AWS multiplie les annonces et instances avec de nouveaux composants, dont le Mac mini (Intel)

Santa Clara à la fête
AWS multiplie les annonces et instances avec de nouveaux composants, dont le Mac mini (Intel)

La conférence annuelle re:Invent d'Amazon Web Services (AWS) se tient actuellement. La société y fait comme chaque année de nombreuses annonces, dont le lancement de nouvelles instances. On y trouve des composants de dernière génération, parfois étonnant... comme le Mac mini d'Apple.

AWS est l'un des leaders mondiaux du Cloud, plutôt du genre prolifique. Chaque jour, de petites améliorations de ses nombreux services sont mises en place. Ce qui n'empêche pas la société de se réserver de grands moments de communication, comme sa conférence re:Invent. Et l'édition 2020 ne déçoit pas par son contenu.

Mac mini as-a-service

Outre un partenariat avec Zoom ou encore BlackBerry, on apprend que des instances à base de Mac mini débarquent au sein d'Elastic Compute Cloud (EC2). De quoi donner accès à tout l'écosystème Apple avec une tarification mensuelle, à la demande. Une offre qui vise principalement les développeurs.

Ils peuvent ainsi n'utiliser macOS que lorsqu'ils en ont besoin pour travailler sur la version de leur application pour les appareils de la marque à la pomme, tout en ayant accès à Xcode et les solutions maison : Swift, Metal, CoreML, etc. Ces instances pourront être exploitées avec d'autres services AWS comme Elastic Block Storage (EBS) pour le stockage, Elastic Load Balancer (ELB) et/ou Virtual Private Cloud (VPC) pour la mise en réseau.

Bien entendu des images (AMI) pourront être déployées, AWS ayant sans doute créé son propre système d'orchestration, construit sur la base de Nitro et des outils d'Apple en la matière. La société ne précise par contre pas comment elle opère matériellement ses machines : sous leur forme originelle ou juste leurs cartes mères ?

Pour le moment, seule une déclinaison Intel est proposée. Elle donne accès à macOS Mojave (10.14) et Catalina (10.15), Big Sur (11.0) devant arriver dans un second temps. On imagine que de nouvelles offres à base de SoC Apple M1 pourront alors aussi être disponibles, à moins que des outils de déploiement doivent être spécialement adaptés.

AWS Mac mini metal instance

Les Mac mini sont à base de processeur Core de 8e génération (6C/12T), cadencé entre 3,2 et 4,6 GHz, avec 32 Go de mémoire. Il s'agit d'une offre bare metal, donnant accès à la machine complète, puisque l'on a droit à la même quantité de mémoire et 12 vCPU. L'interface réseau est de type 10 Gb/s, le stockage uniquement via EBS (8 000 Mb/s, 80 kIOPS). AWS dit exploiter ici la connectique Thunderbolt 3 de la machine qui permet de tels débits.

L'instance mac1.metal est disponible en Europe (Irlande), Asie Pacifique (Singapour) et aux USA (Ohio, Oregon et Virginie du Nord). D'autres suivront. Le tarif de base est de 1,083 dollar de l'heure, il est de 1,207 dollar en Europe.

L'équipe dit travailler sur le projet depuis plusieurs mois, notamment pour proposer à ses clients qui ne travaillent pas que sous Linux et Windows une solution pour leurs déploiements, leur éviter de maintenir leurs propres dispositifs à base de Mac mini localement et qu'ils optent pour une offre à la demande d'AWS comme pour d'autres systèmes.

Il sera intéressant de voir si d'autres hébergeurs s'essaient à une solution similaire et si Apple se met à pousser volontairement des solutions équivalentes chez d'autres partenaires à travers le monde dans les mois à venir.

Cascade Lake, jusqu'à 4,5 GHz

Si cette annonce est celle qui fera le plus de bruit, elle est loin d'être la seule. Et il y en a pour tous les goûts. Intel est à nouveau l'un des grands gagnants puisque nombre de ses produits trouvent une place dans les nouvelles instances dévoilées à re:Invent, comme les M5zn à base de Xeon Scalable de 2e génération (Cascade Lake).

Leur avantage premier selon les équipes d'AWS et de donner accès à des processeurs hébergés pouvant grimper à 4,5 GHz sur l'ensemble de ses cœurs contre 3,1 GHz sur les M5(n) actuelles, 2,5 GHz sur l'offre AMD EPYC (M5a). Ils sont proposés sous la forme de six instances classiques allant de 2 à 48 vCPU, de 8 à 192 Go de mémoire, de 0,1652 à 3,9641 dollars de l'heure. Une offre dédiée est également proposée, on passe alors à 4,36 dollars.

AWS Cascade Lake M5zn

Le gros de l'offre reste chez Intel...

L'offre Scalable de 3e génération (Ice Lake) ne semble pas encore au programme, son arrivée dans les serveurs ayant progressivement été retardée, on ne devrait pas en voir avant 2021.

C'est donc à nouveau sur la base de Cascade Lake que les instances R5b « optimisées mémoire » évoluent. Elles passent ainsi à un stockage EBS capable de grimper à 60 Gb/s (19 Gb/s précédemment) et 260 kIOPS. Elles varient de 2 à 96 vCPU et de 16 à 768 Go de mémoire. Les tarifs de 0,149 dollar à 7,152 dollars de l'heure.

AWS Instances D3AWS Instances D3en

De nouvelles instances D3(en) sont également de la partie, favorisant cette fois la capacité de stockage. Les D3en proposent un ratio vis-à-vis du nombre de vCPU 3,5 fois plus important selon l'équipe, variant de 28 à 336 To pour 4 à 48 vCPU. Les tarifs vont de 0,609 dollar à 7,69656 dollars de l'heure.

On reste dans tous les cas sous l'énorme serveur annoncé récemment par Scaleway, avec 448 threads, 20 To de stockage et 1,5 + 6 To de mémoire, proposé au sein de son offre bare metal dès... 30 euros de l'heure.

... Habana Gaudi arrive

Mais Intel est particulièrement fière d'annoncer l'intégration de ses accélérateurs IA Habana Gaudi, avec la carte HL-025 pour la première fois proposée au sein d'une instance EC2 d'AWS.

Elle promet un gain de 40 % en ratio performances/prix par rapport à l'offre GPU actuelle et sera disponible dans la première moitié de 2021. Un programme d'accès anticipé est néanmoins proposé, l'inscription se fait par ici. Pour rappel, ces solutions sont le fruit du rachat d'Habana par Intel l'année dernière.

Le géant américain a fait énormément de croissance externe ces dernières années pour se développer dans le domaine des solutions spécifiques à l'IA et renforcer son approche « XPU ». L'objectif de la société est en effet de proposer une couche logicielle unique via sa OneAPI, capable de tirer parti tant des CPU, que des GPU, FPGA et autres accélérateurs, intégrés ou dédiés, sous sa marque ou d'autre.

De quoi faciliter le travail des développeurs qui n'ont pas à produire un code spécifique pour chaque type de composant.

Intel Habana Gaudi InterconnexionIntel Habana Gaudi Interconnexion

Le HL-205 est la version à 350 watts de TDP de Gaudi, sous la forme d'une carte « mezzanine » respectant le format OAM. Son interface à l'hôte est de type PCIe 4.0 x16, avec 32 Go de mémoire HBM2. Ces cartes peuvent également tirer parti du RDMA over Converged Ethernet (RoCE v2) pour une meilleure interconnexion. Elles embarquent de quoi proposer jusqu'à 10x 100 Gb/s ou 20x 50 Gb/s, et donc s'adapter aux différents besoins.

Un point d'autant plus important que les Gaudi HL-205 sont proposés par la société sous la forme d'une baie HLS-1(H), sans CPU, devant donc être reliée à d'autres serveurs. Il est aussi possible d'opter pour une solution tout-en-un. Amazon ne précise pas pour le moment ce qui sera utilisé pour ses instances EC2.

Elles proposeront par contre bien jusqu'à huit cartes, chacune intégrant une puce et donc huit unités de calcul TPC 2.0 (Tensor Processing Cores). De quoi fournir une puissance de calcul suffisante pour traiter jusqu'à 12 000 images par seconde sur le modèle ResNet-50 via TensorFlow selon les équipes d'Intel et Habana.

Intel Habana Gaudi HL-025Intel Habana Gaudi HL-025

Des modèles prêts à l'emploi et des guides de migration seront mis à disposition sur GitHub. Habana propose également des outils de développement spécifiques, tels que sa SynapseAI Software Suite (gérant PyTorch et TensorFlow). Un livre blanc détaillant l'implémentation de la puce actuelle est disponible par ici.

Intel en profite pour annoncer que sa prochaine génération, Gaudi2, arrive et sera gravée en 7 nm par TSMC. De son côté, AWS prépare sa propre solution Trainium attendue aussi l'année prochaine.

AMD : Un petit GPU RDNA à la demande

Du côté de chez AMD, Zen 3 n'est pas encore à l'honneur, puisque les processeurs EPYC l'exploitant n'ont pas encore été officialisés. Ils ne devraient là aussi pas être disponibles avant 2021, tout comme le gros du stock de Ryzen 5000 de l'offre grand public d'ailleurs (ce qui explique les indisponibilités actuelles).

Pour autant, des produits AMD sont utilisés dans de nouvelles instances G4ad qui sont présentées comme des alternatives aux G4dn exploitant un processeur Intel et jusqu'à huit GPU T4 de NVIDIA. Ces derniers disposent d'ailleurs de pilotes GRID pour des usages virtualisés, le traitement vidéo ou des solutions de cloud gaming par exemple.

Les processeurs des nouvelles instances sont des EPYC de 2e génération (Rome) avec 16 à 32 vCPU, accompagnés de 64 à 256 Go de mémoire, de 1 à 4 Radeon Pro V520. Une carte graphique d'entrée de gamme dont AWS précise qu'elle exploite l'architecture RDNA. Elle serait donc dérivée des Radeon RX 5000, mais n'est pas détaillée sur le site d'AMD.

AWS Instances G4ad

Le stockage est un autre point fort de cette offre, puisque l'on peut grimper à 2 400 Go contre 2x 900 Go auparavant. La bande passante est par contre parfois en retrait, de 3 à 6 Gb/s pour le stockage EBS contre 3,5 à 19 Gb/s pour G4dn. Cette dernière grimpe également à 100 Gb/s pour le réseau contre 10 à 25 Gb/s pour G4ad.

La disponibilité est annoncée pour les prochains jours, les tarifs n'ont pas encore été détaillés. On s'étonne d'ailleurs de ne pas (encore ?) voir un modèle équivalent mais basé sur l'architecture Xe et le nouveau Server GPU d'Intel spécialement pensé pour des usages équivalents, avec des cartes PCIe embarquant directement quatre GPU.

Graviton2 gagne du terrain, l'écosystème AWS se renforce

Bien entendu, les processeurs maison d'Amazon étaient également à l'honneur. Graviton2 intègre ainsi de nouvelles instances C6gn avec du réseau jusqu'à 100 Gb/s et du stockage EBS jusqu'à 38 Gb/s contre 25 Gb/s et 19 Gb/s précédemment (C6g). La société rappelle que leur rapport performances/prix est 40 % supérieur aux solutions x86.

Ainsi, elles seraient idéales pour le traitement de flux réseau, d'où la volonté d'AWS d'augmenter leurs capacités en termes d'E/S. La gamme est plus réduite que C6g, mais va toujours de 1 à 64 vCPU et de 2 à 128 Go de mémoire. Les tarifs n'ont pour le moment pas été dévoilés, la disponibilité étant attendue avant la fin de l'année.

AWS instances C6gn

AWS indique également augmenter ses points de présence. 77 zones sont actuellement proposées dans 24 régions, Boston, Houston et Miami ouvrent outre-Atlantique, 12 autres devant suivre dans les mois à venir ainsi que cinq régions : Espagne, Inde, Indonésie, Japon et Suisse. Mais surtout, l'écosystème se renforce.

De nouveaux formats 1U/2U sont proposés pour Outposts, la solution de base de données Aurora Serverless passe en v2 avec une intégration directe de Babelfish et une migration facilitée depuis SQL Server. Les solutions de stockage en bloc (EBS) et objet (S3) gagnent en capacités et en performances, tout comme les outils d'analyse.

Elastic Container Service (ECS) et Elastic Kubernetes Service (EKS) pourront bientôt être exploités dans des datacenters autres que ceux d'Amazon à travers Anywhere. Proton permet le déploiement et la gestion de conteneurs ou d'applications serverless. L'initiative de registre public Elastic Container Registry (ECR) est disponible. Canonical vient d'ailleurs d'annoncer qu'il en était l'un des partenaires.

Monitron vise à permettre aux entreprises de surveiller leurs équipements industriels et prévenir les pannes via Lookout qui fonctionne avec des équipements déjà en place. Panorama repose sur le même principe mais pour une détection plus générale sur des zones plus larges, comme les points chauds en boutique par exemple.

Tant de solutions clé en main et accessibles à tous, qui doivent faire d'AWS un partenaire de choix pour des entreprises qui ne veulent ou ne peuvent pas disposer du savoir-faire nécessaire en interne.

Il en va de même pour le DevOps Guru qui utilise là encore le machine learning, mais pour automatiser des tâches de gestion de l'infrastructure et la détection de problèmes. Et enfin Connect pour un ensemble de solutions de gestion des contacts omnicanal avec analyse des performances.

Le bal des annonces pourrait bien continuer, pas moins de trois semaines de conférences virtuelles étant prévues jusqu'au 18 décembre. Puis cela reprendra du 12 au 14 janvier prochain. Tous les détails se trouvent par ici.

  • Introduction
  • Mac mini as-a-service
  • Cascade Lake, jusqu'à 4,5 GHz
  • Le gros de l'offre reste chez Intel...
  • ... Habana Gaudi arrive
  • AMD : Un petit GPU RDNA à la demande
  • Graviton2 gagne du terrain, l'écosystème AWS se renforce
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact