Débits des clés USB : les constructeurs continuent de se moquer du monde

Mais à très petit débit (en écriture)
Débits des clés USB : les constructeurs continuent de se moquer du monde

Choisir ses composants informatiques et autres périphériques n'est pas toujours simple, tant les normes sont nombreuses, changeantes. Les constructeurs n'arrangent rien en jouant parfois du flou sur les caractéristiques de leurs produits. Notamment dans le domaine du stockage... et des clés USB.

Nous critiquons régulièrement les fabricants de SSD pour le manque de transparence dont ils font preuve sur les caractéristiques de leurs produits. Ils se contentent en effet le plus souvent de donner les débits séquentiels que l'on peut atteindre au maximum, loin des performances réelles du SSD sur de petits fichiers ou de gros transferts.

Caractéristiques et stockage : il est temps que ça cesse

Car ces résultats idéaux sont le fruit d'un cache que les constructeurs « oublient » le plus souvent de mentionner, ne détaillant donc pas son fonctionnement ou les débits lorsqu'il n'est plus actif. Parfois, ils ne mentionnent même pas le type de puces de flash NAND utilisées (MLC, TLC, QLC) ou l'endurance pourtant liée à la garantie.

Pire, ces composants essentiels changent parfois, comme nous l'avions relevé chez PNY. Ces dernières semaines, Samsung et Western Digital ont été pris la main dans le pot de confiture, le second promettant qu'il changerait désormais la référence de ses produits lorsque les composants sont modifiés. Comment a-t-il pu en être autrement ? Les disques durs ne sont pas épargnés, avec plusieurs scandales ces dernières années.

Il y a une autre catégorie de produit où les pratiques sont peu reluisantes : les clés USB. Sur ce marché, les constructeurs ne prennent parfois même pas la peine de mentionner les débits séquentiels en lecture ET en écriture, tant ils sont mauvais. Ils préfèrent donc miser sur le flou et des promesses plus ou moins réalistes. 

C'est pour cela que nous conseillons le plus souvent d'opter pour un petit boîtier USB dans lequel on place un SSD lorsque l'on a besoin de capacité et de performances à un prix raisonnable. Mais parfois, on veut simplement une clé USB compacte pour y placer une ou plusieurs images de systèmes à installer (via Ventoy par exemple). 

On fait alors face au manque de transparence des constructeurs. Mais en réalité, quelles sont les performances de clés USB 3.x que l'on peut trouver dans le commerce pour 10 à 30 euros ? Nous avons commandé plusieurs modèles de 32 Go afin de voir comment elles étaient présentées par leur constructeur et les tester.

SanDisk Ultra « jusqu'à 130 Mo/s** »... et en vrai ?

Commençons par le classique du genre, sans doute l'un des modèles les plus vendus sur le marché : la SanDisk Ultra. On la trouve un peu partout pour un peu moins de 10 euros dans sa version 32 Go. Le modèle actuel est proposé sous la référence SDCZ48-032G-U46, assez longue mais avec un connecteur USB Type-A rétractable.

Elle est annoncée avec un débit en lecture de 130 Mo/s au maximum. On nous promet également des débits jusqu'à 10x supérieurs à ceux d'une clé USB 2.0. Mais cette fois, pas de gros chiffres sur l'emballage. Et pour cause : deux petites étoiles viennent préciser à l'arrière en petite police que cela revient à 10x 4 Mo/s soit... 40 Mo/s.

Il aurait pourtant été facile de le mentionner tout aussi clairement que les débits en lecture. Une autre information est donnée : on peut y « transférer un film complet en moins de 40 secondes ». Là aussi il faut se référer à une note pour avoir le détail. Il s'agit d'un fichier MPEG-4 de 1,2 Go, soit un débit moyen de... 30 Mo/s.

Sur son site, SanDisk ne dit rien de plus. Même chose du côté de la fiche technique. Comme tous les modèles que nous avons testés, cette clé est garantie 5 ans. Elle est livrée avec le logiciel de chiffrement SecureAccess. Elle donne également accès à un abonnement d'un an au logiciel de récupération RescuePro.

Nous l'avons testée avec CrystalDiskMark 8 (profil SSD NVMe) :

SanDisk Ultra 32 Go USB CrystalDiskMark
Des résultats qui tuent (la clé USB)

Comme on peut le voir, les débits en lecture séquentielle sont tenus et même dépassés puisque l'on est aux alentours de 160 Mo/s. Mais dès que l'on passe à des accès aléatoires 4K ou à de l'écriture, cela s'effondre. 

D'ailleurs, le score CDM en écriture séquentielle est trompeur. Car la clé peut bien atteindre 40 Mo/s en écriture, un débit qu'elle arrive à tenir un certain temps. Puis ce score baisse petit à petit jusqu'à atteindre 15 Mo/s. Mais nous avons fait face avec un problème plus gênant : dès le test CDM terminé, la clé était inutilisable.

Elle rencontrait en effet des erreurs, se mettait en protection et donc en lecture seule. Nous avons pu reproduire le problème avec deux exemplaires différents achetés ces derniers jours. Heureusement, elles sont garanties 5 ans.

SanDisk Ultra Flair : cette fois « jusqu'à 150 Mo/s** »

Lorsque l'on monte en gamme, ce problème n'arrive plus. Nous l'avons vérifié avec une clé de la gamme Ultra Flair de 32 Go (‎SDCZ73-032G-G46) qui est bien plus compacte, sans connecteur rétractable cette fois. Son corps est principalement en métal avec un système d'attache en plastique.

Les débits annoncés sont aussi légèrement supérieurs : jusqu'à 150 Mo/s en lecture en gros sur l'emballage, 15x l'USB 2.0 en écriture à l'arrière (60 Mo/s). On nous promet cette fois le transfert d'un film en 30 secondes, soit un gain de 25 % par rapport au modèle précédent. Cela fait toujours référence à un fichier MPEG-4 de 1,2 Go, soit un débit moyen de 41 Mo/s. Détail amusant, nous l'avons payé moins cher que le modèle précédent : 7,83 euros contre 8,36 euros. Depuis, la tendance s'est inversée, mais de peu puisqu'elle est affichée à 8,99 euros.

Le niveau de transparence est donc inchangé entre les deux modèles, tout comme sur le site de SanDisk qui évoque les mêmes chiffres, outils intégrés et la garantie 5 ans. Tout comme la fiche technique.

SanDisk Ultra Flair 32 Go USB CrystalDiskMarkSanDisk Ultra Flair 32 Go USB Atto
Des résultats corrects pour un modèle à petit prix

Outre le fait que cette clé ne soit pas morte pendant nos tests, elle affiche de bons résultats. Ils sont certes inférieurs en lecture séquentielle (140/150 Mo/s environ), mais meilleurs partout ailleurs. La preuve que ce seul critère ne suffit pas. Les pleins débits sont atteints à partir de blocs de 512 ko.

Transférer l'ISO de Windows 11 Beta sur la clé avec Rufus nous a demandé 4 minutes et 19 secondes. 

Kingston DataTraveler 100 G3 : débrouillez-vous

On passe à Kingston en commençant là aussi par son modèle de base (DataTraveler 100 G3), qui ne contient cette fois pas la moindre promesse de débit sur l'emballage. C'est un problème puisque les indications des revendeurs sont aléatoires. Il faut donc se référer au site du constructeur... qui ne communique que les débits en lecture :

  • Modèles de 32 et 64 Go : 100 Mo/s
  • Modèles de 128 et 256 Go : 130 Mo/s

Ce modèle compact (60 x 21,2 x 10mm) à connecteur Type-A rétractable devrait donc être moins performant que les deux précédents. Il est aussi moins cher : 6,09 euros, mais par pack de 2 au minimum sur Amazon. Chez d'autres comme Top Achat il faut compter près de 12 euros l'unité. La garantie annoncée par Kingston est de 5 ans.

Ici, on note une régression par rapport aux modèles de SanDisk : rien n'est précisé concernant les performances en écriture. Même dans la fiche technique. Est-ce 4 Mo/s, 40 Mo/s, 80 Mos ? Impossible à dire. Le client ne sait donc pas ce qu'il achète, une attitude qui n'est pas digne d'un constructeur tel que Kingston.

Kingston DataTraveler 100 G3 32 Go USB CrystalDiskMarkKingston DataTraveler 100 G3 32 Go USB Atto
Papa, c'est quoi une clé à éviter ? C'est ça

Comme on pouvait s'y attendre, ce flou était le signe de performances médiocres. Si l'on monte à plus de 110 Mo/s en lecture séquentielle, en écriture on peine à atteindre 13 Mo/s. Ajoutez à cela une clé assez large (mais un capuchon plutôt simple à utiliser), vous avez un modèle moins bien que le précédent, pas forcément moins cher.

Transférer l'ISO de Windows 11 Beta sur la clé avec Rufus nous a demandé 7 minutes et 30 secondes. 

DataTraveler Kyson : Kingston plus prolixe (ou presque)

Il faut en réalité monter en gamme chez Kingston pour commencer à avoir des informations plus précises. Nous avons ici opté pour la DataTraveler Kyson de 32 Go, présentée comme un modèle USB 3.2. Comme la Ultra Flair de SanDisk elle est plus compacte (39 x 12,6 x 4,9 mm) avec un corps principalement en métal. 

Elle est aussi plus chère, nous l'avions commandé à 9 euros (11 euros désormais). Elle promet des débits allant jusqu'à 200 Mo/s. Le constructeur semble payer son packaging au nombre de mots inscrits, puisqu'il ne prend même pas la peine de préciser que ce sont des débits en lecture. Un simple « R » (Read) le laisse deviner.

On en a la confirmation sur le site officiel qui évoque aussi un débit en écriture de 60 Mo/s... pour les modèles de 128 et 256 Go. Et ceux de 32/64 Go ? Rien n'est précisé. On retombe dans la frustration précédente. Là aussi, la fiche technique n'est pas d'une grande aide. Comme toutes les précédentes clés, celle-ci est garantie 5 ans.

Kingston DataTraveler Kyson 32 Go USB CrystalDiskMarkKingston DataTraveler Kyson 32 Go USB Atto
Un modèle plus performant... en théorie. En pratique, évitez-le aussi

Comme annoncé, les débits en lecture séquentielle explosent, à plus de 210 Mo/s, sur des accès aléatoires on se trouve au-dessus du modèle Flair Ultra de SanDisk. Malheureusement, en écriture c'est moins bon, avec un maximum aux alentours de 13 à 28 Mo/s et une tendance au « moins bien » qui se retrouve dans tous les autres scores. La clé est d'ailleurs presque incapable de finir les tests en écritures 4K aléatoires (aux alentours de quelques IOPS) tant les résultats sont faibles (en centièmes de Mo/s). Nous les avons confirmés sur plusieurs modèles.

Transférer l'ISO de Windows 11 Beta sur la clé avec Rufus nous a demandé 5 minutes et 41 secondes. 

Voyager Slider X1 : Même Corsair fait dans le mystère

Corsair est un constructeur principalement connu pour sa mémoire initialement, mais qui s'est depuis largement diversifié dans les boîtiers, alimentations, accessoires pour joueurs et... clés USB. Notamment des modèles vantés pour leur résistance comme nous en avions fait l'expérience il y a quelques années

On pourrait s'attendre d'une telle société un peu plus de transparence que ses concurrents... mais le manque d'informations données au client est en réalité moindre sur la Voyager Slider X1 que nous avons testée. Sur le site de la marque on ne trouve ainsi... aucun chiffre sur les débits à attendre. On ne sait pas ce que l'on achète.

La seule donnée chiffrée indiquée (sous la forme d'un graphique) est le nombre de photos JPG ou d'heures de films que l'on peut stocker (selon la capacité). C'est d'autant moins compréhensible que pour la voyager, à peine plus chère, les débits en lecture/écriture sont détaillés. Il s'agit pourtant d'un modèle plus cher : 15 euros.

Il est compact mais assez large, à connecteur Type-A rétractable (ergonomique), son corps est en plastique. Comme précédemment, cette clé dispose d'une garantie de 5 ans. Notez que certains revendeurs évoquent un débit en lecture de 130 Mo/s. Est-ce réaliste ? Voici ce que donnent nos tests :

Corsair Voyager Slider X1 32 Go USB CrystalDiskMarkCorsair Voyager Slider X1 32 Go USB Atto
Ici aussi, les tests 4K peinent à se terminer

En lecture, les performances sont plutôt bonnes : près de 170 Mo/s pour un transfert séquentiel, dans les 11 Mo/s pour les accès aléatoires 4K. Mais là encore, le flou sur les performances en écriture cachait des scores assez faibles.

Transférer l'ISO de Windows 11 Beta sur la clé avec Rufus nous a demandé 9 minutes et 39 secondes. 

JetFlash 780 de Transcend : la MLC change tout ?

Finissons ce tour de piste par le modèle le plus cher : la JetFlash 780 de Transcend. Il s'agit toujours d'un modèle de 32 Go, mais vendu 28 euros cette fois. Le constructeur la présente comme basée sur des puces de Flash NAND MLC, à la manière d'un SSD. Cela ne rend pas le constructeur plus transparent sur les débits.

En effet, ceux annoncés sur son site ou dans la fiche technique sont uniquement ceux pouvant être atteints par le modèle le plus performant de la gamme : 400 Mo/s en lecture et 150 Mo/s en écriture. Ce n'est bien entendu pas le cas du modèle de 32 Go, pour lesquels certains revendeurs évoquent plutôt 210 Mo/s et 75 Mo/s.

La conception de la clé a par contre un effet direct sur ses dimensions, elle est plutôt longue (70 x 21 x 8,1 mm) et plus lourde que les autres modèles testés, 12 grammes contre 4 à 8 grammes. Sa garantie est de 5 ans. Petite spécificité : une fois formatée, elle propose 28,4 Go de stockage contre 28,6/28,8 Go pour les autres clés.

Transcend JetFlash 780 32 Go USB CrystalDiskMarkTranscend JetFlash 780 32 Go USB Atto
Ce n'est pas les performances d'un SSD, mais ce sont les meilleures du lot

Mais les résultats sont là, supérieurs à nos attentes : on grimpe à plus de 350 Mo/s en lecture séquentielle, dans les 15/16 Mo/s pour les accès aléatoires 4K. Les chiffres en écriture sont bien plus faibles mais tout de même assez bien positionnés par rapport aux modèles précédents : jusqu'à 51 Mo/s et 8 Mo/s.

Transférer l'ISO de Windows 11 Beta sur la clé avec Rufus nous a demandé 2 minutes et 03 secondes.

Grimper à 64 Go, la solution pour un bon résultat ?

On l'a vu, la plupart des modèles tests sont assez décevants. Finalement, seule la Sandisk Ultra Flair tire son épingle du jeu par sa compacité et ses bonnes performances, la JetFlash 780 étant meilleure mais bien plus imposante.

La transparence n'est de mise dans à peu près aucun des cas. SanDisk est celui qui donne le plus d'informations, assez réalistes mais encore bien trop incomplètes. Il faudrait que les débits séquentiels soient énoncés clairement, ceux en accès 4K aussi, comme c'est le cas pour les SSD (quitte à parler en IOPS). 

Nous avons également remarqué un point qui méritera votre attention si vous cherchez un modèle performant mais pas premier prix : une clé SanDisk Extreme Go de 64 Go (‎SDCZ810-064G-G46) est vendue... 28 euros, comme la JetFlash 780. Ses débits sont évoqués clairement cette fois, tant sur le site que le packaging : 395/100 Mo/s.

Comme quoi, c'est possible ! En pratique, nous avons relevé les résultats suivants :

SanDisk Extreme Go 64 Go USB CrystalDiskMarkSanDisk Extreme Go 64 Go USB Atto
Pourtant, on y avait cru...

On se retrouve ici avec des débits élevés en lecture/écriture séquentielle, mais plus fiables pour les petits fichiers, avec la même situation de modèles précédents où le test de CrystalDiskMark peine à finir.

Avec sa capacité doublée, ce modèle aurait pu avoir notre préférence, représentant un bon compromis. Mais au vu de ces résultats et du temps de transfert de l'ISO de la Beta de Windows 11 (7 min46s), ce n'est pas le cas. Ceux en recherche de compacité et de petit prix auront tout intérêt à se tourner vers le modèle Flair Ultra, la JetFlash 780 étant le modèle le plus cher et le plus imposant, mais aussi le plus performant de ces tests.

Lors de votre choix, prenez donc garde à ne pas vous laisser embobiner par les promesses. Méfiez-vous aussi des tests réalisés il y a longtemps, puisque parfois les performances évoluent alors que les références restent, surtout chez SanDisk. N'hésitez ainsi pas à tester vous-même et à renvoyer le produit si jamais il ne convient pas à vos attentes... d'ici à ce que constructeur et revendeurs se décident enfin à informer correctement leurs clients.

Rappel des temps de transfert de l'image Windows 11 Beta via Rufus (5,12 Go)

  • Sandisk Ultra : Clé HS
  • Sandisk Ultra Flair : 4min19s
  • Kingston DataTraveler 100 G3 : 7min30s
  • Kingston DataTraveler Kyson : 5min41s
  • Corsair Voyager Slider X1 : 9min39s
  • Transcend JetFlash 780 : 2min03s
  • SanDisk Extreme Go 64 Go : 7min46s
  • Introduction
  • Caractéristiques et stockage : il est temps que ça cesse
  • SanDisk Ultra « jusqu'à 130 Mo/s** »... et en vrai ?
  • SanDisk Ultra Flair : cette fois « jusqu'à 150 Mo/s** »
  • Kingston DataTraveler 100 G3 : débrouillez-vous
  • DataTraveler Kyson : Kingston plus prolixe (ou presque)
  • Voyager Slider X1 : Même Corsair fait dans le mystère
  • JetFlash 780 de Transcend : la MLC change tout ?
  • Grimper à 64 Go, la solution pour un bon résultat ?
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2022 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact