LPDDR5 : Samsung produit en masse des puces de 16 Go de 3e génération, à 6 400 Mb/s

Une crise mondiale ? Quelle crise ?
LPDDR5 : Samsung produit en masse des puces de 16 Go de 3e génération, à 6 400 Mb/s

Samsung passe à la production en masse de puces de 16 Go de LPDDR5 capables d’atteindre 6 400 Mb/s. Le fabricant espère ainsi gagner des parts de marché dans le domaine de la mobilité. Il se prépare à décliner ses puces pour le marché automobile. 

En février dernier, Samsung lançait la production de masse de ses premières puces LPDDR5 16 Go de seconde génération, avec un débit de 5 500 Mb/s. Le constructeur avait déjà annoncé que la troisième génération arriverait durant la seconde moitié de l’année. Malgré Covid-19, aucun retard n’est visiblement de la partie. 

La finesse de gravure de cette troisième génération est de type « 1z nm », exploitant la technologie EUV (extrême ultraviolet). Elle est donc comprise entre 10 et 19 nm, tout en étant inférieure aux « 1y nm » et « 1x nm » des seconde et première générations. Mais nous n’en saurons pas davantage sur ce point.

Alors que la seconde génération nécessitait douze blocs – 8 de 12 Gb et 4 de 8 Gb, soit 128 Gb – pour arriver à 16 Go, la troisième se contente de huit blocs de 16 Gb. Au final, l’encombrement d’une puce de LPDDR5 de 16 Go de troisième génération est en baisse de 30 %. Comme prévu, les débits maximum passent de 5 500 Mb/s à 6 400 Mb/s.

« Samsung prévoit de renforcer encore sa présence sur le marché phare des terminaux mobiles tout au long de 2021 ». Tiger Lake sait d'ailleurs gérer cette mémoire. Une gamme de LPDDR5 pensée pour une utilisation dans les voitures est également attendue. Elle se distingue par une plage de températures supportées plus importante.

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact