Tester du matériel « Pro » en France, c'est parfois compliqué

Mais petit à petit...
IHPro 11 min
Tester du matériel « Pro » en France, c'est parfois compliqué

Au sein de Next INpact, l'aventure INpact Hardware est un peu à part. Plus qu'un retour aux sources, elle a été pour nous l'occasion de porter un regard différent sur le matériel informatique et son actualité, sur la manière de tester les produits. Mais aussi de nous focaliser sur les solutions « Pro », ce qui n'est pas toujours aisé.

Lorsque nous avons décidé de relancer INpact Hardware en 2018, nous le faisions avec une conviction : il y avait de la place pour un site parlant de hardware « sérieusement », sur le fond. Pour traiter de ces sujets au-delà de la reprise quotidienne des rumeurs, spéculations et autres tentatives de récupérations « lifestyle ».

Expliquer « la Tech », dans sa complexité

Notre constat était inchangé : « la Tech, c'est compliqué ». Il fallait donc la décortiquer, aider à la comprendre, la traiter au quotidien pour que le lecteur puisse mieux s'y retrouver. Parler aux passionnés, mais pas seulement. C'est pour cela que nous avons depuis publié de nombreux guides expliquant en détail le réseau, les protocoles domotiques comme Zigbee, la consommation électrique, les évolutions du Wi-Fi, du stockage, du cloud, etc.

Comme pour Next INpact, nous voulions pouvoir prendre notre temps, aller au fond des choses, passer parfois des semaines à préparer un article, ne pas être pris dans le piège du « tout audience ». Le choix de notre modèle était donc le même : du « Freemium » avec certaines fonctionnalités réservées à nos abonnés et des articles qui leur sont accessibles en priorité, pour une durée d'un mois maximum. Après, ils sont en accès libre.

Un site, un ton, un traitement différents

La première question à laquelle nous avons dû répondre était de savoir où traiter du « hardware », ce sujet intéressant exclusivement certains lecteurs, pas du tout d'autres, de nombreux étant entre les deux. Il nous fallait externaliser cette rubrique, lui donner une vie propre, une existence plus souple à travers un site dédié.

Le nom était tout trouvé, puisque c'était celui que nous avions choisi à notre création il y a plus de 20 ans.  Cette « externalisation » avait un autre avantage, car nous avons vite compris que les besoins éditoriaux seraient différents de ceux d'un média plus généraliste comme Next INpact. Elle nous permettait de nous y adapter.

Ainsi, INpact Hardware aurait une « Une » et une organisation du contenu différentes, pas de brief quotidien mais plus d'articles publiés en accès libre. Il nous servirait également de base à la création de la v7 de Next INpact, sortie deux ans plus tard. Le site est accessible facilement depuis Next INpact où ses articles s'affichent. Une fonctionnalité que nous modifions actuellement pour mieux l'adapter aux besoins de nos différents lecteurs.

Regarder plus loin que les rumeurs et comparatifs géants

Restait à se décider : qu'y écrire ? Car lorsque vous regardez les colonnes d'un site spécialisé en matériel informatique, une bonne partie du contenu se résume à la traduction/reprise de rumeurs issues de comptes Twitter ou de sites étrangers. Des informations qui ont leur intérêt, lorsque l'on peut les vérifier ou au moins de faire le tri entre les bonnes et les mauvaises informations. Mais cela ne devait pas être le gros de nos publications.

Outre notre volonté d'expliquer « la Tech », il y avait bien entendu les tests et autres comparatifs. Ces derniers sont les plus complexes à réellement mettre en œuvre tant ils sont gourmands en temps et en ressources. Ils sont d'ailleurs la raison principale expliquant le fait que de nombreux sites francophones fonctionnent encore sur un modèle bénévole ou presque. Avec parfois des petites « astuces » pour gagner du temps, comme la réutilisation de scores d'un test à l'autre, quitte à parfois mélanger différents pilotes/configurations à travers le temps au sein d'un même protocole. Tester correctement des produits demande du sérieux et du temps. 

Cela revient parfois à passer des jours entiers à lancer des tests/benchmarks pour comparer des produits et... publier des résultats identiques à l'ensemble des autres médias, à la même date/heure. De quoi l'équation financière presque impossible à résoudre. Car il faut être le plus lu et espérer que l'audience soit suffisante pour remplir les caisses, tout en multipliant les espaces publicitaires et autres scripts de pistage. Chez nous, c'est non !

Autant dire que l'on s'approche de la mission impossible face à la multitude de gros sites américains en la matière. D'autant que ces articles sont ceux où il est le plus difficile d'apporter sa « touche » et une réelle plus-value.

Trouver les fissures dans le joli tableau du marketing

C'est ce dernier point qui nous importe donc le plus lorsqu'il s'agit de traiter un sujet : qu'avons-nous à apporter au lecteur. Que trouvera-t-il dans notre article qu'il n'aura pas forcément lu ou appris ailleurs ? Mais nous avons décidé de passer outre les grands comparatifs les premières années pour nous concentrer sur des sujets parfois oubliés.

C'est ce que nous avons cherché à faire, lorsqu'il a été question de tester de nouveaux CPU mobiles, d'analyser les performances de SSD, de cartes graphiques ou même des SoC Apple M1. Des cas qui ont tous leur intérêt, par exemple si l'on se focalise sur les performances réelles des SSD plutôt que les résultats dans quelques outils de mesure de performances où tout est idéal comme CrystalDiskMark. Ces chiffres que les constructeurs ne mettent pas en avant, refusent de donner à l'annonce de nouveaux produits et cherchent plutôt à cacher à leurs clients.

Une situation que nous avons réitérée avec les disques durs, un secteur où les scandales se sont multipliés ces dernières années, mais aussi la connectique, avec l'USB 3.2 2x2, souvent présenté comme une évolution de la norme pouvant atteindre 20 Gb/s... alors que c'est loin d'être le cas.

Un autre regard sur le marché informatique

Nous analysons les produits avec un regard différent, lorsque nous faisons le point sur les prises connectées en allant jusqu'à développer nos propres scripts pour mettre en lumière l'intérêt de certains modèles Wi-Fi comme la Plug S de Shelly. Ou lorsque nous analysons les dernières box, d'un angle purement technique.

Un regard critique que nous portons également sur la stratégie des entreprises, sur la durée, comme nous l'avons fait récemment avec Intel, ou des acteurs plus proche de nous à travers notre enquête sur Blade/Shadow

Nous nous attardons aussi sur des produits que les constructeurs ne mettent pas forcément à la disposition de la presse, cherchant à dénicher les bonnes astuces. Comme nous l'avons fait avec le Core i7-11700 d'Intel, déblocable dans une certaine mesure, même sur une carte mère Z490, malgré son absence de « K » dans la référence. Ou lorsque nous avons testé un Ryzen 5 5600X sur une carte mère B450 à sa sortie.

Il en est de même lorsque nous décidons de faire d'un sujet une machine comme l'Odroid H2+ ou les boîtiers permettant de rendre exploitable un Raspberry Pi 4. Mais nous voulions aller encore un peu plus loin.

Mieux informer les « Pro », dans leur ensemble

Car il y a un secteur entier qui est mal-aimé dans le secteur de la presse « Tech » en général, en France en particulier : celui du matériel pour les professionnels et entreprises. Il faut en effet se frayer un chemin entre les communiqués et autres livres blancs dans les médias spécialisés où les marques payent le plus souvent pour faire parler d'elles.

On se trouve ainsi plus facilement face à des analyses de « cas clients » qu'à des tests de produits. Ce, alors que les PME/PMI et autres entrepreneurs individuels n'ont pas toujours les clés pour choisir leurs solutions informatiques. Et lorsque des produits à mi-chemin entre l'offre grand public et professionnelle se sont multipliés, cela n'a été traité qu'à travers la mode des « créateurs » et ses argumentaires marketing parfois farfelus.

Nous avions donc très tôt décidé de consacrer une partie importante de nos publications à ces sujets, en ne nous arrêtons pas aux annonces de nouveautés et autres analyses stratégiques, mais aussi en allant au contact des produits et de leur mise en œuvre. Car rien que choisir le bon CPU pour un NAS peut être complexe lorsque l'on a des besoins qui dépassent ceux de quelques copies de temps en temps.

Prendre le temps, choisir les bons sujets

Et certains sujets sont souvent mis de côté ou évoqués trop rapidement. C'est pour cela que nous avons décidé de nous attarder par exemple sur l'arrivée du passthrough sur les GPU de NVIDIA qui est un changement d'ampleur pour nombre d'acteurs, de revenir sur les possibilités du iSCSI ou de normes telles que le PoE(+/++), d'insister sur le Multi-Gig et le réseau à 10 Gb/s, les réseaux SDN, de parler des solutions rackables

Et même parfois d'aller jusqu'à évoquer des solutions qui sortent de l'ordinaire comme les serveurs 3U16N ou 1U2N en AM4 d'ASRock Rack, allant jusqu'à monter nos propres baies 18U maison, serveurs 1U administrable à distance, NAS compacts et autres solutions plus haut de gamme avec de multiples GPU, SSD/HDD

Mais aussi en testant des produits spécialisés, comme une station de travail Studio RTX, des disques durs à haute densité ou encore des mini PC spécifiques comme les Micro Server de HPE, parfois avec QuTScloud.

Car dans ce secteur là aussi il y a parfois beaucoup à dire, comme nous l'avons démontré dans le cas des instances Cloud, où l'on peut se retrouver avec des vCPU dont les performances varient du simple au double d'un acteur à l'autre, dans le flou le plus total. Ce qui nous a d'ailleurs mené à pousser l'idée d'une Fiche d'Information Standardisée (FIS) du Cloud, encore récemment lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Une démarche encore complexe sur le marché français...

Un combat pour une meilleure information des professionnels que nous allons continuer de mener, même s'il n'est pas toujours aisé. Car à nos débuts, il n'était pas facile de convaincre les constructeurs et fournisseurs de service de nous envoyer des produits, ou même parfois simplement de répondre à nos questions.

Et lorsque l'on parle de composants et machines à quelques centaines/milliers d'euros (parfois plus), il est impossible d'imaginer un modèle où nous achèterions tous les produits analysés pour les décortiquer. Là aussi, cela nous a donc demandé du temps. Car il faut trouver le bon interlocuteur, le convaincre de notre sérieux.

Parfois, il nous a même été demandé de « prouver » que nous serions à même de tester telle ou telle catégorie de produit un peu complexe. Car lorsque l'on parle de solutions dédiées aux professionnels (autres que celles avec un « Pro » dans leur référence même se elles n'ont rien de spécifique), il faut adapter les protocoles, combiner certains produits d'un écosystème, prendre en compte des besoins/exigences différents... et prévoir du temps.

Nous faisions également face à un autre problème récurrent : outre des médias où elles diffusent leurs communiqués ou paient pour assurer leur présence, les marques ne voient l'information de leurs clients qu'à travers leurs commerciaux, leur réseau d'intégrateurs et autres salons spécialisés. Une manière efficace de faire, de leur point de vue, mais où l'intérêt commercial des différents acteurs est omniprésent. Ainsi, les entreprises peuvent être en recherche d'une information complémentaire, plus neutre, détachée de ces considérations.

... mais possible. Accélérons !

Peu à peu, nous y sommes parvenus. Vous l'avez sans doute remarqué avec le temps, mais différents constructeurs acceptent désormais de répondre à nos questions, d'évoquer leurs produits plus en détail, parfois de mettre des exemplaires de test à notre disposition ce qui nous permet de travailler à certains articles/projets plus poussés.

Dans les semaines à venir, cette tendance va s'amplifier. Nous avons travaillé ces derniers mois pour vous proposer un nombre croissant d'articles de ce genre, qu'il s'agisse de construire des solutions maison répondant aux besoins d'un Home Lab ou d'une petite entreprise, à des produits clé en main également recherchés par certains professionnels.

Des efforts principalement permis par le soutien que vous nous apportez à travers vos abonnements et l'indépendance qu'ils nous fournissent dans nos relations avec les constructeurs. N'hésitez donc pas à continuer de nous lire, nous faire connaître, vous abonner. Nous proposons d'ailleurs des offres spécifiques aux entreprises, sur devis. Elles peuvent aussi passer par notre formulaire d'achat d'abonnements multiples mis en ligne récemment.

  • Introduction
  • Expliquer « la Tech », dans sa complexité
  • Un site, un ton, un traitement différents
  • Regarder plus loin que les rumeurs et comparatifs géants
  • Trouver les fissures dans le joli tableau du marketing
  • Un autre regard sur le marché informatique
  • Mieux informer les « Pro », dans leur ensemble
  • Prendre le temps, choisir les bons sujets
  • Une démarche encore complexe sur le marché français...
  • ... mais possible. Accélérons !
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact