Tiger Lake : Intel détaille l'architecture Xe, Willow Cove et certaines nouveautés

Vous aussi vous voulez un t-shirt SuperFin ?
Composants 12 min
Tiger Lake : Intel détaille l'architecture Xe, Willow Cove et certaines nouveautés

Si AMD a fait son grand retour sur le marché des CPU avec Ryzen, faire croitre ses parts de marché reste un défi. Surtout dans le monde des PC portables et des serveurs où ils n'étaient plus très appréciés après de nombreux ratés. Cela change peu à peu, forçant Intel à réagir. Le fondeur mise sur Tiger Lake pour revenir dans la course.

Le renouveau d'Intel annoncé en 2018 devait passer par celui de ses architectures. L'entreprise vivait en effet depuis 2014 sur des dérivés de Skylake : Kaby Lake, Coffee Lake, Cannon Lake, Whiskey Lake et Comet Lake. Six ans, nous sommes passés de la 6e à la 10e génération « Core », avec peu d'évolutions.

L'année dernière néanmoins, il y a eu du nouveau avec Ice Lake exploitant l'architecture Sunny Cove. Limitée à quatre cœurs, elle se voulait plus efficace, plus performante notamment lorsqu'il s'agit de traiter de l'IA via les instructions Deep Learning Boost, avec de meilleures connectique (Thunderbolt 3) et connectivité (Wi-Fi 6).

Intel Ice Lake SunnycoveIntel Ice Lake Sunnycove

Mais cette famille de processeurs avait deux défauts. D'une part, elle ne visait que les machines ultra-fines, avec un TDP de 15 watts ou moins. Elle a donc été lancée sous la dénomination Core de 10e génération... mélangée avec des puces en 14 nm (Comet Lake) pour le haut de gamme. D'autre part, elle n'était qu'une phase de transition, servant de galop d'essai au 10 nm qui faisait ses débuts en volume, pour patienter jusqu'à Tiger Lake.

Car c'est bien cette nouvelle gamme qui doit signer le début du retour d'Intel dans la course : efficacité énergétique renforcée, passage au PCIe 4.0, à l'USB4 et au Thunderbolt 4, première intégration d'une partie graphique Xe (intégrée ou dédiée), LPDDR5, 10 nm « SuperFin »... et architecture Willow Cove.

Tant de sujets qu'Intel commence enfin à détailler, avant le grand lancement attendu pour le 2 septembre.

Xe : une architecture graphique repensée

L'un des éléments les plus intéressants de Tiger Lake est sa partie graphique Xe, dont c'est la première intégration. Elle a pour rappel été complètement retravaillée, s'éloignant des architectures précédentes (Gen 9, 10, 11). Il s'agit de sa version « LP » visant les besoins du grand public d'entrée et de milieu de gamme.

Par rapport à Ice Lake (Gen 11), Intel dit être parvenu à monter plus haut en fréquence à tension équivalente, dépassant 1,7 GHz. C'était l'un d'es objectif de Xe. Outre la montée en puissance brute (FLOPS), l'architecture devait obtenir des résultats concrets plus élevés pour un même nombre de FLOPS.

Tiger Lake Xe LPTiger Lake Xe LP

Pour y parvenir, l'équipe dit avoir repensé ses unités d'exécution (EU), désormais au nombre de 96 et organisées en 6 « subslices » de 16, contre 8x8 auparavant. Un cache L1 de données fait son entrée, en plus du cache L3 plus important : de 3,8 Mo dans Tiger Lake, il peut grimper à 16 Mo si nécessaire.

La bande passante de l'interface avec la mémoire (GTI) est doublée, passant à 2x 64 octets par cycle (en lecture et en écriture). Intel dit aussi assurer une compression de bout-en-bout

Plus d'unités de calcul, de cache, de possibilités

Mais c'est surtout l'équilibre interne des unités d'exécution qui a été modifié. Passant de quatre unités de calcul (ALU) sur des flottants/entiers (FPU/INT), accompagnées de quatre sur des flottants ou pour des fonctions mathématiques avancées (EM), à une organisation de type 8+2.

On passe donc de 8 à 10 ALU, avec quelques subtilités. Les huit principales peuvent effectuer des calculs flottants/entiers, alors que les deux autres ne sont plus utilisées que pour des opérations mathématiques avancées.

  • Intel Xe Architecture
  • Intel Xe Architecture
  • Intel Xe Architecture
  • Intel Xe Architecture
  • Intel Xe Architecture

Ainsi, on garde le même nombre d'unités FPU, on double les INT, et les EM (deux fois moins nombreuses) ne sont plus partagées. La faible précision INT8 (via DP4A) est également de la partie sur Tiger Lake, un niveau de précision nécessaire pour de l'inférence hautes performances.

Autre point à noter : la distribution des calculs ne s'opère désormais plus au niveau d'une unité d'excution, mais deux. Une manière selon Intel de mieux gérer leur remplissage. Un cache L1 (données) fait son entrée.

Au final, Intel dit réussir à offrir un meilleur niveau de qualité d'image et de meilleures performances à TDP équivalent, ou un niveau similaire avec un TDP plus faible. Des déclarations à vérifier, aucun chiffre concret n'ayant été donné.

Il faudra attendre le 2 septembre prochain pour en savoir plus sur le sujet. On devrait alors avoir des nouvelles d'un autre projet : DG1, la première carte graphique grand public d'Intel. Elle doit arriver dans les PC portables Tiger Lake d'ici la fin de l'année, s'attaquant frontalement à AMD et NVIDIA.

Le multimédia également à l'honneur

Le moteur de traitement vidéo a lui aussi été grandement amélioré. Et pour cause : outre l'importance que ces fonctionnalités ont pour le grand public, il s'agit aussi d'un enjeu dans les serveurs où les solutions d'Intel servent pour la compression vidéo notamment. Xe annonce ainsi un débit multiplié par deux en (dé)compression.

Intel Xe ArchitectureIntel Xe Architecture

AV1 est désormais géré matériellement pour la décompression, et le pipeline de traitement est sur 12 bits (BT2020). Bien entendu, le moteur sait gérer la 4K/8K à 60 ips, HDR et Dolby Vision, etc. Jusqu'à quatre sorties vidéo peuvent être actives, jusqu'à deux en eDP.

Elles peuvent également passer par une connectique externe : DisplayPort 1.4, HDMI 2.0, USB4 Type-C et Thunderbolt 4. La fréquence de sortie maximale est de 360 Hz, celle-ci pouvant être variable via AdaptiveSync. Le traitement d'image se fait désormais purement de manière matérielle, via l'IPU 6.

GNA 2.0 pour une inférence plus économe

Autre nouveauté : une version retravaillée du Gaussian and Neural Accelerator (GNA 2.0), introduit avec Ice Lake. Il s'agit d'une portion de l'architecture permettant de charger des modèles issus d'un réseau de neurones pour les appliquer par inférence, dans un cadre assez précis : l'exécution avec une consommation minimale.

Il s'agit plutôt d'un complément aux capacités d'inférence du CPU, GPU ou d'accélérateurs tiers. L'objectif est ici de pouvoir compter sur une application en continu même en situation de mobilité, comme pour la réduction de bruit sur une image ou du son pendant une visio-conférence, la reconnaissance vocale, etc.

Intel précise que cette v2 permettrait de réduire le taux d'utilisation CPU de 20 %.

Tiger Lake Xe LP GNA 2.0

Willow Cove : surtout une histoire de cache... et de 10 nm (SuperFin)

Côté CPU, les changements sont plus légers. Comme annoncé en 2018, l'architecture Willow Cove est surtout l'occasion pour Intel d'introduire de nouvelles protections contre les différentes attaques rencontrées ces dernières années. Mais aussi de revoir le cache à la hausse et la gravure en 10 nm.

Ce dernier point semble avoir beaucoup occupé le fondeur, qui veut en finir avec ses « +++ ». Un nom a donc été trouvé pour le process ici utilisé, t-shirt à l'appui : SuperFin. Avec ces transistors, le géant de Santa Clara dit être arrivé là où il le souhaitait avec le 10 nm, même si cela s'est fait dans la douleur.

  • Intel 10 nm SuperFin
  • Intel 10 nm SuperFin
  • Intel 10 nm SuperFin
  • Intel 10 nm SuperFin
  • Intel 10 nm SuperFin
  • Intel 10 nm SuperFin

Ainsi, les gains rencontrés seraient d'un peu moins de 18 %, un peu en-deçà de ce qui avait été constaté sur l'ensemble de l'évolution du 14 nm sur cinq générations. Le travail des équipes semble avoir payé, même si les défis restent nombreux, puisqu'il faut désormais passer au 7 nm, déjà en retard.

Au final, un cœur Willow Cove est annoncé comme capable d'atteindre une fréquence plus haute à tension équivalente, comme pour le GPU Xe LP. Avec les améliorations architecturales et la hausse des caches, il y a fort à parier que de beaux gains seront au rendez-vous.

Le cache L2 passe ainsi de 512 ko (inclusif, 8-way) par cœur à 1,25 Mo (non-inclusif, 20-way), le L3 de 8 (inclusif, 16 way) à 12 Mo (non inclusif, 12-way). Il s'agit bien entendu de valeurs maximales, qui pourront varier d'un processeur de la gamme à l'autre. Mais Intel n'en a pas encore détaillé la liste complète et les éléments de segmentation. Pour rappel, Ice Lake était limité à 4 cœurs, Comet Lake prenant le relai au-delà. Est-ce que ce sera encore le cas ?

D'autres éléments viendront renforcer les gains espérés. Tout d'abord le débit du bus interne (coherent fabric) double, organisé comme un « dual ring ». La LPDDR4X (4,3 Gb/s) et la LPDDR5 (5,4 Gb/s) sont supportées, avec la fonctionnalité Total Memory Encryption. Il s'agit comme chez AMD de permettre un chiffrement complet de la mémoire, sans que l'on sache si ce sera là aussi réservé à des modèles « Pro ».

  • Intel Tiger Lake Willow Cove
  • Intel Tiger Lake Willow Cove
  • Intel Tiger Lake Willow Cove
  • Intel Tiger Lake Willow Cove
  • Intel Tiger Lake Willow Cove
  • Intel Tiger Lake Willow Cove

Une fonctionnalité qui rejoint la possibilité de créer des enclaves sécurisées SGX, disponible depuis quelques générations. Intel a également revu son contrôleur mémoire, désormais scindé en deux pour être plus efficace, avec une bande passante maximale disponible annoncée à 86 Go/s.

Autre bonne nouvelle : le PCIe 4.0 est supporté par les lignes implémentées dans le CPU.

Une connectique renforcée

C'était l'un des autres grands travaux de Tiger Lake : monter en gamme au niveau des E/S. Outre la LPDDR5 et le PCIe 4.0, on a donc droit à un support natif de l'USB4 et de Thundebolt 4 (une version plus exigeante de la norme), proposant chacun jusqu'à 40 Gb/s sur des connecteurs au format Type-C, avec gestion du DisplayPort.

Le Wi-Fi 6 sera bien entendu toujours de la partie. On espère aussi voir un nombre croissant de PC portables proposer du réseau filaire (RJ45) à 2,5 Gb/s, cette norme devenant de plus en plus commune.

Intel Tiger Lake Willow CoveIntel Tiger Lake Willow Cove

Tiger Lake face à AMD, Lakefield face aux SoC ARM

Pour Intel, la bataille de fin d'année sera double, et ira d'ailleurs au-delà de Tiger Lake. Celui-ci devra en effet lui permettre de remonter la pente face à AMD sur le marché des PC portables ultra-fins, intégrant des technologies en avance de phase, mettant le pied à l'étrier de l'architecture graphique Xe.

On attend d'ailleurs avec impatience de pouvoir tester les modèles qui intègreront également un GPU DG1, qui sera le premier du constructeur à devoir se battre frontalement avec les GeForce et autres Radeon. Intel aura pour lui l'intérêt d'un pilote repensé, unifié, mais la société a tout à prouver sur ce terrain.

Le 2 septembre sera aussi l'occasion de demander au géant de Santa Clara comment il compte répondre à AMD et ses Ryzen Mobile de 3e génération (série 4000) qui grimpent jusqu'à 8 cœurs en 7 nm avec une puce graphique plutôt efficace. Tiger Lake sera-t-il suffisant ? Nous le saurons bien assez tôt.

Intel Roadmap Architecture Day 2020Intel Roadmap Architecture Day 2020

L'autre « danger » qui rôde est ARM, notamment avec sa montée en puissance chez Apple. Il y a fort à parier que l'entreprise à la pomme mettra à jour ses produits en tirant partie de Tiger Lake, mais elle doit aussi mettre sur le marché de premiers Mac avec ses propres SoC ARM. Un terrain sur lequel Intel va devoir aussi agir.

Cette fois, c'est Lakefield qui sera aux commandes : un SoC de 6 watts avec un cœur Sunny Cove et quatre Tremont (dérivés d'Atom). Intel espère que l'aspect hybride de cette puce jouera son rôle, et annonce des gains tant en termes de consommation énergétique que de performances.

Mais l'évolution du matériel et du logiciel auront là encore leur rôle à jouer, notamment pour ce qui est du scheduler de Linux et Windows, qui vont devoir apprendre à gérer ces solutions.

... en attendant Alder Lake

Ce n'est d'ailleurs qu'un début, puisqu'Alder Lake enfoncera le clou l'année prochaine. C'est la première fois qu'Intel en parlait d'ailleurs officiellement, évoquant son annonce pour l'année prochaine.

Il devrait néanmoins être mis sur le marché un peu plus tard que prévu initialement, puisqu'il est gravé en 7 nm. Il intègrera alors des cœurs de nouvelle génération (Golden Cove) dont l'IPC devrait être améliorée, ainsi que les performances liées à l'IA (via les instructions AMX ?) et autres fonctionnalités de sécurité.

Intel Roadmap Architecture Day 2020Intel Roadmap Architecture Day 2020

Il disposera également de cœurs basse consommation Gracemont. La hausse de l'IPC est là encore au programme, tout comme pour les instructions vectorielles ou la montée en fréquence. De très nombreuses combinaisons sont prévues pour les modèles de bureau. Avec quels cas d'usage en tête ? Cela reste à découvrir.

9 commentaires
Avatar de Vaark Abonné
Avatar de VaarkVaark- 13/08/20 à 13:21:00

Il y a quelque chose d'assez malsain, je trouve, à envoyer la com à grand bruit sur les futures sorties de matos, juste après la parution d'infos mettant en cause la gestion interne d'intel...
Bien entendu, il est très probable que cette date avait été prévue en amont, une présentation comme ça ne se fait pas en claquant des doigts.
Serait-il possible de savoir à quelle occasion Intel a fait cette communication ? Un salon "virtuel", une commémoration de quelque chose, ou autre ?
Ou bien encore il y a de grandes chances pour que ce soit pour commencer à marquer des points avant l'annonce des verts prévue dans 18 jours.

On n'est pas près de savoir pourquoi Keller a quitté le navire précipitamment.

Sinon il y a un sacré paquet de profanations à faire avec Raja et ses mains qui ne tiennent "rien" ;)

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 13/08/20 à 13:38:38

(quote:48760:Vaark)
...

Oui ça ne se prépare pas comme ça et c'était prévu depuis quelques temps (voir les rumeurs sur une communication mi-août par exemple ;)) Pour Keller, je vois assez mal le rapport. Surtout que les raisons évoquées (en interne et dans la comm' d'Intel) étaient d'ordre personnel et qu'il reste auprès de l'entreprise jusqu'à la fin de l'année. Il n'est de toutes façons pas connu pour rester au-delà de ses missions).

Avatar de sarbian Abonné
Avatar de sarbiansarbian- 13/08/20 à 13:41:14

(quote:48760:Vaark)
Serait-il possible de savoir à quelle occasion Intel a fait cette communication ? Un salon "virtuel", une commémoration de quelque chose, ou autre ?

Ce sont les annonces du "Intel Architecture Day 2020" qui s'est passé cette semaine et devait sûrement être accompagné d'un NDA finissant à 15H au vu de l'état des mes flux RSS.

Édité par sarbian le 13/08/2020 à 13:42
Avatar de Vaark Abonné
Avatar de VaarkVaark- 13/08/20 à 13:46:06

(quote:48763:sarbian)
Ce sont les annonces du "Intel Architecture Day 2020" qui s'est passé cette semaine et devait sûrement être accompagné d'un NDA finissant à 15H au vu de l'état des mes flux RSS.

Merci beaucoup, il me manquait cette info. 'fin maintenant que tu le dis, il y a effectivement écrit "architecture day" sur tous les slides mais je n'avais pas dû y prêter attention.

(quote:48762:David_L)
Oui ça ne se prépare pas comme ça et c'était prévu depuis quelques temps (voir les rumeurs sur une communication mi-août par exemple ;)) Pour Keller, je vois assez mal le rapport. Surtout que les raisons évoquées (en interne et dans la comm' d'Intel) étaient d'ordre personnel et qu'il reste auprès de l'entreprise jusqu'à la fin de l'année. Il n'est de toutes façons pas connu pour rester au-delà de ses missions).

Je fais un rapport entre le départ de Keller "parce que son beau-frère a des problèmes de santé" (ou une autre raison personnelle de cet ordre) et les fuites sur les problèmes internes au sein de l'entreprise mais, clairement, je m'avance et il n'y a pas forcément de lien.

Édité par Vaark le 13/08/2020 à 13:46
Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 13/08/20 à 14:02:41

(quote:48764:Vaark)
...

De ce que j'en sais, ce sont des raisons personnelles. Et je pense qu'il était arrivé au bout de sa mission chez Intel (sans doute pour cela que ça boucle sur fin 2020). Mais rares sont ceux qui sont vraiment dans le "secret des Dieux" ;)

Avatar de Aristide Rutilant Abonné
Avatar de Aristide RutilantAristide Rutilant- 13/08/20 à 17:38:32

Du coup, les annonces actuelles ne concernent que des processeurs plutôt orientés mobile, côté bureau et gros PC de jeux, les Core 10xxx ne seront pas remplacés tout de suite si j'ai bien compris ?

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 13/08/20 à 18:50:21

(quote:48774:Aristide Rutilant)
...

C’est ça ;) pour un équivalent desktop il faudra attendre Rocket Lake-S. Mais Intel n’a pas encore donné de dates quand à son lancement. Sans doute en 2021 (des détails au CES ?) sauf grande surprise

Édité par David_L le 13/08/2020 à 18:51
Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 18/08/20 à 09:20:53

Ça doit prendre du temps de publier ce genre d'article, merci.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 18/08/20 à 09:51:15

(quote:48837:OlivierJ)
...

Si peu :transpi: (Surtout que pour la petite histoire, les briefs sous NDA c'était une conf de 17h30 à 00h30 avec un délai assez court pour publier ensuite)

Édité par David_L le 18/08/2020 à 09:51
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.

2000 - 2020 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact