ARM annonce ses coeurs Cortex-A55 et A75 avec DynamIQ, un GPU Mali-G72 (Bifrost)

Et un DSU pour les gérer tous
ARM annonce ses coeurs Cortex-A55 et A75 avec DynamIQ, un GPU Mali-G72 (Bifrost)

ARM dévoile aujourd'hui de nouveaux cœurs : les Cortex-A55 et Cortex-A75. Un nouveau GPU est également de la partie : le Mali-G72. Il faudra dans tous les cas être patient puisque les premiers terminaux en étant équipé n'arriveront probablement pas avant plusieurs mois.

Quelques heures avant l'ouverture du Computex 2017 à Taipei, ARM a décidé de présenter ses nouveautés. Il est tout d'abord question de nouveaux cœurs Cortex-A55 et A75 qui viennent respectivement remplacer les A53 et A73.

En plus d'améliorations du côté des performances et de la consommation, ce sont les premiers à exploiter la technologie DynamIQ annoncée il y a quelques mois qui offre plus de souplesse dans l'intégration des cœurs au sein d'un SoC. 

Cortex-A55 : performances en hausse, consommation en baisse

ARM a de grandes ambitions pour son Cortex-A55 qu'il présente comme ayant « beaucoup plus de performances et une meilleure efficacité énergétique » que le Cortex-A53. Pour rappel, ce dernier est largement utilisé dans des smartphones puisqu'on le retrouve dans de nombreux SoC de Qualcomm, principalement dans les séries 400 et 600, mais aussi dans certaines anciennes références des 800 (808 et 810 par exemple).

Sur des tests effectués par le constructeur, les gains sur les performantes varient entre 14 % sur Octane 2.0 et 97 % sur LMBench memcpy, le tout à fréquence identique. Pour arriver à ce résultat, ARM explique avoir notamment amélioré son système de prédiction de branchement, ajouté de nouvelles instructions de calcul et revu la gestion du cache. Le L2 est désormais dédié à chaque cœur et un L3 partagé est disponible.

Le Cortex-A55 est annoncé comme consommant 15 % de moins que le Cortex-A53. Si besoin, il est possible de revoir à la baisse ses performances afin de le rendre encore moins gourmand. Avec un niveau identique à son prédécesseur, ARM affirme que le Cortex-A55 consommerait 30 % de moins que son petit frère.

Le fabricant explique qu'il est possible de construire des SoC avec beaucoup plus de flexibilité qu'auparavant. Vous pouvez par exemple intégrer entre 1 et 8 cœurs par cluster, de 64 ko à 256 ko de cache L2 ainsi que des options supplémentaires comme NEON, ECC, du chiffrement, etc. Au total, plus de 3 000 combinaisons seraient ainsi possibles, soit dix fois plus que précédemment selon ARM. 

ARM Cortex-A55ARM Cortex-A55

Cortex A75 : toujours plus de puissance, de larges marchés visés

Plus haut de gamme, on retrouve ensuite le Cortex-A75. Il vient remplacer le A73 lancé il y a un an seulement, mais avec une « nouvelle architecture ». Comme le Cortex-A55, il exploite la technologie DynamIQ et il dispose d'un cache L2 dédié et d'un L3 partagé.

ARM explique qu'il ne vise pas uniquement le marché des smartphones mais aussi celui des ordinateurs portables (Windows 10 arrive justement sur ARM), des voitures autonomes et « potentiellement même des serveurs ». Reste à voir ce qu'il en sera dans la pratique et quels partenariats seront annoncés autour de ce produit.

Quoi qu'il en soit, le gain en performances annoncé ici est de 20 % en moyenne, toujours à fréquences identiques. Dans le détail, il varie entre 16 % sur LMPBench memcpy et 48 % sur Octane 2. La situation est donc inversée par rapport aux Cortex-A53/A55 puisque le gain le plus important était sur le test mémoire, tandis que le plus faible était sur Octane. 

ARM Cortex-A75ARM Cortex-A75

Bienvenue à la DSU

Les cœurs sont ensuite gérés par la DynamIQ Shared Unit (DSU), qui peut également être modifiée en fonction de vos besoins. Elle est commune aux Cortex-A55 et A75, qui peuvent ainsi se partager le même cache L3. Ce dernier peut varier entre 0 et 4 Mo selon les besoins et les cas.

Les partenaires d'ARM peuvent décider d'utiliser de 1 à 4 cœurs Cortex-A75, ou bien les combiner avec des Cortex-A55 (pour un maximum de huit) via big.LITTLE. Pour rappel, cette technologie permet d'utiliser deux architectures différentes au sein d'une même puce. L'intérêt est alors d'avoir une partie du SoC capable d'effectuer les tâches courantes en étant peu gourmande en énergie, tandis que la seconde se met en marche lors des besoins plus poussés arrivent.

Grâce à DynamIQ, vous pouvez donc mettre en place des systèmes hétérogènes avec, par exemple, des configurations de type 1+7 et 2+3, dans la limite de huit cœurs. ARM affirme avoir déjà accordé des licences d'utilisation à des partenaires, mais se refuse à un pronostic sur une date de sortie pour un appareil mobile équipé avec ces nouveaux cœurs. Le fabricant pense néanmoins que l'année 2018 sera chargée en annonces de la part de ses partenaires.

ARM Cortex-A55ARM Cortex

GPU Mali-G72 : encore du Bifrost, des performances en hausse de 40 %

La société ne s'arrête pas en si bon chemin et dévoile aussi un nouveau GPU pour les terminaux mobiles : le Mali-G72 (architecture Bifrost). Les habitués de la marque l'auront deviné, il s'agit évidemment du remplaçant du Mali-G71 annoncé il y a tout juste un an.

Logiquement, il propose des performances améliorées, de 40 % selon le fabricant. Ce dernier affirme également que les performances en apprentissage par ordinateur (machine learning) sont revues à la hausse de 17 %. Dans des conditions de tests équivalentes, l'efficacité énergétique serait en hausse de 25 % par rapport au Mali-G71.

Bref, le Mali-G72 est mieux que son prédécesseur à tous les niveaux, selon ARM. Comme toujours, il faudra maintenant attendre les premiers retours afin de savoir ce qu'il en est exactement. Cette fois-ci, aucune indication n'est donnée concernant la disponibilité.

ARM Mali-G72ARM Cortex Mali-G72

  • Introduction
  • Cortex-A55 : performances en hausse, consommation en baisse
  • Cortex A75 : toujours plus de puissance, de larges marchés visés
  • Bienvenue à la DSU
  • GPU Mali-G72 : encore du Bifrost, des performances en hausse de 40 %
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact