ANFR : plus de débits et moins d'exposition aux ondes avec les « petites antennes » 4G

D'autres tests arrivent
Réseau 5 min
ANFR : plus de débits et moins d'exposition aux ondes avec les « petites antennes » 4GCrédits : Geber86/iStock

L'ANFR a publié un bilan préliminaire de l'utilisation de « petites antennes » afin d'améliorer la couverture mobile. Celui-ci met en avant une forte augmentation des débits. Concernant l'exposition aux ondes, elle est « fortement » diminuée dans le cas du smartphone et légèrement en hausse pour les antennes. 

Ce n'est pas un secret : depuis plusieurs années, les opérateurs de téléphonie mobile se livrent une guerre de communication sur la qualité, l'étendue et les performances de leurs réseaux mobiles respectifs. D'après le dernier recensement de l'Agence nationale des fréquences (ANFR), il y a actuellement près de 30 000 sites 4G en service (qui peuvent disposer de plusieurs antennes) sur la métropole, tous opérateurs confondus.

Cela ne suffit pour autant pas à couvrir toute la France (en population ou territoire) et/ou apporter un débit suffisant à tous les utilisateurs. Afin d'améliorer la situation, l'ANFR et Orange avaient annoncé la mise en place d'une expérimentation avec des « petites antennes » (ou small cells). Leur but de l'opération est de permettre d'« écouler de plus en plus de trafic, du fait des nouveaux usages des citoyens », mais pas uniquement. L'étude montre que le niveau d'exposition aux ondes est parfois moins important.

Portée réduite, mais surtout un débit plus important

Durant un mois (du 11 janvier au 13 février), quatre sites ont été équipés de small cells. Ils se trouvent tous en bordure du lac d'Annecy et chacun d'entre eux émet dans la bande des 2 600 MHz qui peut être capté par un smartphone compatible avec cette fréquence. L'ensemble est intégré dans du mobilier urbain (abribus et panneau publicitaire de JCDecaux) afin de le rendre invisible aux usagers.

Alors que les antennes habituelles ont une puissance de plus de 6,3 watts avec une portée pouvant atteindre plusieurs kilomètres suivant les cas, les petites antennes se situent entre 0,25 et 6,3 watts. Avantage et inconvénient : elles sont moins directives que leurs grandes sœurs, mais elles ne couvrent que « quelques dizaines à centaines de mètres ». Elles ne sont donc pas conçues afin d'augmenter significativement la couverture des réseaux mobiles, mais améliorer celle qui est déjà en place.

Pour l'ANFR, les résultats de cette expérimentation ne laissent pas de place au doute : « la mise en service des petites antennes permet d’améliorer les débits dans le sens montant en moyenne sur les parcours jusqu’à un facteur cinq selon la couverture initiale existante [...] Le débit offert en téléchargement peut augmenter jusqu’à un facteur six en présence de petites antennes ». 

Attention, dans l'étude de l'ANFR, « les parcours » font référence aux principaux trajets possibles pour un piéton dans une zone de 100 mètres autour des quatre petites antennes. La zone d'étude précise est détaillée dans la carte ci-dessous :

ANFR Annecy
La position des quatre petites antennes est matérialisée par une étoile jaune

L'exposition aux ondes du smartphone est moins importante...

L'augmentation des débits n'est pas la seule conséquence. En effet, avec une antenne plus proche, le mobile a besoin de moins de puissance pour les communications, ce qui permet de réduire les émissions d'ondes du smartphone « d’un facteur deux à cinq en moyenne selon la configuration » affirme l'Agence nationale des fréquences. De fait, cette configuration permet de « diminuer considérablement l’exposition aux ondes émises par le mobile ».

Comme dans le cas des ondes millimétriques, la question est maintenant de savoir ce qu'il en est de l'exposition aux ondes des petites antennes, y compris pour les usagers qui ne font que passer sans utiliser leur smartphone. L'ANFR donne ainsi des résultats d'essais réalisés « sous accréditation ». 

...mais celle des antennes augmente légèrement

L'agence a procédé à plusieurs séries de mesures, avec et sans les petites antennes activées. La première concerne le niveau moyen des ondes dans un rayon de 100 mètres. L'augmentation est notable pour trois des quatre secteurs, avec la différence la plus importante qui revient à Albigny : 0,32 V/m avec les petites antennes, contre 0,17 V/m auparavant.

La seconde série est effectuée à proximité immédiate des petites antennes (moins de deux mètres). Cette fois-ci, la valeur maximale est de l'ordre de 1 V/m, toujours selon l'ANFR. Cette dernière affirme que ce niveau est « comparable à celui que peut créer le réseau actuel longue portée (80 % des niveaux d’exposition mesurés en milieu urbain en 2015 en France sont inférieurs à 1 V/m) ».

ANFR AnnecyANFR Annecy

Dans tous les cas, les niveaux sont largement inférieurs à la limite réglementaire qui est de 61 V/m pour cette bande de fréquence.

Deux autres expérimentations à suivre, avec Bouygues Telecom et SFR

Le premier bilan de cette expérimentation est donc largement positif pour l'ANFR, qui ne note aucun point noir pour le moment. L'Agence va néanmoins continuer ses tests et de nouveaux sites avec des petites antennes seront déployés dans le courant de l'année 2017, sur les réseaux de Bouygues Telecom et SFR cette fois-ci. Le but de sera de confirmer les mesures, mais aussi de procéder à des essais complémentaires sur du mobilier et des bandes de fréquences différentes. Pour rappel, la 4G peut actuellement fonctionner sur les bandes de 700, 800, 1 800 et 2 600 MHz. 

Il faudra maintenant attendre le bilan des deux autres expérimentations avant d'avoir les résultats définitifs de cette enquête sur l'utilisation de petites antennes. Celles-ci ne sont pas uniquement utiles pour la 4G, mais permettront également de développer un réseau 5G et d'ouvrir de nouveaux horizons dans le cadre des villes intelligentes

  • Introduction
  • Portée réduite, mais surtout un débit plus important
  • L'exposition aux ondes du smartphone est moins importante...
  • ...mais celle des antennes augmente légèrement
  • Deux autres expérimentations à suivre, avec Bouygues Telecom et SFR
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact