Freebox One : entre évolutions et déceptions

Génération manquée
Réseau 7 min
Freebox One : entre évolutions et déceptions

La Freebox One devait être la digne remplaçante de la Révolution. On l'imaginait apporter de nouveaux services pour un tarif défiant toute concurrence. Avec ce produit monobloc, incomplet et une offre à 40 euros par mois, on est loin du compte.

Si la Freebox Delta a monopolisé l'attention lors des annonces de Free la semaine dernière, il ne faudrait pas oublier sa petite sœur dévoilée rapidement en fin de conférence : la Freebox One.

Sur le papier, ce modèle intermédiaire avait toutes les chances d'être une petite bombe. La Delta occupant le très haut de gamme, Il y avait en effet de la place pour une solution nouvelle génération, abordable, très intégrée qui serait la digne remplaçante des précédents modèles, à mi-chemin entre la Mini 4K et la Révolution. 

Malheureusement, malgré quelques bonnes idées, plusieurs éléments font de cette Freebox One et de la proposition commerciale qui l'accompagne un ensemble qui ne marche pas. Et ce sera sans doute difficile à rattraper.

Notre dossier sur Free et les Freebox One/Delta :

Tout-en-un, des options en moins

Commençons par la bonne nouvelle : la base technique de la partie multimédia est la même que la Delta. On retrouve ainsi le Snapdragon 835 (APQ8098) accompagné de 2 Go de mémoire et 32 Go de stockage. La sortie HDMI 2.1 (4K, HDR10, HDCP 2.2, e-ARC) est toujours là, tout comme d'autres avancées de sa grande sœur telles que l'USB 3.0 Type-C.

Un seul port est par contre présent, les deux autres étant des USB 2.0 (Type-A). Aucun n'est utilisé pour l'alimentation qui passe par un connecteur classique. Une entrée TNT est aussi de la partie. Une seule télécommande est livrée : le modèle gris soft touch à piles. La télécommande contextuelle est réservée à la Delta.

La première mauvaise nouvelle est aussi liée à la constitution de cette box : elle est monobloc. Il faudra donc trouver comment la placer près de la TV et d'une prise téléphonique – ou de l'ONT dans le cas d'une connexion FTTH – ce qui ne sera pas toujours très simple. Certains y verront un avantage, mais ils seront sans doute rares.

Free n'est pas le premier à avoir opté pour une telle disposition. Mais dans les cas de Bouygues Telecom et SFR, elle pouvait avoir du sens avec une connexion à terminaison coaxiale (le câble arrivant souvent près de la TV).

Freebox One

Cette Freebox One intègre donc un second SoC en charge du modem/routeur, bien moins véloce que celui de la Delta. Il exploite des cœurs ARM9 à 1,2 GHz, épaulés par 1 Go de mémoire. On perd également des fonctionnalités comme le NAS avec RAID, les réseaux domotiques/Sigfox, les assistants, le 10 Gb/s (WAN et LAN) et la connexion hybride xDSL/4G.

Ce dernier point est sans doute la plus grosse erreur de ce produit, qui aurait pu être utilisé pour généraliser cette solution au plus grand nombre. Pour en profiter, les oubliés de la fibre doivent opter pour la Delta à 50 euros par mois et le Player Devialet à 480 euros (sans parler des frais de mise en service et de migration). Incompréhensible.

Le reste de la connectique et de la connectivité est assez classique : Wi-Fi 802.11ac « jusqu'à trois fois plus rapide », Bluetooth 4.1, quatre ports RJ45 (Gigabit), un e-SATA pour un disque dur externe. La base DECT est intégrée.

Obligations, intégrations, déceptions

L'aspect tout-en-un de cette box se retrouve aussi dans sa commercialisation. Proposée à pas moins de 40 euros par mois, elle intègre l'abonnement Essentiel de Netflix. Elle ne devient intéressante que grâce à une promotion consentie la première année : elle passe alors à 30 euros par mois, Free précisant que cette offre est limitée à 100 000 clients.

Son positionnement est d'ailleurs étrange face à la Révolution, moins chère la première année (20 euros par mois), mais plus chère ensuite (45 euros par mois). Netflix n'est pas intégré, mais le bouquet TV by Canal l'est. 

Autre différence fondamentale entre les deux Freebox : l'interface TV de nouvelle génération proposée sur la One. Il nous a néanmoins été confirmé que Free travaillait à son portage sur la Révolution. Le projet pourrait ne pas aboutir : tout dépendra des performances constatées au final par les équipes.

Du fait de l'aspect monobloc de la box, il n'est pas possible de s'abonner sans la partie multimédia. L'offre de Free manque donc toujours d'une offre avec un simple modem, hors de la Crystal dont la partie matérielle a plus d'une dizaine d'années et n'est pas compatible avec le VDSL, la fibre ou le Wi-Fi 802.11ac. Bref, il manque des alternatives.

Freebox Décembre 2018

Le problème de la nouvelle offre de Free

La Freebox One symbolise tout le problème dans l'évolution des gammes de forfaits du FAI. Proposer une offre très complète et chère comme la Delta permet de s'adresser à un nouveau segment de marché. Son existence se justifie même si elle est loin de convenir à tout le monde. De ce point de vue, la Delta paraît plutôt réussie.

Mais l'entrée de gamme doit évoluer. On aurait pu imaginer que la Mini 4K prendrait la place de la Crystal, avec la possibilité de commander ou non le boîtier sous Android TV. Mais rien de tel. Aucun nouveau boîtier ne s'adresse ainsi au segment à moins de 40 euros (hors promotion la première année), un symbole.

La Freebox Révolution avait besoin d'une digne remplaçante, avec un meilleur Wi-Fi, de nouvelles options, des services plus complets et adaptés au besoin des non fibrés. À la place, nous avons une Freebox One monobloc, sans lecteur Blu-ray, sans disque dur intégré, sans bouquet TV by Canal, sans l'intérêt d'une connexion hybride xDSL/4G... mais avec l'abonnement Essentiel à Netflix et une nouvelle interface. Le tout, à 40 euros par mois. 

De fait, la One est surtout une version allégée et monobloc de la Delta, mais à qui il manque de sérieux atouts. Malgré ses évolutions matérielles évidentes, elle devrait avoir du mal à faire oublier la Révolution qui a pourtant déjà plus de huit ans. Pour le moment, elle met surtout en lumière le manque de cohérence de l'offre commerciale de Free.

Free face à Sosh : presque une inversion des rôles

Il est ainsi facile de lui préférer La boîte de Sosh, sans engagement et à 20/30 euros en xDSL/fibre, avec une remise de 5/15 euros la première année. Les appels vers les mobiles et le décodeur TV sont en option (5 euros par mois chacun). On peut donc se passer de ce dernier et s'abonner (ou non) à Netflix et/ou à un autre service de SVOD.

Certes, les débits sont limités à 300 Mb/s, mais sont le plus souvent suffisants et peuvent évoluer avec le temps. Au final, et à moins de vouloir toutes les options, on se retrouve avec une offre moins chère, plus modulaire, que l'on peut adapter à ses besoins. Avec plus de liberté et moins de frais. C'était la promesse initiale de Free (qui ne garde pour lui que le tout inclus), c'est désormais celle de Sosh. Sans doute l'ironie de l'Histoire.

Sosh La boîteSosh La boîte

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

85 commentaires
Avatar de yvan Abonné
Avatar de yvanyvan- 11/12/18 à 17:26:14

A faire des boutiques physiques et à sous investir dans la fibre l'esprit de free s'est perdu en route.

Les prix vont probablement baisser dans les mois à venir parce que ça me semble être un potentiel de séduction assez faible comme offre, pas à même de stopper l'érosion de leurs abonnés en tous cas.

Leur offre pour bourgeois (hifi+alarme) est tellement loin du public qu'ils ont touché à leurs débuts avec du matériel pas cher et des super paramétrages réseau pour gamers, bidouilleurs etc...

Édité par yvan le 11/12/2018 à 17:27
Avatar de oliv91ess INpactien
Avatar de oliv91essoliv91ess- 11/12/18 à 17:28:04

Il reste peu d'offre sans engagement sur les offres box : Sosh (dont l'offre est très pertinente comme le souligne l'article) et Red (avec option mobile et 1Gbps mais des frais d'activation). N'empêche, Orange et SFR derniers porteurs du sans engagement et des petits prix. Qui l'aurait cru ?

Avatar de seboquoi Abonné
Avatar de seboquoiseboquoi- 11/12/18 à 17:29:32

C'est vrai que la grille des tarifs est à n'y rien comprendre.
Tout s’emboîte pendant la première année et après ça part dans tous les sens à tel point que la "hiérarchie" mise en place par Free se trouve modifiée (Révolution à la place de la One).

Pour ce qui est du boitier tout en un, c'est malheureusement un vrai problème quand même. En tout cas me concernant mon boitier ONT n'a jamais été à côté de ma télé...

Faute de mieux, je reste donc sur l'offre Sosh FTTH sans TV.

Édité par seboquoi le 11/12/2018 à 17:30
Avatar de Sylan Abonné
Avatar de SylanSylan- 11/12/18 à 17:30:22

C'est marrant, je m'attendais à un article complet sur les fonctionnalités de cette box et la news est lue en 5 minutes... Il n'y a effectivement pas de quoi pavaner...

Avatar de oliv91ess INpactien
Avatar de oliv91essoliv91ess- 11/12/18 à 17:31:30

Pour la cohérence de la gamme, je trouve dommage de ne pas avoir supprimé définitivement la Crystal et proposé :

  • la mini 4K en entrée de gamme à 20€ (boite Sosh en face)
  • la One à 30€
  • la V6 à 40€ et avec Netflix en +
  • la V7 à 50€
Avatar de Radithor INpactien
Avatar de RadithorRadithor- 11/12/18 à 17:32:26

à voir si Orange/Sosh n'augmente pas ses tarifs pour suivre ceux de Free. Ce serait fou quand même, mais le monde des télécoms réserve toujours des surprises.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 11/12/18 à 17:36:21

Comme dit, la box reprend la base technique et l'interface de la Delta, faire une redite du papier précédent n'avait pas trop d'intérêt ;)
 

oliv91ess a écrit :

Pour la cohérence de la gamme, je trouve dommage de ne pas avoir supprimé définitivement la Crystal et proposé :

  • la mini 4K en entrée de gamme à 20€ (boite Sosh en face)
  • la One à 30€
  • la V6 à 40€ et avec Netflix en +
  • la V7 à 50€

Oui, comme dit dans l'article, une cohérence de gamme se trouvera sans doute avec quelque chose de ce goût-là. En fait j'ai du mal à comprendre pourquoi Free n'articule pas ses offres autour d'un ou deux Server et les boîtiers Player en option (à l'achat ou location au pire si ça lui fait plaisir).

Avatar de Radithor INpactien
Avatar de RadithorRadithor- 11/12/18 à 17:42:09

Sylan a écrit :

C'est marrant, je m'attendais à un article complet sur les fonctionnalités de cette box et la news est lue en 5 minutes... Il n'y a effectivement pas de quoi pavaner...

oliv91ess a écrit :

Pour la cohérence de la gamme, je trouve dommage de ne pas avoir supprimé définitivement la Crystal et proposé :
- la mini 4K en entrée de gamme à 20€ (boite Sosh en face)
- la One à 30€
- la V6 à 40€ et avec Netflix en +
- la V7 à 50€

  • la Freebox One, c'est un peu une Freebox mini 4K améliorée (voire une résurgence de la Freebox v4 qui était monobloc). 
  • la Freebox Delta, c'est une Freebox "premium" comme la Freebox Révolution en son temps. 

Donc j'aurais été dans l'équipe marketing de Free, j'aurais proposé :

  • l'offre "lowcost" à 20-25€ par mois avec au choix une mini 4K ou une Révolution (un supplément de 5-8€ de plus par mois). Et au revoir! la Freebox v5/Crystal,
  • l'offre "standard" triplay à 29,99€ (ou 34,99€) par mois avec au choix une Révolution ou une Freebox One  
  • l'offre "premium" Delta à 50€ par mois avec option d'acheter un appareil Devialet dans la boutique Freebox (avec toutes les propositions de paiements différés, à crédit, comptant, etc).
Édité par Radithor le 11/12/2018 à 17:46
Avatar de Boris Vassilieff Abonné
Avatar de Boris VassilieffBoris Vassilieff- 11/12/18 à 17:49:34

La question est : peut-on brancher un disque externe pour enregistrer  la TNT ou les chaines télé via l'adsl/fibre ?

Et la conf Orange, c'est pas aujourd'hui ?

Édité par Boris Vassilieff le 11/12/2018 à 17:50
Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 11/12/18 à 17:54:32

C'est le but des ports eSATA/USB. La conférence Orange est demain, comme indiqué dans #LeBrief.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9

Votre commentaire

Avatar de lecteur anonyme
Avatar de lecteur anonyme

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact