Gigabyte MX33-BS0 : analyse d'une carte mère pour Xeon E-2300 avec gestion distante

Envie d'hyperconvergence 1S?
Gigabyte MX33-BS0 : analyse d'une carte mère pour Xeon E-2300 avec gestion distante

Début septembre, Intel officialisait ses Xeon E-2300, la version pour serveurs de ses Core de 11e génération (Rocket Lake-S). Dans la foulée, tous les grands constructeurs de cartes mères annonçaient leur modèle. Nous avons pu tester la MX33-BS0 de Gigabyte avec un Xeon E-2388G.

Même s'il n'est pas connu pour ça de la part du grand public, Gigabyte est une référence dans le domaine des serveurs. En France, il équipe notamment les grands hébergeurs et quelques grands noms du monde des télécoms.

Surtout, le Taiwanais innove, n'hésitant pas à proposer des modèles intégrant les solutions de GRAID dans le stockage, misant depuis de longues années sur ARM et dernièrement sur Ampere Computing. Ainsi, lorsque NVIDIA cherche un partenaire pour son HPC SDK, c'est un serveur Gigabyte qu'il distribue à ses partenaires.

L'entreprise propose également des produits plus classiques, sur base de processeurs AMD ou Intel, qu'il s'agisse de machines rackables, au format tour ou même de simples cartes mères. Ainsi, suite à l'annonce des Xeon E-2300 (LGA 1200) par Intel, nous avons demandé au géant américain de nous prêter un E-2388G afin de tester la MX33-BS0

Voici ce qu'il faut en retenir.

Un modèle classique mais complet

Au format Micro ATX, cette carte mère ne fait pas dans la fioriture. Son panneau arrière propose un habituel trio de ports RJ45 : deux à 1 Gb/s (Intel I210-AT), un pour la gestion distante. C'est une puce ASPeed AST2500 qui est utilisée pour le BMC et fait office de partie graphique. Un port VGA et console (RS232) sont ainsi présents.

On regrette par contre de ne pas avoir de sortie vidéo classique, puisque les Xeon E-2300 avec un « G » à la fin de leur référence embarquent une partie graphique. Celle de notre E-2388G ne sera donc guère utile ici. Quatre emplacements UDIMM pour de la DDR4 (jusqu'à 3,2 GHz, ECC) sont présents, parallèles au socket, serveur oblige.

Gigabyte MX33-BS0Gigabyte MX33-BS0

Pour le reste, on trouve quatre ports USB 2.0 et deux USB 3.2 (10 Gb/s). Un bouton d'identification est présent tout à gauche du panneau arrière. Le chipset est un C252, qui permet donc de profiter des solutions vPro destinées aux serveurs, mais fournit surtout six ports S-ATA 6 Gb/s ainsi que quatre lignes PCIe 3.0 pour un SSD M.2. 

Le processeur alimente pour sa part l'unique port PCIe 4.0 x16 et un port PCIe 4.0 x8 (câblé en x4). Un type de port idéal pour une carte réseau 10/25 Gb/s. Le PCB propose un connecteur pour un élément TPM physique, un second port COM, de l'USB 3.2 (5 Gb/s). Le manuel évoque également une LED d'état du BMC, six connecteurs pour ventilateurs (4 broches), deux SATA SGPIO, un PMBus, un IPMB et un HDD Backplane.

Le bundle est minimal : la plaque arrière et deux câbles S-ATA.

BIOS, BMC et GSM

Le BIOS est très complet, permettant de paramétrer les options du processeur dans les moindres détails, mais aussi de gérer les différents composants. On peut même directement monter un stockage iSCSI ou un RAMDisk.

Nous n'avons par contre vu aucune option pour la bifurcation PCIe du port x16. Elle n'est pas gérée. Certains regretteront aussi l'absence de IOMMU, ce qui empêchera de partager un périphérique PCIe en passthrough à une machine virtuelle. Lors de nos essais, Proxmox VE a ainsi refusé de le faire avec une carte graphique.

  • Gigabyte MX33-BS0 BIOS
  • Gigabyte MX33-BS0 BIOS
  • Gigabyte MX33-BS0 BIOS
  • Gigabyte MX33-BS0 BIOS
  • Gigabyte MX33-BS0 BIOS
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC
  • Gigabyte MX33-BS0 BMC

La gestion distante est aussi un classique du genre, ASPeed oblige. On y retrouve tous les éléments du système, capteurs, logs et autres éléments d'information. On regrette toujours l'absence de gestion du français/azerty.

On peut utiliser son interface web pour allumer et éteindre le serveur, mettre à jour son BIOS, accéder à son écran de manière distante, procéder à une installation en partageant une image ISO à travers le réseau en la faisant passer pour un lecteur optique local. Le mot de passe par défaut est le numéro de série de la carte.

Notez que Gigabyte propose sa propre couche de gestion Server Management (GSM) qui prend la forme d'un serveur à installer sur une machine tierce, pouvant communiquer (via IPMI/Redfish) avec les BMC de différents serveurs, via des applications mobiles, un plugin pour VMware VCenter, une interface web ou un accès CLI. 

Nous reviendrons sur cette solution dans un prochain article.

Gigabyte Server Managment GSM

MX33-BS0 : parée pour les NAS/SAN (entre autres)

Vous l'aurez compris, cette carte mère ne sera pas celle à choisir si vous cherchez à monter une machine avec une baie full-flash PCIe (NVMe) ou à disposer de débits ultra-rapides sans carte réseau additionnelle.

Il s'agit plutôt d'un modèle pensé pour ceux cherchant à se monter un serveur avec gestion distance et jusqu'à six périphériques S-ATA. Elle est ainsi adaptée à un usage de type NAS/SAN, pouvant accueillir une carte réseau à 10 ou 25 Gb/s et pourquoi pas une carte graphique ou un accélérateur sur son port principal. Mais aussi un processeur assez performant pour encaisser de nombreuses VM/conteneurs, avec un système « tout-en-un ».

La MX33-BS0 peut être commandée auprès de certains intégrateurs français, on la trouve chez certains revendeurs outre-Rhin pour 316 euros. Ce sera ainsi une alternative plus abordable à l'E3C256D4U-2L2T  d'ASRock Rack.

  • Introduction
  • Un modèle classique mais complet
  • BIOS, BMC et GSM
  • MX33-BS0 : parée pour les NAS/SAN (entre autres)
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2022 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact