Netgear améliore Armor, son nouveau contrôle parental se fait attendre

Deux salles, deux ambiances
Réseau 2 min
Netgear améliore Armor, son nouveau contrôle parental se fait attendre

En cette semaine consacrée à la cybersécurité, Netgear annonce le renforcement de la couche de sécurité intégrée à ses routeurs en partenariat avec BitDefender. Armor gagne ainsi des fonctionnalités, toujours payantes.

Ces dernières années, Netgear s'est lancé dans un modèle économique mêlant produits et services. Une stratégie qui n'a rien d'original, mais qui pose parfois question dans le domaine des routeurs. En effet, faut-il considérer que les fonctionnalités de sécurité ou de gestion des flux doivent être intégrées au système ou sous forme de DLC ?

L'américain a opté pour la seconde approche, sans pour autant revoir le tarif de ses produits à la baisse. Il a dans un premier temps multiplié les partenariats, mais est en partie revenu sur cette stratégie. Ainsi, le contrôle parental Circle avec Disney n'est plus proposé. Une solution maison a été dévoilée mais n'est pas disponible en France.

Du côté de la sécurité, c'est avec BitDefender que Netgear s'est associé, et cette fois ça dure. Armor est présent au sein de nombreux modèles de la gamme, proposés gratuitement pendant 30 jours. Aujourd'hui, on apprend que de nouvelles fonctionnalités sont mises en place sur les routeurs Wi-Fi 6 Nighthawk et les solutions Orbi, « avec une disponibilité élargie dans les semaines à venir » promet Netgear sans plus de détails.

Elles justifient selon la marque le passage de 70 à 100 euros par an et sont présentées de la manière suivante :

  • Protection des données sensibles : bloque les tentatives d’envoi des données bancaires ou de connexion, ou encore les informations d’identité via des connexions non cryptées.
  • Détection d’anomalies : l’algorithme d’intelligence artificielle supervise et apprend le comportement habituel des appareils connectés, pour pouvoir bloquer toute activité qui sortirait de l’ordinaire.
  • Protection contre les attaques de type « Brute Force » : protège les appareils connectés des bots qui tentent de compromettre les mots de passe via des tentatives coordonnées et illimitées.
  • Protection contre les attaques DDoS : protège le réseau contre les attaques par déni de service.
    Prévention des exploits et détection d’intrusion : protège les données et les appareils des intrusions malveillantes.

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact