Boîtier Argon Neo pour Raspberry Pi 4 : le bon compromis à petit prix ?

Keep cool
Boîtier Argon Neo pour Raspberry Pi 4 : le bon compromis à petit prix ?

Pour être utilisé sereinement, le Raspberry Pi 4 doit être placé dans un boîtier adapté. L'idéal est qu'il fasse office de dissipateur thermique, aidant à évacuer la chaleur. C'est le cas de l'Argon Neo qui intègre en plus quelques aspects pratiques. Après quelques jours de test, voici nos résultats.

Comme nous avions pu le voir dès sa sortie, le boîtier officiel du Raspberry Pi 4 est une plaie, totalement inadapté au dégagement thermique du SoC de la carte. Et ce n'est pas le Pi Case Fan qui va y changer quoi que ce soit. L'ordinateur n'est pas totalement exploitable tel qu'il est vendu, sans aucun dissipateur.

Comme nous l'avons montré dans nos derniers tests en date, il suffit en effet de quelques minutes de calculs intensifs pour que le processeur surchauffe s'il est utilisé à plein régime, et baisse fortement sa fréquence.

La fondation en a pleinement conscience puisqu'elle a, pour son Raspberry Pi 400 vendu sous la forme d'un clavier, placé une large plaque métallique visant à améliorer la dissipation thermique. Le résultat est sans appel : avec un tel ajout le SoC tient la route et peut même être overclocké. 

Dès lors, la situation est claire : si vous voulez utiliser un Raspberry Pi 4 à son plein potentiel, il vous faut lui adjoindre un boîtier ou un système de refroidissement efficace. Mais que valent ceux sur le marché ? Après nos essais sur un simple dissipateur GeekPi, nous nous attardons aujourd'hui sur l'Argon Neo.

Il s'agit là aussi d'un modèle en métal, faisant office de dissipateur. Mais il se veut un peu plus avancé que les gros bouts de métal que l'on trouvait sur le marché peu après la mise en vente du Raspberry Pi 4. Il s'agit en effet d'un boîtier à part entière, vendu comme tel, avec quelques petites subtilités bienvenues.

Il est livré en trois parties : un socle en plastique où l'on peut placer quatre pieds à coller (fournis). Puis vient le dissipateur avec un pad thermique à placer entre le SoC et la puce VIA en charge de l'USB. Six vis (fournies) sont nécessaires pour le fixer. L'ensemble est plutôt intéressant car laissant un plein accès aux bidouilleurs.

Argon Neo Raspberry Pi 4Argon Neo Raspberry Pi 4

On peut en effet connecter facilement des éléments aux broches GPIO, qui ont droit à leur légende. Il en est de même pour les connecteurs pour l'écran ou la caméra. Cette dernière a même droit à une petite fente faisant office de support. Là aussi, c'est plutôt bien vu. Et si tout ça ne vous est pas nécessaire, une coque peut cacher l'ensemble.

Elle se fixe via un système à deux aimants, permettant de le mettre ou de le retirer facilement, sans avoir à forcer ou à placer/retirer des vis. De petites aérations sont présentes sur le socle inférieur, les LED restent visibles, le port microSD accessible. Il ne lui manque qu'un petit bouton « Power » à connecter au GPIO pour être parfait. 

On le trouve dans des boutiques comme Amazon pour 19 euros en règle générale, mais on peut aussi se tourner du côté de revendeurs chinois comme AliExpress qui le propose à 10 euros avec des délais de livraison plus longs.

Le SoC du Raspberry Pi 4 reste sous les 70°C

Mais dans la pratique, qu'est-ce que ça donne ? Pour rappel, la carte à nu était à un peu moins de 50°C au repos dans une pièce à 18°C, dépassant les 80°C en quelques minutes. Avec un large dissipateur GeekPi nous étions sous les 40°C avec un maximum relevé à 67°C après une grosse demi-heure de charge.

Pour savoir ce que l'Argon Neo avait dans le ventre, nous avons effectué la même série de tests, dans une pièce plutôt à 19°C lors de nos relevés. Voici le résultat au repos, puis en charge puis au repos à nouveau : 

Argon Neo Raspberry Pi 4 Test

On arrive à peu près aux mêmes résultats : malgré plusieurs heures de tests, on reste largement sous la barre des 70°C. Pour rappel, la charge de travail repose sur le benchmark intégré à OpenSSL (RSA 4096 bits) sur l'ensemble des cœurs CPU, avec une pause de 5 secondes entre chaque itération. Nous vérifions que les performances sont stables.

while true; do openssl speed --multi $(nproc) rsa4096 && sleep 5s; done

Au repos, on est entre 39 et 41°C. Là aussi nous avons reproduit ce comportement sur plusieurs heures.

Un bon compromis

Au final, le boîtier apparaît comme un bon compromis. Simple mais astucieux sur quelques points, il reste abordable, efficace et conviendra à nombre d'utilisateurs. Il laisse une bonne marge avant d'atteindre les 80°C pour un fonctionnement dans un environnement plus chaud que lors de nos tests.

Certes, il est moins complet qu'un Pi Case 40 de Cooler Master qui multiplie les bonnes idées : bouton, montage VESA, logiciel de monitoring dédié, etc. Mais il est tout de même proposé 10 euros moins cher. Le tout en ayant l'avantage d'être sous la forme d'un boîtier complet, contrairement aux dissipateurs GeekPi vendus 14 euros environ.

Si l'on regrette que de tels ajouts soient nécessaires pour profiter pleinement d'un Raspberry Pi 4 vendu entre 35 et 40 euros dans sa version de base, cela prouve que pléthore de solutions existent. Espérons que, une fois revenue à la raison, la fondation Raspberry Pi s'en apercevra et adaptera enfin sérieusement ses accessoires officiels.

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact