TOP500 des supercalculateurs : peu de changements, toujours aucun exascale

La France en 14e position
TOP500 des supercalculateurs : peu de changements, toujours aucun exascaleCrédits : baranozdemir/iStock

Semestre après semestre, Fugaku reste indétrônable dans le domaine des supercalculateurs avec un niveau de performances près de 3x supérieur à celui du deuxième du classement. Alors que l’on attendait des machines de type exascale, elles ne montrent pas encore le bout de leur benchmark.

Deux fois par an – en juin et en novembre – le classement Top500 des supercalculateurs est mis à jour. Pas de gros changements cette fois-ci puisque Fugaku est toujours en tête avec ses 7 630 848 cœurs (A64FX, architecture ARM) pour une puissance de calcul de 442 PFLOPS. Summit le suit avec « seulement » 148 PFLOPS.

Tous les autres sont sous les 100 PFLOPS, comme Sierra à 94,6 PFLOPS, Sunway TaihuLight à 70,9 PFLOPS, etc. 

TOP500 novembre 2021

Voyager-EUS2 dans le TOP10, AMD prend ses aises

Hormis un gain de performances pour Perlmutter (5e position) qui passe de 64,6 à 70,8 PFLOPS, il faut descendre jusqu’à la 10e place pour voir un changement notable avec un nouveau venu : Voyager-EUS2 de Microsoft Azure.

Ce supercalculateur exploite des processeurs AMD EPYC (48 cœurs à 2,45 GHz) avec des GPU NVIDIA A100 et 80 Go de mémoire. Sa puissance est de 30 PFLOPS. Il prend la place de Frontera de DELL EMC (avec des Xeon Platinum 8280) qui descend à la 13e place.  AMD occupe d'ailleurs toujours une bonne place dans ce classement puisque 4 des 10 supercalculateurs du TOP10 sont équipés de ses processeurs EPYC, contre un seul supercalculateur en Intel.

Autre motif de satisfecit : toutes les nouvelles machines du TOP15 sont équipées de ses processeurs. Intel espère bien revenir dans la course avec Sapphire Rapids l'année prochaine, Xe et Ponte Vecchio. Il profite d'ailleurs de cette publication et de la conférence Super Computing 2021 qui se tient actuellement pour évoquer ces projets.

Ethernet, Chine, et USA toujours en tête

Pas de gros changement au niveau des interconnexions : Ethernet est toujours en tête en étant présent sur 240 supercalculateurs, suivi par Inifiniband avec 180. « Les interconnexions Ominpath sont présentes 40 fois sur la liste, il y a 34 interconnexions personnalisées et seulement 6 systèmes avec des réseaux propriétaires ».

La Chine et les États-Unis dominent largement les débats : « Bien que la Chine soit passée de 186 systèmes à 173 [dans le Top500], les États-Unis sont passés de 123 machines à 150 ». La France compte une vingtaine de machines, dont le CEA-HF à la 14e place, PANGEA III de Total à la 29e place et de nouveau le CEA (Tera-1000-2) à la 42e place.

TOP500 novembre 2021

Green500 et HPCG500, où sont les machines exaflopiques ?

La liste Green500 est aussi mise à jour, avec un classement qui tient aussi compte de la consommation. Pas de changement dans les premières places, que ce soit pour l’ordre ou l’indice d’efficacité énergétique. Même chose pour le classement « alternatif » High-Performance Conjugate Gradient (HPCG), très proches de la liste Top500.

Enfin, et « bien qu'il y ait également eu des rapports sur plusieurs systèmes chinois atteignant des performances de niveau Exaflop, aucun de ces systèmes n'a soumis de résultat au TOP500 ». La nuance est importante : il n’est pas question de réfuter leur existence, mais simplement de dire qu’aucun benchmark n’a été envoyé.

  • Introduction
  • Voyager-EUS2 dans le TOP10, AMD prend ses aises
  • Ethernet, Chine, et USA toujours en tête
  • Green500 et HPCG500, où sont les machines exaflopiques ?
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact