performances
  • AMD Radeon Instinct MI60 Performances

Des optimisations surtout logicielles

C'est surtout grâce à sa couche logicielle qu'AMD espère se distinguer, promettant une solution capable de s'adapter au CPU comme au GPU, et d'en tirer parti au maximum. Un peu à la manière d'OpenVINO chez Intel

La version 2.0 de ROCm est ainsi annoncée, avec une intégration upstream au noyau Linux 4.17, des bibliothèques mathématiques optimisées, le support de Docker et Kubernetes, etc. Elle sera proposée d'ici la fin de l'année.

Du côté de ProRender, après l'intégration de la vue ray tracing en temps réel dans la prochaine version, la suivante proposera une solution de denoising exploitant du Machine Learning. Une manière de répondre aux GeForce RTX de NVIDIA, même si c'est au final l'implémentation et les performances dans les moteurs largement utilisés qui trancheront.

Un programme de certification « Day Zero » est également mis en place pour une quarantaine d'applications. L'objectif est de permettre d'assurer à l'utilisateur qu'elles fonctionneront toujours parfaitement avec les nouveaux pilotes Radeon Pro proposés chaque trimestre. La liste devrait croitre avec le temps. 

  • AMD ROCm 2.0
  • AMD ROCm 2.0
  • AMD ROCm 2.0
  • AMD ROCm 2.0
  • AMD ROCm 2.0
  • AMD ROCm 2.0
  • AMD Drivers Pro Certification Program
  • AMD ProRender 2018
  • AMD ProRender 2018
  • AMD ProRender 2018

À noter :

Dans le cadre de la réalisation de cet article, nous sommes allés à la rencontre des équipes d'AMD à San Francisco. La société a pris en charge une partie de notre transport, hébergement et restauration sur place. Conformément à nos engagements déontologiques, cela s'est fait sans aucune obligation éditoriale de notre part, sans ingérence de la part d'AMD.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

1 commentaires
Avatar de Isaac Asimov Abonné
Avatar de Isaac AsimovIsaac Asimov- 12/11/18 à 22:29:09

Comme toujours merci pour cette transparence et éthique. Article intéressant également, en bref ils bossent déjà sur les CPU, ils ne peuvent pas être partout 😊

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact