Mini PC Chuwi HeroBox Pro à moins de 200 euros : que vaut le Celeron N4500 (Jasper Lake) ?

Tremont, au rapport
Mini PC Chuwi HeroBox Pro à moins de 200 euros : que vaut le Celeron N4500 (Jasper Lake) ?

Après plusieurs années sans évolution, les Celeron/Pentium dérivés de l'architecture Atom ont eu droit à une mise à jour en début d'année avec Jasper Lake. Les premiers mini PC exploitant ces puces arrivent sur le marché. L'occasion de voir ce qu'elles ont dans le ventre et ce qu'elles apportent.

L'été dernier, nous testions le mini PC HeroBox de Chuwi. Une machine alors vendue 130 euros avec un processeur Intel Celeron N4100 (dérivé d'Atom), 8 Go de mémoire, 180 Go de SSD et un emplacement 2,5" livré sous Windows 10. Plutôt intéressante pour des besoins basiques, surtout qu'elle ne consommait que de 2 à 10 watts à la prise.

Nous en étions alors à la génération de processeurs Gemini Lake d'Intel, gravée en 14 nm mais datant de 2017. Depuis, le fondeur a dévoilé ses puces Jasper Lake en 10 et 14 nm, bénéficiant d'une architecture Tremont plus moderne et efficace. Elles ont déjà été annoncées dans de nombreux mini PC chez Intel, Gigabyte ou encore ASUS

Mais Chuwi est l'un des premiers a vendre un produit utilisant l'un de ces processeurs avec son HeroBox Pro, reprenant le design du modèle précédent mais avec quelques améliorations. Proposée à un peu moins de 200 euros, nous l'avons commandé pour la tester et voir si « nouveau » rime avec « meilleur ». 

HeroBox « Pro »... ou pas

Commençons par un constat : cette machine n'a rien de « Pro ». L'édition Famille de Windows 10 est intégrée, le châssis (188 x 139 x 38 mm) ne comporte plus d'orange mais est toujours en plastique. Il contient la carte mère (Inet Z12B) et ses différents composants qui ne sont plus de chez Intel.

Les 8 Go de LPDDR4 (simple canal) n'ont pas de marque particulière, le SSD est un Netac S535N8/256GYN, la connectivité est « full Realtek » : la puce Bluetooth (USB), réseau 1 Gb/s (PCIe, RTL8168/8111), Wi-Fi 5 (PCIe, 8821CE). La machine sent donc l'économie à tous les étages, ce qui est plutôt courant sur les mini PC vendus à ce prix.

Chuwi HeroBox Pro

Mais on perd l'un des principaux intérêts de la précédente HeroBox. On garde néanmoins sa connectique complète : Deux USB 3.0 (5 Gb/s) en façade accompagnés d'un Type-C (USB 2.0) et d'un lecteur microSD. A l'arrière on trouve deux USB 2.0, le port RJ45, le duo HDMI/VGA, la prise casque (jack) et celle pour l'alimentation (DC 12 V). 

On apprécie en revanche un changement qui correspond à l'une de nos critiques de l'ancien modèle : l'adaptateur secteur fourni par défaut est compact, fournissant jusqu'à 2 ampères, soit 24 watts. Largement suffisant pour une telle machine. Mais l'ensemble sera plus discret et plus simple à transporter.

Vu le peu de puissance nécessaire, on regrette de ne pas pouvoir utiliser un bloc au standard USB Type-C. Le SSD est remplaçable et on peut toujours ajouter un HDD/SSD au format 2,5". Les dimensions de la machine sont de 187,6 x 138,3 x 37,3 mm pour 590 grammes. Un kit VESA est fourni.

Celeron N4500 : une référence trompeuse

Attardons-nous maintenant sur le processeur. Nommé Celeron N4500, on pourrait penser qu'il est de la même génération que le N4100, mais ce n'est pas le cas, il s'agit bien d'une puce Jasper Lake gravée en 10 nm (CPU) et 14 nm (chipset). Les génies du marketing Intel ont à nouveau fait des merveilles en termes de clarté.

Car il y a bien une « logique ». La gamme Jasper Lake dévoilée en janvier dernier est en effet découpée en trois : 

  • Pentium N600x : 4C/4T, UHD Graphics Gen 11 à 32 EU
  • Celeron N510x : 4C/4T, UHD Graphics Gen 11 à 24 EU
  • Celeron N450x : 2C/2T, UHD Graphics Gen 11 à 16 EU

Pour Gemini Lake, une segmentation similaire (mais à deux niveaux) avait été effectuée selon le nombre de cœurs (2 ou 4). Le message que voulait envoyer Intel était qu'un Jasper Lake 2C/2T est à un niveau similaire qu'un Gemini Lake 4C/4T, mais cela ne sautera pas aux yeux du client profane. Surtout que la numérotation supérieure d'un modèle comme le N4500 n'est pas méritée comme nous le verrons plus loin. Mais N4000 était... déjà pris.

Selon les références les fréquences du CPU et de la partie graphique évoluent, mais le TDP reste de 6/10 watts. Tous les modèles intègrent un cache L3 de 4 Mo. Jusqu'à trois écrans externes peuvent être gérés. La liste des fonctionnalités proposées par ces processeurs est détaillée sur ARK ou dans les documents ci-dessous :

Intel Jasper Lake TremontIntel Jasper Lake TremontIntel Jasper Lake TremontIntel Jasper Lake Tremont
Les détails de l'architecture Tremont et des processeurs Jasper Lake d'Intel

Quid des performances, et à quel prix ?

Ainsi, le N4500 intégré au HeroBox Pro de Chuwi se contente de 2 cœurs cadencés jusqu'à 2,8 GHz alors que le N4100 avait droit à 4 cœurs jusqu'à 2,4 GHz. L'architecture Tremont renouvelée doit permettre au petit nouveau de faire la différence... mais on ne peut que regretter l'impression trompeuse que donne cette référence.

Comme nous l'avions vu lors de notre test de la HeroBox classique, le N4100 avait tendance à se limiter à 1,6 GHz en pratique. Il devait en effet composer avec son refroidissement passif. Cette fois, le constructeur a donc misé sur un ventirad afin de pouvoir pousser plus loin sa machine. Mais cela a été mal fait.

Car le ventilateur tourne constamment et à une vitesse qui le rend assez audible.

Chuwi HeroBox Pro

Le BIOS, ultra complet (un peu trop d'ailleurs) propose bien des options qui semblent destinées à modifier ce comportement, mais elles sont malheureusement sans effet.

Autant dire que si vous voulez une machine silencieuse : passez votre chemin. Cela lui permet néanmoins de rester à bonne température : entre 35°C et 65°C pendant l'ensemble de nos tests. Autre regret : la consommation : de 2 à 10 watts pour le HeroBox nous avons ici relevé de 7 à 13 watts. Jusqu'à 14/15 watts quand le stockage et le réseau sans fil sont également actifs. On regrette que la valeur au repos soit trois fois plus élevée que le modèle précédent.

Des regrets d'autant plus forts que l'on risque d'attendre avant que Chuwi se décide à publier un BIOS/UEFI qui pourrait corriger les problèmes ici relevés.

Comme l'on pouvait s'y attendre, ces points négatifs ne sont pas contrebalancés par les performances :

OpenSSL - Signatures/s RSA 4096 bits :

  • 1T : 92
  • 2T : 180

OpenSSL - Vérifications/s RSA 4096 bits :

  • 1T : 5 982
  • 2T : 11 670

Nos relevés via OpenSSL (sous Windows 10, via WSL 2) placent le N4500 juste sous le N4100. C'est plutôt une bonne chose étant donné qu'il dispose de deux fois moins de cœurs. L'architecture Tremont montre ici son efficacité, mais elle est aussi bien aidée par la fréquence de la puce qui reste à 2,8 GHz même lorsqu'elle est longuement sollicitée.

Dans ce test, le HeroBox Pro offre des performances équivalentes à deux Raspberry Pi 4. N'espérez donc pas l'utiliser pour du rendu 3D (42 minutes pour le rendu de bmw27_cpu sous Blender 2.93.2, soit 9,66 Wh). Intel et Chuwi mettent plutôt ses avancées dans le domaine du multimédia. D'ailleurs une conversion de Tears of Steel (4K) vers du 1080p30 via Handbrake 1.4.1 se fait à 12,6 ips via Quick Sync Video (QSV) contre 5 ips avec le N4100.

Le SSD (S-ATA) fournit des performances classiques, plus ou moins similaires à celles de la précédente HeroBox :

Chuwi HeroBook BenchmarksChuwi HeroBox Pro SSD
Les performances du SSD intégré au HeroBox (à gauche) et au HeroBox Pro (à droite)

Chuwi doit revoir sa copie

Finalement, cette nouvelle version de l'HeroBox n'est pas vraiment à la hauteur. Elle n'a rien de « Pro », consomme plus (surtout au repos), est moins performante, opte pour des composants Realtek plutôt qu'Intel et fait du bruit. 

Le Celeron N4500 d'Intel, qui ne mérite pas sa référence, n'est donc pas vraiment mis en valeur ici. On sent bien que son architecture Tremont est plus efficace, mais cela se fait avec tous les autres curseurs dans le rouge, notamment celui du prix. En l'état, il est préférable de simplement passer votre chemin.

Espérons que Chuwi reviendra à la raison en proposant un BIOS/UEFI corrigeant les problèmes ici relevés et réduira le prix de sa machine assez rapidement. Espérons aussi que d'autres machines feront mieux, quitte à être plus chères. C'est notamment le cas du barebone PN41 d'ASUS qui se montre dans les 220 euros (sans RAM/SSD). 

Il faudra aussi voir ce que des modèles comme le Celeron N5100 ont dans le ventre. Il n'est pour le moment pas intégré à des modèles disponibles, mais il devrait aussi être disponible sous peu dans le PN41 d'ASUS, à 275 euros.

  • Introduction
  • HeroBox « Pro »... ou pas
  • Celeron N4500 : une référence trompeuse
  • Quid des performances, et à quel prix ?
  • Chuwi doit revoir sa copie
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact