Scaleway rDCE : un indicateur de consommation pondérée (eau et électricité) pour les datacenters

rDCE = (ePUE et eWUE) / 2
Scaleway rDCE : un indicateur de consommation pondérée (eau et électricité) pour les datacenters

L'hébergeur français Scaleway lance un nouvel indicateur de consommation prenant en compte tant l’électricité que l’eau, pondérées par rapport aux usages. Le but est de coller le plus possible à une réalité. La société invite ses concurrents à « le rejoindre dans cette transparence radicale ».

Depuis plusieurs mois, les politiques se sont emparés de la question de la consommation des datacenters, qu'il s'agisse du point de situation par l’Arcep l’année dernière, le rapport du Sénat et la feuille de route du CNNum durant l’été. Les arguments étaient parfois maladroits, des acteurs comme OVHcloud et Scaleway rarement invités.

Il s'agit pourtant d'acteurs qui innovent en la matière. L'un en misant fortement sur le watercooling depuis des années, l'autre avec le système de refroidissement adiabatique de DC5. De son côté, l’Europe a fait part de son ambition « de porter l'objectif de réduction des émissions pour 2030 à au moins 55 % ».

Scaleway publiait un billet de blog il y a quelques semaines pour expliquer que « beaucoup reste à faire » dans le monde des datacenters, et que « les pratiques doivent changer ». Celui qui a un temps misé sur une interface publique pour faire connaître le PUE de l'un de ses centres de données (DC3) évoque un point trop souvent oublié dans les rapports environnementaux : le gâchis d’eau potable dans les tours de refroidissement.

L’entreprise passe aujourd’hui la seconde et propose un nouvel indice « allant au-delà du simple indicateur PUE ». Intrigués, nous avons interrogé son dirigeant Yann Lechelle pour comprendre ce Real Data Center Efficiency (rDCE).

Quand les PUE et WUE se combinent pour donner naissance à…

Scaleway s'est démarqué avec son DC5 en matière d'efficacité énergétique. Mais veut aller plus loin : « en plus de réduire à 1,3 l’indice des datacenters existants et avoir un PUE inférieur à 1,15 pour tous les nouveaux datacenters construits depuis 2018, Scaleway s’engage sur une consommation pondérée inférieure à 1 ».

Qu’est-ce que cette consommation pondérée ? Il s’agit d’un nouvel indice maison baptisé rDCE pour Real Data Center Efficiency. Il s’agit de combiner les PUE et le WUE, soit le « rapport entre la quantité d’eau consommée pour refroidir le data center et l’énergie consommée par l’infrastructure », explique le ministère de l’Économie et des Finances. Il ajoutait fin 2019 qu’il existait un « projet de normalisation par l’ISO/IEC », qui n'a pas encore abouti.

Pour le français, un tel indicateur est d'autant plus important que derrière certains « datacenters les plus efficients, salués par tout le marché », il y a « des pratiques inavouables : l’utilisation inconsidérée de millions de mètres cubes d’eau et le gâchis de 30 à 40 % d'énergie, juste pour des besoins de refroidissement ».

Des « pratiques à forte consommation d’eau et à risques sanitaires », notamment vis-à-vis de la légionellose. Il se fixe ainsi l’objectif d’atteindre un WUE inférieur à 0,15 « dès aujourd’hui dans chacun de ses datacenters », alors que la moyenne du marché est (selon DataCenter Knowledge) aux alentours de 1,8. Une différence importante que Scaleway veut mettre davantage en lumière, notamment pour marquer sa différence.

Scaleway PUE

… l’indice Real Data Center Efficiency (rDCE)

L’entreprise ajoute que PUE et WUE ne doivent pas être pris au niveau global d’un hébergeur, mais se « rapporter respectivement à l’usage réel de chacun de ses datacenters, qui se mesure en mégawattheure (MWh) ».

Il faut donc « pondérer le PUE et le WUE par rapport aux usages répartis et non pas par rapport au datacenter le plus efficace, ce qui serait trop facile et trompeur ». Scaleway parle alors respectivement de ePUE et eWUE. « Notre ePUE bénéficie du PUE très bas de DC5 mais proportionnellement moins car il n'est pas rempli, alors que DC2 et DC3 oui », nous explique Yann Lechelle. La situation est identique pour le eWUE.

Cette problématique du périmètre de la mesure avait déjà été soulevée par un groupe de travail (comprenant Scaleway et OVHcloud) à l’annonce de Gaia-X : « dans l’industrie actuellement chacun raconte ce qu’il veut et le PUE ne donne pas le périmètre sur lequel il est calculé (serveur, salle, datacenter…) ».

Suivant les cas, le résultat n’est donc pas du tout le même. 

Pour revenir au Real Data Center Efficiency est ensuite calculé comme une simple moyenne :

rDCE = (ePUE + eWUE) / 2

Afin de montrer l’exemple, Scalway propose le calcul dans son cas : (1,37 + 0,01) / 2, soit 0,69.

« C'est donc notre score d'efficacité transverse, pondéré, et qui combine énergie et eau. C'est notre vrai score », nous affirme Yann Lechelle. « Si on ne regarde que DC5, alors le rDCE serait beaucoup moins élevé, mais cela serait ignorer DC2/DC3 qui sont moins performants », nous détaille le dirigeant de l’entreprise.

Ce score va être publié « pour tous les datacenters que nous avons construits et que nous opérons chaque année dans l’optique de le faire baisser régulièrement ». L'entreprise invite au passage « tous les acteurs de l’industrie à le rejoindre dans cette transparence radicale ». Reste à voir si cet appel sera suivi… mais rien n’est moins sûr.

Certains n’ont probablement pas très envie de voir leur (e)WUE affiché au grand jour. Espérons néanmoins que cela incitera la classe politique et autres acteurs tels que le CNNum et l'Arcep à regarder ces sujets de plus près.

Économie circulaire et communication aux clients

Enfin, la société s’engage sur l’économie « circulaire réparatrice et régénératrice avec ses partenaires », notamment avec Loxy, « qui assure la réutilisation et le recyclage des composants informatiques à 100 % ».

L’hébergeur compte prolonger la durée de vie de ses équipements jusqu’à 10 ans, alors que selon une étude de Gartner de 2016, elle est généralement de trois à cinq ans. Comme demandé par certains politiques sur l’ensemble du numérique (notamment les forfaits), Scaleway va communiquer à ses clients « la totalité des informations relatives à leur empreinte écologique » d’ici 2021.

Il est notamment question de la consommation énergétique, d’eau et d’une estimation des émissions carbone. Pour rappel, la société achète toute son énergie auprès d'un fournisseur hydro-électrique.

  • Introduction
  • Quand les PUE et WUE se combinent pour donner naissance à…
  • … l’indice Real Data Center Efficiency (rDCE)
  • Économie circulaire et communication aux clients
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact