AMD : Threadripper 32 cœurs, Radeon Nano 56, partenariat avec Huawei... mais peu de détails

L'été sera chaud !
AMD : Threadripper 32 cœurs, Radeon Nano 56, partenariat avec Huawei... mais peu de détails

Cette année, le Computex était surtout l'occasion pour AMD de dire que tout continue de se passer comme prévu. Le constructeur avait gardé quelques surprises, mais doit faire attention : malgré les annonces, trouver des machines portables avec du Ryzen reste encore assez difficile (notamment en France).

Comme chaque année, AMD organisait cette nuit une conférence de presse à l'hôtel Westin de Taipei, en marge du Computex. Lisa Su et son équipe ont délivré le même message que ces derniers mois : tout avance comme prévu, et des nouveautés continuent d'arriver.

La société renforce ainsi sa position vis-à-vis des grandes marques du secteur, prépare l'arrivée de la seconde génération de Threadripper et le passage au 7 nm. Une manière de maintenir la pression sur Intel. Et comme si cela ne suffisait pas, on apprend que les puces pour station de travail Threadripper pourront intégrer jusqu'à 32 cœurs !

Nous notons pourtant une grande différence par rapport à la conférence de 2017 : peu de détails sont donnés, notamment sur les prix ou les dates de lancement. La société semble se réserver pour de prochaines annonces.

Threadripper en 12 nm : une nouvelle  fessée pour Intel ?

La seconde génération de Ryzen a apporté quelques améliorations bienvenues, mais pas de révolution (voir notre test). Mais pour chambouler à nouveau le marché, AMD avait un autre atout dans sa manche : plutôt que de n'activer que quatre des huit cœurs dans chaque die qui compose un Threadripper, ils pourront tous être utilisés.

Résultat, ces processeurs pourront désormais atteindre un maximum de 32 cœurs (64 threads). On comprend alors mieux pourquoi Intel a pris le temps de montrer une puce 28 cœurs overclockée à 5 GHz le jour précédent. Mais voilà : de celle-ci on ne sait presque rien, si ce n'est qu'elle a demandé un système de refroidissement très important pour assurer la démo. 

Côté Threadripper, on en sait guère plus. Là aussi AMD a assuré des démonstrations (voir nos vidéos ici et ), mais n'a rien lâché : pas de prix, pas de date de lancement, aucun détail sur la plateforme, les fréquences, etc. Un choix qui contraste avec les conférences précédentes, plus complètes à ce niveau.

Ryzen Desktop, Vega, 7 nm : tout va bien

Ce manque d'information va loin. Le constructeur n'a même pas parlé du chipset B450, pourtant évoqué par tous ses partenaires au Computex, un comble. Nous avons seulement eu droit à une série de « nous continuons de déployer la feuille de route dans les temps », accompagnés de quelques chiffres.

Ainsi, plus de 5 millions de processeurs Ryzen ont été livrés par AMD depuis le lancement. Du côté de Vega, la société ose même affirmer qu'elle s'est vendue dix fois plus que la précédente génération. Un chiffre peu crédible et biaisé. AMD a confirmé par la suite ne pas faire référence à la génération Polaris, mais à Fiji (Radeon RX 200, nano, etc.).

AMD Ryzen Computex

Dans tous les cas, la suite arrive. La Vega Nano 56 devrait bientôt être mise sur le marché après de nombreux mois de teasing dans le vent. Les exemplaire en 7 nm sont en phase de sampling et seront livrés dans la seconde moitié de l'année pour les versions consacrées au marché professionnel. 

Du côté de Zen 2, il est toujours prévu pour un lancement en 2019, le sampling étant attendu pour la fin de l'année. De premiers exemplaires fonctionnent actuellement dans les laboratoires d'AMD, qui l'assure : leurs résultats sont très bons.

Huawei comme nouveau partenaire, ASUS en mode gros troll

Il y a un terrain où AMD positive, malgré une situation qui n'est pas totalement rose, surtout sur un marché comme la France : celui des partenariats avec les fabricants, notamment de machines portables.

Après Acer, ASUS, Dell ou HP, Huawei saute le pas et annonce qu'un MateBook D de 14 pouces basé sur un Ryzen 5 2500 U sera mis sur le marché sous peu. Tarif et date de disponibilités inconnus. De toutes manières, il est très compliqué de trouver un modèle basé sur une puce Ryzen Mobile en France. Ce, malgré les promesses des partenaires d'AMD au début de l'année.

Lors d'un déjeuner organisé en début d'année, Dell, HP et Lenovo nous juraient la main sur le cœur qu'AMD était désormais un acteur incontournable pour eux. Force est de constater qu'ils ne sont pas pressés de placer des produits dans les boutiques françaises, malgré les communiqués de presse et autres annonces.

Notons d'ailleurs que dans la liste des revendeurs partenaires mis en avant lors de la conférence, aucun français n'est mentionné, pas même LDLC qui a pourtant souvent les faveurs de la société.

ASUS X570ZD AMD Computex

Autre bémol pour AMD : le choix d'ASUS pour l'une de ses machines. Le constructeur a en effet eu la très bonne idée d'annoncer un X570ZD lors de la conférence. Problème : celui-ci utilise un APU Ryzen 7 2700U disposant d'une Radeon intégrée, mais exploitera plutôt une... GeForce GTX 1050. Un affront que l'assistance semble avoir peu goûté.

Surtout que ce choix technique semble avoir un intérêt limité, sinon le fait de coller un logo GeForce sur une machine destinée au grand public, qui ne sera pas trop regardant.

Une phase de transition

Pour AMD, cette période est sans doute complexe. Côté CPU, il faut attendre Zen 2 pour vraiment apporter du nouveau et se contenter d'un passage au 12 nm pour occuper le terrain d'ici là. Intel semblant encore dans le déni et n'ayant pas encore décidé de passer la seconde, il ne s'agit pas vraiment d'un défi. 

Threadripper et ses 32 cœurs devraient écraser la concurrence assez facilement, d'autant que les tarifs risquent d'être assez « attractifs » (pour des produits de ce genre tout du moins). Espérons que la plateforme apportera du nouveau, ou qu'elle aura au moins la bonne idée d'être plus accessible. Le prix des cartes mères X399 était en effet l'un des gros défauts de ces puces à leur lancement.

Pour ce qui est des GPU, malgré la « positive attitude » concernant Vega, il faudra sans doute attendre Navi pour espérer voir des améliorations concrètes. Un modèle Nano et le 7 nm permettront sans doute de patienter, mais si NVIDIA dévoile une nouvelle génération de GeForce pendant l'été, les Radeon ne pourront sans doute pas la rattraper sur le court terme.

Reste le plus gros défi pour les équipes d'AMD : le front commercial concernant l'intégration et les machines portables. Alors que Qualcomm attaque le terrain de l'entreprise et des jeunes actifs, et qu'Intel domine toujours le marché des portables, il faut que les choses avancent plus vite.

L'indisponibilité de la plupart des modèles annoncés l'hiver dernier sur un marché comme la France devrait être une sonnette d'alarme, nécessitant une action forte d'AMD vis-à-vis de ses partenaires. Car les communiqués de presse ne génèrent pas de chiffre d'affaires, et sans produits sur les étals, il sera difficile d'en vendre... 

La période de la rentrée scolaire, le fameux back-to-school sera ainsi cruciale. Espérons qu'AMD France et ses partenaires locaux se bougent un peu, sous peine de voir les clients rester chez la concurrence.

  • Introduction
  • Threadripper en 12 nm : une nouvelle  fessée pour Intel ?
  • Ryzen Desktop, Vega, 7 nm : tout va bien
  • Huawei comme nouveau partenaire, ASUS en mode gros troll
  • Une phase de transition
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact