NVIDIA adapte RTX et DLSS aux architectures ARM sous Linux, une démonstration avec Mediatek

Vers une nouvelle génération de consoles ?
NVIDIA adapte RTX et DLSS aux architectures ARM sous Linux, une démonstration avec Mediatek

Comme on s'y attendait, NVIDIA a profité de la Game Developer Conference (GDC) pour faire de nouvelles annonces sur l'évolution de son écosystème. Comme dans le domaine des serveurs, c'est l'adaptation à ARM et Linux qui concentre son intérêt. Cette fois avec le marché des joueurs en tête.

Ne vous y trompez pas, si NVIDIA investit dans ARM, ce n'est pas seulement pour s'opposer un peu plus à AMD et Intel dans les datacenters. C'est aussi pour s'offrir de nouvelles opportunités sur le marché des ordinateurs grand public. Sa précédente annonce de SoC MediaTek avec des GeForce allait dans ce sens. Le constructeur confirme la tendance.

Il vient en effet de faire la démonstration d'une GeForce RTX 3060 utilisée avec une puce MediaTek Kompanio 1200 capables de faire fonctionner une démo (The Bistro) et Wolfenstein : Youngblood sous Arch Linux, sans la moindre trace de puce x86, de Windows ou de DirectX. Ce, bien que plusieurs technologies maison étaient utilisées.

C'était notamment le cas du Deep Learning Super Sampling (DLSS) ou de RTX pour l'illumination directe/globale, OptiX pour le denoising, l'optimisation de l'utilisation de la mémoire graphique, etc. 

Tant de couches logicielles portées pour ARM et Linux par NVIDIA. Le support est assuré pour Linux et Chromium, les SoC Mediatek avec GeForce étant notamment prévus pour fonctionner sous Chrome OS. RTXDI, NRD et RTXMU sont d'ores et déjà disponibles sur le site développeur de NVIDIA. Pour RTXGI et DLSS cela arrivera sous peu.

Une annonce qui intervient peu après celle de la compatibilité de DLSS avec Proton, pour son exploitation au sein de jeux sous Linux, bien qu'ils n'aient pas été développés spécifiquement pour ce système.

NVIDIA précise que cette avancée lui profitera aussi sur d'autres marchés, comme la conception automobile ou l'architecture, à travers le soutien d'applications comme l'Unreal Engine d'Epic Games. Il ajoute que la version de Wolfenstein : Youngblood utilisée ne sert que de démonstration technique et n'a pas vocation a être commercialisée.

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact