Radeon Pro W6800 : enfin meilleure que la Radeon VII !

Et par rapport aux GeForce RTX ?
Radeon Pro W6800 : enfin meilleure que la Radeon VII !

Après des mois d'attente, AMD décline enfin son architecture RDNA 2 au sein de la gamme Radeon Pro. Trois modèles sont dévoilés aujourd'hui, tirant parti des nouveaux pilotes dévoilés il y a quelques semaines. Nous nous sommes attardés sur celui que nous avons pu tester : la W6800 et ses 32 Go de GDDR6 ECC. 

Comme NVIDIA avec ses séries « A » (ex-Quadro), AMD propose des cartes graphiques se destinant non pas aux joueurs mais aux professionnels, devant intégrer des stations de travail. Elles disposent de pilotes et fonctionnalités spécifiques, embarquent parfois de la mémoire ECC, en général en plus grande capacité.

Avec la première génération de ses puces Navi, le constructeur se retrouvait face à un problème : cette architecture n'avait pas vraiment été prévue pour le calcul ou les performances haut de gamme. Si des modèles ont été mis sur le marché, les Pro W5700 et Pro W5500, elles ne se sont pas vraiment fait remarquer. 

Radeon Pro W6800Radeon Pro W6800

Au point que depuis, la société avait même ressorti l'architecture précédente du placard avec sa Radeon Pro VII. Pour s'opposer à l'omniprésent NVIDIA, il lui fallait de nouveaux produits. Après la mise en ligne d'une nouvelle version de ses pilotes Radeon Pro, c'est chose faite avec les W6600, W6600M et W6800.

Nous avons pu tester cette dernière, voici ce qu'il faut en retenir.

Une offensive sur trois axes

Ce n'est donc pas une mais trois cartes graphiques professionnelles qui sont aujourd'hui annoncées. La W6600 remplace ainsi la W5500 en gardant le même format n'occupant qu'un emplacement PCIe avec une puce milieu de gamme (1 792 unités de traitement, 28 ray accelerators, 32 Mo d'Infinity Cache ) et toujours 8 Go de GDDR6. 

Il ne s'agit pas de mémoire ECC, celle-ci est réservée à la W6800 qui embarque un GPU plus complet avec 3 840 unités de calcul, 60 ray accelerators, 128 Mo d'Infinity Cache et pas moins de 32 Go de GDDR6. Notez que la W6600 est déclinée dans une version mobile aux caractéristiques similaires. Tous les détails sont dans ces documents :

Radeon Pro W6600MRadeon Pro W6600Radeon Pro W6800

AMD axe sa communication sur un premier choix : 8 ou 32 Go de mémoire. Vous devrez aussi définir si vous avez besoin ou non de la mémoire ECC, ce qui peut être nécessaire pour des calculs où la fiabilité est critique. La Radeon Pro W6800 dispose également de six sorties Mini DP avec compression (DSC), contre quatre DP pour la W6600.

Le constructeur veut surtout en finir avec la Radeon VII, qui a longtemps été le modèle le plus puissant de sa gamme, bien que datant de plusieurs années. Ainsi, le nouveau modèle dispose de deux fois plus de mémoire (mais avec une bande passante inférieure puisque ce n'est plus de la HBM2), d'une puissance de calcul FP32 de 17,83 TFLOPS contre 13,10 TFLOPS, d'une architecture plus récente, plus efficace, avec accélération (légère) du ray tracing.

N'espérez par contre pas l'utiliser pour des calculs en double précision (FP64). Voici nos relevés :

  • Radeon RX 6800XT : 21 921 GFLOPS (FP32), 1 393 GFLOPS (FP64), Ratio 1:16
  • Radeon Pro W6800 : 17 040 GFLOPS (FP32), 1 050 GFLOPS (FP64), Ratio 1:16

Côté tarif, comptez 649 dollars pour la W6600 et 2 249 dollars pour la W6800. Des prix bien plus élevés que les modèles grand public, ce qui est assez habituel pour des produits visant les professionnels. AMD positionne d'ailleurs sa W6800 face aux Quadro RTX 5000 (Turing) de NVIDIA à 2 600 dollars. Mais depuis, les modèles RTX A5000 ont été annoncés, avec 24 Go de GDDR6X et surtout des performances bien plus élevées, comptez 3 000 euros pièce.

  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800
  • Radeon Pro W6800

Pas de révolution sur les fonctionnalités

Pour ce qui est des pilotes, les grandes nouveautés ont été annoncées il y a quelques semaines. Comme toujours, AMD met en avant les optimisations et la certification pour les applications professionnelles, la possibilité de diffuser son écran en streaming, le suivi des performances et métriques de la carte via l'overlay ou l'interface, etc. 

Il évoque également le Viewport Boost, qui consiste à améliorer les performances d'affichage d'un modèle 3D rendu en temps réel dans certaines applications : Autodesk 3ds Max, Revit et Epic Twinmotion. D'autres doivent suivre. La méthode est simple : le calcul de l'image se fait dans une définition inférieure à celle demandée.

Attention, il ne faut pas la confondre avec Image Boost que nous avions testé en 2019 et qui... a l'effet inverse. En effet, il s'agissait à l'époque de permettre l'accès à des définitions supérieures de celle pouvant être affichée pour améliorer la définition de l'image même si l'écran ne le permet pas. On regrette la proximité de ces deux noms, AMD gagnerait sans doute à clarifier un peu les choses afin que les utilisateurs ne soient pas perdus. 

  • Radeon Pro W6800 Software
  • Radeon Pro W6800 Software
  • Radeon Pro W6800 Software
  • Radeon Pro W6800 Software
  • Radeon Pro W6800 Software
  • Radeon Pro W6800 Software
  • Radeon Pro W6800 Software

Le fabricant évoque aussi le fait que certaines applications tirent parti de son Infinity Cache comme Nuke, de ses 32 Go de mémoire (Lumion) ou de ses ray accelerators (Solidworks Visualize 2021 SP3 via Vulkan). Dans ces trois cas, nous n'avons pas pu le vérifier, n'ayant pas pour le moment accès à ces outils ou à ces scènes de tests.

Notre machine de test

Nous avons utilisé notre machine orientée « créateur ». Elle était ainsi composée d'une carte mère ASUS Pro WS W480-ACE sur laquelle était monté un Core i9-10850K surmonté d'un ventirad Noctua et accompagné de 4x 8 Go de DDR4, avec un SSD PCIe 4.0 de 2 To. Le tout sous Windows 10 21H1.

ASUS Pro WS W480-ACEBeQuiet! Straight Power 10 500 watts

L'alimentation choisie était une bequiet! Straight Power 10 de 500 watts. Nous avons comparé la Radeon Pro W6800 à la W5700 et la Radeon VII, ainsi qu'à une Radeon RX 6800XT Gaming X Trio de MSI. Chez NVIDIA, nous avons opté pour les GeForce RTX 3070 et 3080 qui devraient assez logiquement « encadrer » ce modèle. 

Nous avons utilisé les pilotes Radeon Pro fournis par AMD pour l'ensemble de Radeon, sauf pour la RX 6800 XT qui ne fonctionnait qu'avec un pilote grand public. Nous avons utilisé les 21.5.2. Pour les GeForce RTX 3070/3080 de NVIDIA nous avons pris les derniers pilotes Studio en date (462.65).

Un petit test de moteur 3D pour commencer

On commence par le benchmark du moteur Superposition d'Unigine via DirectX :

Radeon Pro W6800 Unigine Superposition

Assez logiquement, la Radeon Pro W6800 se positionne sous la RX 6800 XT puisqu'elle est l'équivalent d'une RX 6800 dans l'offre grand public. Elle se place ainsi plutôt du côté de la GeForce RTX 3070 chez NVIDIA. Ce test montre au passage la progression d'AMD avec RDNA 2, les W5700 et Radeon VII étant loin derrière.

Blender : AMD rattrape (lentement) son retard

Passons directement à des outils visant les professionnels avec Blender et son moteur Cycles. AMD avait promis au lancement de RDNA 2 qu'il gèrerait sous peu ses ray accelerators via OpenCL, ce n'est apparemment pas le cas dans la version 2.92 que nous avons utilisée. Espérons que cela finira par arriver avec la 3.0 attendue pour cet été.

Pour nos relevés nous avons effectué le rendu de deux scènes : bmw_27 et la démo droid chase de NVIDIA. Pour celle-ci nous avons désactivé le motion blur et utilisé OpenImageDenoise pour le denoising, plutôt qu'OptiX qui n'est pas géré par les Radeon. Le rendu était effectué via OpenCL chez AMD ou CUDA chez NVIDIA, afin d'avoir une idée du niveau de performances sans l'accélération des RT Cores. Avec, les scores sont presque divisés par deux.

Radeon Pro W6800 BlenderRadeon Pro W6800 Blender

Dans cet exercice, même la Radeon VII était mal à l'aise. l'architecture RDNA 2 affiche de meilleurs résultats, sans pour autant parvenir à détrôner les RTX 3070/3080 de NVIDIA. Surtout qu'avec OptiX, leurs scores seraient encore plus faibles, Ampere disposant également d'optimisation lorsque le motion blur est activé. Pas les Radeon.

C'est néanmoins un bon pas en avant pour AMD qui doit tout de même continuer à travailler pour disposer d'un support plus large des possibilités de ses Radeon par les applications, face à NVIDIA qui frappe fort en la matière ses dernières années à travers l'initiative Studio, tant dans le rendu 3D, que les traitements photo, vidéo, etc.

SPECviewperf 2020, du bon et du moins bon

On continue avec la référence du secteur : SPECviewperf, dans sa version 2020 publiée il y a quelques mois. Nous effectuons ici l'ensemble des tests en 1080p et en 2160p. Ils sont relativement longs (une heure environ pour chaque définition) mais permettent de couvrir un large panel d'applications professionnelles :

Radeon Pro W6800 SPECviewperf 2020 1080pRadeon Pro W6800 SPECviewperf 2020 1080p

Comme souvent avec ce test, les gagnants dépendent des applications. On voit par exemple que les Radeon Pro et leurs pilotes optimisés s'en tirent avec une nette avance dans SIEMENS NX (snx-04). Elles affichent aussi de jolis scores dans Energy viewset (energy-03). Les GeForce s'en tirent par contre mieux dans Maya, Solidworks ou Creo. 

La Radeon RX 6800 XT, qui est pour rappel supérieure à la W6800 (basée sur la RX 6800) sort en tête dans 3DSMax. 

Radeon Pro W6800 SPECviewperf 2020 2160pRadeon Pro W6800 SPECviewperf 2020 2160p

En 4K (2160p), le constat est similaire, simplement avec des écarts parfois plus accentués.

Une carte plutôt efficace

Finissons avec l'efficacité énergétique de nos cartes. Ici, nous relevons la consommation moyenne à la prise pendant toute la durée du test 3dsmax07 de SPECviewperf 2020, que nous divisons ensuite par le score obtenu pour obtenir un ratio en joules consommés par image calculée :

Radeon Pro W6800 ConsommationRadeon Pro W6800 Efficacité énergétique

Ici aussi, on voit la nette amélioration entre la Radeon Pro W5700, la Radeon VII et la Pro W6800. Celle-ci est plus efficace que les GeForce RTX 3070/3080, ce qui est logique puisqu'elles sont gravées en 8 nm.

On apprécie d'ailleurs que la carte reste le plus souvent silencieuse. Lorsque la charge est lourde, elle se fait entendre, mais cela reste très léger, surtout comparé à une Radeon VII. On regrette par contre qu'elle ne soit toujours pas dotée d'un « fan stop », avec le ventilateur s'arrêtant quand c'est possible.

RDNA 2 fait mieux, AMD doit accélérer

Bonne nouvelle pour AMD : la Radeon VII fait enfin définitivement partie du passé. Arrivé à la 3e génération de GPU gravé en 7 nm, la Radeon Pro W6800 permet de la faire oublier à tous les niveaux : performances, capacité mémoire, efficacité énergétique. Il n'y a pas un cas où elle nous est apparue comme meilleure. Seuls ceux qui profitaient à plein de sa bande passante mémoire très élevée devraient donc la regretter, ils seront rares.

Le positionnement de cette carte est intéressant, puisqu'elle se place au niveau de ses concurrentes (ou de ses équivalents grand public dans notre test), ce qui n'était pas gagné il y a encore quelques années. On le voit à la progression des résultats dans un outil comme Blender, la progression est fulgurante, tant mieux !

Néanmoins, AMD doit désormais faire face à un sujet qu'elle n'a semble-t-il pas assez travaillé ces dernières années, contrairement à NVIDIA : ses liens avec l'écosystème logiciel. On le voit au fait que Blender ne profite pas encore de ses ray accelerators, que seules quelques applications soient mises en avant dans des cas particuliers, etc. 

Là où NVIDIA a fait de CUDA et OptiX un pivot central de sa stratégie, que ce soit pour les GeForce ou les gammes professionnelles, AMD a trop longtemps mis ces sujets de côté ou s'est focalisée sur des solutions annexes, comme son propre moteur Pro Render plutôt que de chercher à faire exploiter ses produits par ceux déjà sur le marché.

Ainsi, cette Radeon Pro W6800 intéressera ceux qui baignent déjà dans l'écosystème AMD, veulent y rester tout en ayant de bien meilleures performances. Mais pour beaucoup d'autres, l'écosystème permettant d'exploiter au mieux cette carte sera encore trop restreint. Ce n'est sans doute qu'une question de temps, de quoi rappeler à NVIDIA qu'il ne doit pas relâcher ses efforts. Car son concurrent, encore très éloigné jusqu'à lors, se rapproche à grands pas.

  • Introduction
  • Une offensive sur trois axes
  • Pas de révolution sur les fonctionnalités
  • Notre machine de test
  • Un petit test de moteur 3D pour commencer
  • Blender : AMD rattrape (lentement) son retard
  • SPECviewperf 2020, du bon et du moins bon
  • Une carte plutôt efficace
  • RDNA 2 fait mieux, AMD doit accélérer
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact