Shadow : Octave Klaba ne veut plus de vGPU, un client web en préparation

Changement de cap
Systèmes 7 min
Shadow : Octave Klaba ne veut plus de vGPU, un client web en préparation

Alors que la rentrée approche, Shadow se prépare à communiquer sur les prochaines grandes étapes de son développement. Comme à son habitude, c'est via Twitter qu'Octave Klaba a dévoilé de premières informations, notamment sur les nouvelles configurations et autres fonctionnalités à venir.

Cette année 2021 aura été mouvementée pour Shadow. La startup qui en était à l'origine, Blade, a été mise en redressement judiciaire suite à une levée de fonds ratée en fin d'année dernière. Après plusieurs mois de suspens, c'est finalement Octave Klaba qui l'a emporté devant le tribunal de commerce, à travers HubiC.

Désormais actionnaire et CTO « de fait », il a confié les rênes à Eric Sèle qui s'occupe de l'entreprise au quotidien. Car depuis la reprise, il a fallu rendre les machines appartenant à 2CRSi et donc stopper les offres Ultra/Infinite pour de nombreux clients. Faire le point sur les nombreux salariés partis ou sur le départ et prendre de premières décisions.

Rapidement, les tarifs jugés trop faibles ont été augmentés. Il a donc fallu gérer la transition, qui n'a pas été simple puisque certains clients étaient engagés contractuellement. Depuis, Klaba est intervenu dans la presse pour évoquer son plan devant mener à une rentabilité d'ici 18 mois, grâce à un nouveau trio d'offres, dont du B2B. 

Le lancement de Windows 365 a sans doute conforté l'équipe dans le fait que même ses prix actuels sont peu élevés face au reste du marché et qu'il y a donc largement de quoi conquérir des clients, particuliers ou entreprise. Il faut néanmoins faire évoluer le produit en conséquence. Pour cela, de nombreuses embauches ont été prévues.

Shadow termine de panser ses plaies

Nous avions laissé Shadow au début de l'été avec un organigramme « Emmental », à trous. Aux dernières nouvelles, une quarantaine de postes sont à pourvoir à plus ou moins long terme.

Si la direction est complète et si de nouvelles recrues sont arrivées, il manque encore du monde sur la gestion du produit ou de certains pays, un responsable technique « cloud », de la sécurité, de nombreux développeurs (back-end, Linux, macOS, compression vidéo, etc.), des experts du stockage... et un spécialiste du recrutement.

Une nouvelle version importante du client a été déployée en juillet, avec le double écran et la gestion du 4:4:4. Depuis, il a essentiellement été questions de correctifs pour le double écran et autres ajouts mineurs (mais qui peuvent avoir leur importance), comme la possibilité de voir le niveau de batterie lorsque vous vous connectez depuis un PC portable ou un nouveau système de connexion sous Apple tvOS et macOS. 

Fin juillet, certains clients ont été prévenus qu'une migration était prévue d'ici au 28 août, pouvant mener à une interruption du service d'un maximum de 12 heures pour « consolider notre infrastructure dans nos data-center, en particulier à Paris ». Le mail indiquait alors au client : son « stockage principal et/ou supplémentaire étant actuellement hébergé sur l'un de ces serveurs parisiens, nous allons migrer tes données vers un autre serveur dans le même data-center ». Il ne semblait donc pas encore question de tout migrer chez OVHcloud.

La file d'attente bientôt purgée

Il est désormais temps de parler de la suite. Et c'est une fois de plus Octave Klaba qui a évoqué les nouveautés à venir, revenant au passage sur de précédentes déclarations concernant les prochaines configurations. 

Il indique que Shadow a « recommencé à activer les nouveaux clients en commençant par les clients qui attendent depuis... parfois presque 2 ans ! », 10 000 ont déjà été traités. Pour rappel, la reprise des activations avait été annoncée début juin, après un délai légal imposé suite au redressement judiciaire.

Elle n'est pas permise par la mise en place de nouveaux serveurs, mais principalement en raison du départ de clients actuels suite aux évènements récents. Les dizaines de milliers de places laissées vacantes peuvent ainsi désormais trouver preneur. « On continue de vider le backlog de clients qui attendent puis on réactive la commande real-time » promet Klaba. Actuellement, le site affiche une activation d'ici au 26 novembre 2021.

Pour rappel, lors de la procédure de redressement judiciaire, on apprenait que Shadow comptait 97 000 clients fin 2020, avec une majorité à l'étranger (40 000 rien qu'aux États-Unis). 34 000 étaient alors sur liste d'attente.

Quid des nouvelles offres ?

Mais la question qui agite tous les adeptes de Shadow concerne le matériel qui sera utilisé pour les offres à venir. Le CTO avait jusqu'à maintenant évoqué la possibilité d'utiliser des GPU virtualisés (vGPU), mais les résultats de telles solutions n'étaient pas vraiment à la hauteur des attentes d'un joueur. Même face à l'offre Boost actuelle.

S'il avait un temps été question en interne de définir l'expérience minimale qu'un joueur pouvait accepter, la raison semble avoir pris le dessus depuis. Comme on s'y attendait, le GPU ne devrait pas être virtualisé. « Le vGPU n’est pas adapté au produit Shadow. Pas aujourd'hui, pas assez puissant. Il faut une GPU entière », affirme désormais Klaba.

Il sera bien question de RTX A4000 et RTX A6000, sans que l'on sache de quels CPU, mémoire et stockage ces cartes seront accompagnées et surtout... à quel prix elles seront proposées. La première est pour rappel une version professionnelle de la GeForce RTX 3070 Ti (6 144 CUDA Cores), avec deux fois plus de GDDR6X (16 Go). La seconde dispose de 48 Go et d'une puce GA102 complète, avec ses 10 752 CUDA Cores, soit plus que de la GeForce RTX 3090.

Les baies alpha doivent être livrées d'ici septembre/octobre afin de commencer les tests en conditions réelles. Cela devrait permettre de se faire une idée des performances concrètes et de la manière dont ces machines seront commercialisées. Mais le lancement n'est pas pour tout de suite, surtout avec les tarifs des cartes graphiques qui restent très élevés et leur faible disponibilité. « C’est une autre bataille » admet Klaba.

Bonne nouvelle : la RTX A2000 qui vient d'être annoncée par NVIDIA pourrait aussi être au programme. Avec ses 3 328 CUDA Cores et ses 6 Go de GDDR6, elle sera moins performante qu'une GeForce RTX 3060, mais a l'avantage d'être au format « low profile ». L'idéal pour une solution d'entrée de gamme ou les professionnels avec un léger besoin de 3D ?

Pour le moment, ce projet n'est qu'au stade de la preuve de concept (PoC), « mais j’sais pas encore ce qu’on va choisir d’en faire » admet Klaba, qui attend sans doute le retour des premiers tests avant de prendre une décision.

Qu'attendre ensuite ? D'abord un client web

Du côté du client, peu de nouvelles sur les grandes lignes de la feuille de route. Il semble surtout question de finir le travail commencé pour le moment. L'attente de certaines embauches n'aide sans doute pas à avancer aussi vite que les équipes le voudraient. L'évolution dans les mois à venir sera donc cruciale.

Octave Klaba confirme : « Les choses avancent vraiment bien. L’équipe est top et on la renforce encore. On a encore un peu de Fix, quelques New ou Lean, mais surtout les tests unitaires à finir ». Si de nouveaux chantiers sont évoqués, un seul est précisé : un client web est en préparation. 

De quoi permettre de s'assurer de toucher n'importe quelle plateforme même lorsqu'un client dédié n'est pas disponible ou ne peut être installé, mais aussi de permettre une expérience plus directe en fin de commande par exemple. Il devient en effet possible de lancer directement la machine distante sans rien avoir à installer.

Aucun délai n'a néanmoins été donné concernant la mise en place d'une telle fonctionnalité. On ne sait pas non plus sur quelles technologies elle se reposera pour limiter au maximum la latence et offrir une bonne qualité d'image. Un enjeu crucial dans le navigateur où les compromis sont le plus souvent la règle, au profit de la large compatibilité.

  • Introduction
  • Shadow termine de panser ses plaies
  • La file d'attente bientôt purgée
  • Quid des nouvelles offres ?
  • Qu'attendre ensuite ? D'abord un client web
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact