GTC 2021 : Octave Klaba viendra vanter les DPU de NVIDIA

Et bientôt ceux de Kalray ?
GTC 2021 : Octave Klaba viendra vanter les DPU de NVIDIA

Ce n'est pas si souvent qu'un acteur français est invité par un géant des nouvelles technologies américain comme NVIDIA pour parler technique lors d'un évènement comme la GTC. Début novembre, ce sera le cas d'Octave Klaba qui expliquera comment il utilise les DPU pour booster son offre bare metal.

Du 8 au 11 novembre, NVIDIA tiendra une nouvelle édition de sa GPU Technology Conference (GTC). Elle se tiendra quelques semaines après l'Intel On, des sources proches d'AMD évoquant aussi un évènement public destiné aux professionnels à la même période. Le PDG Jen Hsun Huang est attendu pour une intervention le 9 novembre.

La GTC de fin d'année approche, demandez le programme

Mais la GTC, est aussi l'occasion d'un brassage : NVIDIA évoque ses nouveautés et projets, mais invite également ses partenaires à s'y associer, à présenter leurs travaux en cours autour des produits de la société. De nombreuses sessions (plus ou moins techniques) sont organisées, dont la liste vient d'être mise en ligne.

Sans surprise on retrouve toutes les tendances de ces dernières années pour le constructeur, de la montée en puissance du ray tracing à la 5G et la virtualisation en passant l'automobile assistée/autonome, le multimédia ou encore les solutions médicales. Le tout avec un zeste de Metaverse, via NVIDIA Omniverse.

On trouve aussi des sessions sur des outils étonnant, comme rust-gpu, développé par Embark Studios sous Licence Apache 2.0, qui vise à compiler des shaders développés en Rust via le GPU et non le CPU.

Octave Klaba présent lors d'une session sur les DPU

Bien entendu, tout le monde se demande si NVIDIA en profitera pour parler de ses futures puces, du SoC Grace pour serveurs à la prochaine génération de GPU. Mais pour l'instant, rien n'a transpiré sur le sujet. Mais c'est un autre sujet qui a retenu notre attention, notamment parce que nous nous y intéressons ces derniers mois : l'offre réseau de NVIDIA en général et ses DPU BlueField en particulier.

Une solution que le constructeur vante depuis son rachat de Mellanox. Comme d'autres acteurs du marché, la société se rêve en acteur central du datacenter de demain, où les cartes réseau seraient la nouvelle carte mère : le système y démarre, on peut y stocker un OS et pourquoi pas un hyperviseur, y décharger des fonctionnalités importantes, l'utiliser pour le stockage, etc. 

NVIDIA compte pour cela sur ses SoC ARM et des GPU, alors qu'Intel a une approche légèrement différente avec ses IPU (Infrastructure Processing Unit) à base de FPGA ou de Xeon. Tout cela ne faisant que reproduire des mécaniques déjà bien développées chez certains acteurs comme AWS avec Nitro. 

Quel rapport avec Octave Klaba et OVHcloud ? Et bien le fondateur de l'hébergeur, qui prépare actuellement son entrée en bourse sur Euronext Paris, sera présent aux côtés de Yael Asseraf Shenhav, Vice-Président chez NVIDIA en charge des produits réseau et des... DPU. Il viendra donc vanter ces solutions et expliquer comment il les exploite.

La session est en effet présentée ainsi : « Découvrez comme le leader européen du cloud computing OVHcloud a conçu et déployé une plateforme cloud révolutionnaire qui intègre les DPU de NVIDIA pour fournir de nouveaux niveaux de scalabilité, de flexibilité et de performances. La nouvelle infrastructure bare-metal utilise une configuration multi-hôte qui permet à OVHcloud d'innover plus rapidement et d'apporter des produits et services cloud différents sur le marché, tout en réduisant ses prix ». Nous n'avons pour le moment pas plus de détails.

NVIDIA Bluefield2 DOCANVIDIA Bluefield2 DOCA

OVHcloud, Kalray et la souveraineté

Ironie du calendrier, OVHcloud organisait il y a quelques jours son Open Trusted Cloud Day (OTCD) vantant une approche souveraine de l'écosystème PaaS et SaaS en Europe. Il signait peu avant une tribune avec le français Kalray dans Les Échos expliquant comment « l'Europe peut gagner la bataille du cloud ».

Pour Eric Baissus (PDG de Kalray) et Michel Paulin (PDG d'OVHcloud) « il est de notre devoir de reprendre le contrôle sur notre cloud car il en va de la maîtrise de notre destin numérique et technologique. [il faut] éviter au plus vite un « quasi-monopole » imposé par des acteurs étrangers » ajoutant « encore faut-il que les organisations publiques et privées choisissent de travailler avec des acteurs européens… ».

Pour rappel, Kalray conçoit des puces « many cores » pour le traitement des données, tant dans le domaine de l'automobile que des datacenters. Il dévoilait mi-juin sa carte accélératrice K200-LP dont la puce MPPA3-80 (Coolidge) est présentée comme un DPU, pouvant décharger tout ce qui touche au stockage notamment (RoCE, NVMe/TCP), intégrant du réseau 2x 100 Gb/s, un port PCIe 4.0 x16 et pouvant traiter 2 MIOPS et 12 Go/s (par carte).

Kalray K200

D'une certaine manière, NVIDIA est donc son concurrent en la matière. Kalray travaille d'ailleurs à l'intégration de ses solutions depuis le début de l'été avec Scaleway mais aussi d'autres acteurs français tels que Clever Cloud. Preuve qu'en matière de souveraineté comme de tribunes, les alliés du jour ne sont pas toujours ceux du lendemain. Après tout, lors de son OTCD, OVHcloud vantait la souveraineté dans le PaaS et le Saas, pas dans l'IaaS.

  • Introduction
  • La GTC de fin d'année approche, demandez le programme
  • Octave Klaba présent lors d'une session sur les DPU
  • OVHcloud, Kalray et la souveraineté
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact