Intel SDSi : sur Sapphire Rapids, même les fonctionnalités seront modulaires

Et bientôt le contrôleur qui va avec ?
Intel SDSi : sur Sapphire Rapids, même les fonctionnalités seront modulaires

Cela fait des années qu'Intel travaille à la modularité de ses architectures de CPU, multipliant les fonctionnalités à y intégrer ou non selon les marchés visés, parfois avec des références spécifiques. Avec son Software Defined Silicon (SDSi), l'entreprise veut se simplifier la vie et mise sur une activation logicielle.

La segmentation des processeurs se fait en général selon les marchés, parfois avec des architectures spécifiques, des fonctionnalités actives ou non, etc. Tous les constructeurs ont recourt à ces mécaniques pour diversifier leurs prix.

Fonctionnalités des CPU : un besoin similaire, des approches différentes

Chez AMD, un même die sert par exemple pour les Ryzen grand public, les modèles « Pro » avec AMD Secure actif, les stations de travail (Threadripper), les serveurs (EPYC). D'autres puces permettent de s'adresser plus spécifiquement à des offres avec partie graphique intégrée (APU) pour des PC ou des solutions embarquées (Ryzen V). 

Chez Intel, c'est un peu la même chose avec les processeurs destinés à la basse consommation, au mobile, aux offres pour PC et stations de travail et serveurs. Ici, on trouve également des fonctionnalités spécifiques présentes ou non selon les cas et les besoins, de vPro à QAT dans le domaine du réseau en passant par AVX/DL Boost, etc. 

Pour sa prochaine gamme de serveurs, AMD a fait son choix : elle va diversifier ses cœurs : Zen 4 pour la performance, Zen 4c pour la densité. Une version allégée mais pouvant grimper à 128 cœurs par socket. Chez Intel, l'approche à venir pour Sapphire Rapids est différente, la puce étant modulaire, avec un maximum de 56 cœurs (sur quatre tuiles).

Il en existera différentes déclinaisons physiques, dont certaines déjà officialisées, comme celles avec de la mémoire HBM2e au sein du packaging. Restait la question des besoins spécifiques exprimés par certains clients. Intel propose par exemple déjà des références de ses processeurs avec une gestion plus malléable de la fréquence (Speed Select), propose d'activer ou non des fonctions RAID (VROC), des sujets sur lesquels l'entreprise veut rationaliser.

SDSi arrive chez Intel, un processeur à la demande

Elle travaille ainsi depuis un moment sur un projet qui vient d'être repéré et dévoilé par Phoronix : Software Defined Silicon (SDSi). Il s'agit pour le constructeur de proposer des références uniques qui pourront accéder ou non à certaines fonctionnalités selon les besoins, avec une activation logicielle. Une stratégie qui avait un temps été tentée, puis vite oubliée, sur l'offre grand public où l'on pouvait transformer des Celeron en Pentium par exemple.

Ainsi, un CSP pourra décider dans certains cas d’acheter des processeurs avec une fonctionnalité comme Quick Assist (QAT) mais ne l'activer que dans un second temps, selon ses besoins. Une stratégie qui pose question, mais sur laquelle on a encore peu de réponses : est-ce que la licence se paiera de manière unique, est-ce qu'une fois qu'elle sera activée sur un processeur il sera possible de revenir en arrière et de l'utiliser sur un autre, etc. On attend aussi de voir quel sera l'effet sur l'organisation de la gamme et sur la tarification finale des puces.

Pour le moment, nous n'avons pas eu de réponse claire à ces sujets de la part des partenaires de l'entreprise que nous avons pu interroger. En tout état de cause, cela devrait être lancé avec la prochaine génération de puces Xeon, Sapphire Rapids. On pourra alors découvrir la forme que cela prend en pratique.

2000 - 2022 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact