Chez Ikoula : cœur de réseau 100 Gb/s, Kubernetes managé et Bare Metal-as-a-Service

Et du Micro Serveur++ en 2022 ?
Chez Ikoula : cœur de réseau 100 Gb/s, Kubernetes managé et Bare Metal-as-a-Service

Lorsque l'on parle d'hébergeur français, on pense rapidement à OVHcloud, Scaleway ou même Gandi. Mais bien d'autres acteurs de taille « intermédiaire » existent et cherchent à se démarquer tant par leur offre que leur approche des produits. Ikoula est l'un d'eux, et il prépare quelques nouveautés.

Créé en 1998, Ikoula est un hébergeur français disposant de ses propres datacenters à Reims (2006) et Eppes (2014), présent dans différents pays d'Europe tout comme dans plusieurs grandes villes françaises.

Il propose de l'hébergement classique (jusqu'à la colocation), des services, de la messagerie, des serveurs dédiés, VPS, instances via un cloud public, du cloud privé/hybride. Mais aussi des services plus clé en main, comme ses applications en déploiement « one-clik », son Cloud PRA (pour Plan de Reprise d’Activité) ou via des partenariats avec Acronis et VMWare. Il est aussi l'un des rares à proposer des NAS Synology (DS115J, DS216J ou RS815+) hébergés. 

Il y a quelques années, la société s'est fait remarquer en proposant son offre Micro Serveur, des dédiés à petit prix basée... sur des Raspberry Pi 4, avec seulement une IPv6 (IPv4 en option). Une offre à l'aventure peu banale, à laquelle nous avons consacré un article dans notre magazine papier #3, actuellement en cours de financement.

Lors de notre entretien, Joaquim Dos Santos, le patron de la R&D d'Ikoula, a également accepté de nous parler d'autres projets de l'entreprise, qui a récemment intégré le groupe Sewan

Cap sur le 10/100 Gb/s

Outre l'évolution de l'offre Micro Serveur, un projet qui doit avancer dans le courant de l'année prochaine, Ikoula est actuellement occupée à une migration de son cœur de réseau. Il était jusqu'à maintenant en 40 Gb/s et passe progressivement à 100 Gb/s, avec de l'agrégation pour les liens de peering lorsque c'est nécessaire. 

L'idée défendue par les équipes est de faire monter d'un cran toutes les interfaces réseau, et donc de profiter de l'occasion pour généraliser le 10 Gb/s au niveau des serveurs. Là aussi tout va se faire de manière progressive, le passage à 100 Gb/s ayant déjà pris un peu de retard, il devrait néanmoins être finalisé d'ici la mi-2022 si tout va bien.

Est-ce que l'équipe prévoit l'ouverture d'un nouveau datacenter ? Lors de notre échange, c'est un sujet qui était évoqué, plutôt pour s'étendre hors du nord-est de la France, mais rien de plus concret n'était décidé.

k8s et BMaaS au programme

Du côté des services, il était plutôt question d'un Kubernetes managé, comme le proposent déjà d'autres fournisseurs de services cloud (CSP), notamment en France. Cela doit permettre à ses clients de gérer leurs déploiements en se reposant de plus en plus sur des services internes à Ikoula. Mais aussi à des solutions multi-cloud plus simples à mettre en place, par exemple en utilisant le service Kosmos de Scaleway, désormais ouvert à tous.

Comme ailleurs, la migration des offres vers une dynamique cloud est l'un des points d'attention de l'hébergeur, qui espère bientôt proposer du Bare Metal-as-a-Service (BMaaS), soit des serveurs dédiés mais louables à l'heure plutôt qu'au mois. L'idée semble de tester ce dispositif avec les Micro Serveur RPi 4 avant d'éventuellement l'étendre.

Aucune date précise ne nous a été donnée pour la mise en place de ces nouveautés.

2000 - 2022 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact