ARM présente DynamIQ, flexibilité et intelligence artificielle sont les maitres-mots

Pas de version DynamO optimisée pour Android ?
ARM présente DynamIQ, flexibilité et intelligence artificielle sont les maitres-mots

ARM vient d'annoncer sa technologie DynamIQ qui sera utilisée par ses prochains cœurs Cortex-A. Elle permet bien plus de flexibilité au sein d'un même SoC, tout en apportant des améliorations sur un sujet qui a le vent en poupe : l'intelligence artificielle.

En mai de l'année dernière, ARM expliquait qu'il voulait « redéfinir l'expérience de la VR » sur mobile avec son nouveau cœur Cortex-A73 et son GPU Mali-G71 (Bifrost). Cette année, c'est d'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique (machine learning) dont il est question avec la technologie DynamIQ.

Deux mots d'ordre : flexibilité et polyvalence 

ARM ne tarit pas d'éloges concernant cette dernière, mais on imagine mal son créateur en faire autrement. Il parle ainsi d'un « changement monumental », mettant en avant une grande « flexibilité et polyvalence », avec la possibilité d'utiliser en toute circonstance le « bon processeur pour la bonne tâche ».

Pour cela, DynamIQ reprend et améliore le principe de fonctionnement de la technologie big.LITTLE. Pour rappel, cette dernière a été lancée en 2011 et permet l'utilisation de deux architectures différentes au sein d'une même puce : l'une pour les tâches basiques avec une consommation réduite, l'autre pour les performances.

DynamIQ va donc plus loin et permet de concevoir « des systèmes avec des processeurs "big" et "LITTLE" sur un même cluster de calcul, ce qui n'était auparavant pas possible ». Dans un cluster, les concepteurs de SoC peuvent ainsi décider de placer jusqu'à huit cœurs hétérogènes qui peuvent avoir des performances, des caractéristiques et des vitesses différentes.

ARM donne trois exemples d'utilisation : des configurations DynamIQ big.LITTLE de type 1+3, 2+4 ou 1+7 (1 « big », sept « LITTLE » dans ce dernier cas).

ARM DynamIQ

DynamIQ permet également de réduire le temps de transition entre les différents modes de fonctionnement des cœurs du cluster (on, off, veille). Cela permet d'améliorer la réactivité de l'ensemble, tout en optimisant la consommation. Dans quelle mesure ? Ce n'est malheureusement pas précisé. Notez au passage que le sous-système a été repensé, là encore sans que l'on sache comment cela se traduit dans la pratique.

Un jeu d'instructions pour l'IA, des performances multipliées par 50

ARM annonce au passage l'arrivée de nouvelles instructions dédiées à l'apprentissage automatique et à l'intelligence artificielle. Comparé aux systèmes basés sur des Cortex-A73, il est question de performances multipliées par 50 sur les trois à cinq prochaines années. Le temps de réponse entre les cœurs du processeur et un accélérateur matériel placé au sein du même SoC sera, lui, divisé par 10 :

ARM DynamIQ

Pour ARM, les bénéfices de DynamIQ ne sont pas à chercher uniquement du côté des performances et de l'autonomie : cela permettrait également de renforcer la confidentialité et la sécurité des données personnelles des utilisateurs.

Le raisonnement d'ARM est simple (peut-être trop ?) : plus de puissance de calcul disponible sur le SoC, cela signifie moins d'informations personnelles se baladant dans le « Cloud » afin d'être traitées sur des serveurs. Mais rien ne dit que la puissance sera suffisante et, même si c'était le cas, les éditeurs joueront-ils le jeu ?

Il faudra voir ce qu'il en sera dans la pratique. Reste maintenant attendre l'arrivée des nouvelles puces. Les premières références arriveront « plus tard cette année » affirme ARM, sans plus de détail pour le moment.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

21 commentaires
Avatar de Krogoth Abonné
Avatar de KrogothKrogoth- 22/03/17 à 16:33:23

Marrant les 2 points de vue différents entre cette approche et celle portant sur les nouvelles consoles très légères avec "hardware" dans le cloud.

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 22/03/17 à 16:42:52

Krogoth a écrit :

Marrant les 2 points de vue différents entre cette approche et celle portant sur les nouvelles consoles très légères avec "hardware" dans le cloud.

Ça dépend de ton objectif
Si c'est rendre captif ton client parce que t'as peur du piratage tu préfères tout avoir chez toi
Si tu vends des plateformes de SoC tu préfères rendre possible tout ce que ton client pourrait vouloir

Avatar de Paraplegix Abonné
Avatar de ParaplegixParaplegix- 22/03/17 à 18:16:02

En gros ce dynamiq c'est de pouvoir mettre sur un même soc des unité de calcul (CPU ou core) de manière totalement arbitraire sans se préoccupé d'un ratio entre les différentes unité ?
Il peuvent intégrer des archi différents sur un même soc ? Parce que si c'est le cas il s'oriente plus vers la production de produit de "distribution de masse" mais plutôt vers du (semi) custom comme amd le fait avec le console ?

Avatar de Poppu78 Abonné
Avatar de Poppu78Poppu78- 22/03/17 à 18:55:15

Euh, y a que moi à être dubitatif sur les instructions dédiées à l'IA ?
Est-ce qu'ils précisent quell type d'IA déjà ? C'est pas les mêmes optimisations suivant si on fait un réseau de neurones, un système expert avec élagage, un algo génétique... J'aurais tendance à pencher pour le premier vu qu'ils parlent d'apprentissage, mais j'ai du mal à voir l'intérêt d'une IA avec appprentissage sur une plateforme mobile... Sachant que pour 99% des applications il vaudra mieux un apprentissage communalisé dans le cloud.
Ou alors c'est pour l'apprentissage des habitudes de la personne, mais là on est plus sur de la base de données que de l'IA, ou l'apprentissage de la reconnaissance vocale sur une voix en particulier ?

Bref, ça me paraît un peu fumeux cette partie...

Avatar de MontainOtter Abonné
Avatar de MontainOtterMontainOtter- 22/03/17 à 19:22:57

Pareil que toi, je trouve ca bizarre ce nouveau jeu d'instructions pour l'IA.
Ca avance tellement vite tout en ayant quasi aucun standard que j'ai du mal à voir comment mettre des instructions hardwares spécifiques là dedans.
Et le faite qu'ils ne donnent aucun détail technique sur leur site ou dans leur prez ne rassure pas. Mais bon, wait and see...

Avatar de Poppu78 Abonné
Avatar de Poppu78Poppu78- 22/03/17 à 19:38:09

Ca a toujours été le cas de ARM.
Ils ne fabriquent pas de processeurs, ils vendent "juste" la propriété intellectuelle sur les technos associées et les jeux d'instructions (ARMvXX, Mali, NEON, IntellIQ) mais à l'arrivée chaque fondeur (Qualcomm, Samsung, etc.) l'implémente à sa façon. C'est ce qui fait la particuliarité des différents processeurs à l'arrivée...

AMD c'est tout l'inverse, ils sont fondeurs et s'appuient sur le jeu d'instruction x86 licencié par Intel (pour les proc hein, pour la partie graphique c'est encore autre chose).

Avatar de Juju251 Abonné
Avatar de Juju251Juju251- 22/03/17 à 20:28:29

Poppu78 a écrit :

Euh, y a que moi à être dubitatif sur les instructions dédiées à l'IA ?

Tu n'est pas le seul.

Déjà que j'ai bien du mal avec leur archi big.little ...
J'veux dire, c'est vraiment si efficace que ça en terme de conso ?
Quid des performances lors du changement du switch entre little et big (ou l'inverse) ?
C'est géré comment leur truc d'ailleurs ?

Avatar de abitbool INpactien
Avatar de abitboolabitbool- 22/03/17 à 20:36:41

Peut-être qu'ils voudraient sérieusement entrer dans le domaine des serveurs.... 

Avatar de Paraplegix Abonné
Avatar de ParaplegixParaplegix- 22/03/17 à 22:46:47

Ah!  Je sait pas pourquoi, mais j'ai compris que c'était Qualcom et ces snapdragon qui avait annoncé ça

Me suis trompé

Avatar de mango Abonné
Avatar de mangomango- 23/03/17 à 02:47:41

Je pense que l'IA ne sera pas entièrement intégré mais aura une base qui facilitera l'écriture de celui-ci. Cependant, si c'est trop typée, son efficacité sera moindre.
C'est normal quand on arrive à ce stade de choses, le voile est maintenu pour éviter de se faire copier. Ils ont du prendre du renfort pour analyser quelle partie de l'IA mettre en dur. Ce n'est pas une mince affaire, mais pas impossible en théorie.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact