AMD place le chiffrement des VM chez Google Cloud, ses Ryzen Threadripper Pro chez Lenovo

L'offensive de fin d'année est déjà lancée
AMD place le chiffrement des VM chez Google Cloud, ses Ryzen Threadripper Pro chez Lenovo

Coup sur coup, AMD a annoncé deux jolis « design win » sur le marché professionnel. Si l'un est plus significatif que l'autre, cela montre que l'entreprise parvient à séduire dans ce secteur à l'inertie assez forte. Elle devient, comme d'autres, une menace grandissante pour Intel.

AMD a profité du 14 juillet pour faire deux annonces, l'une plus médiatisée que l'autre puisque plus impressionnante : les Ryzen Threadripper Pro existent bel et bien, Lenovo va en utiliser dans une station de travail. Pourtant, c'est la seconde qui est la plus importante pour l'entreprise, qui signe un joli partenariat avec Google Cloud.

EPYC gagne du terrain, malgré les embûches

Ce dernier va en effet proposer de nouvelles instances exploitant une fonctionnalité présente depuis les processeurs EPYC de première génération, mais jusqu'à lors mise de côté par les fournisseurs de services Cloud (CSP) : le chiffrement (AES-128) de la mémoire avec une isolation par VM via Secure Encrypted Virtualization (SEV).

En quoi est-elle significative ? Parce qu'elle permet à AMD de montrer que ses puces proposent des fonctionnalités avec un bienfait concret, simple à appréhender, absentes chez la concurrence. De quoi lui permettre de gagner des parts de marché dans un secteur difficile, où ses chiffres n'avancent pas aussi vite que prévu.

L'objectif était à 10 % cette année, il ne sera pas atteint. Si l'entreprise explique que cela est notamment du fait de la pandémie de Covid-19, ce n'est pas aussi simple.

Car chaque dixième de point se gagne de haute lutte, alors que certains ont encore l'abandon des Opteron en tête, sans parler des contraintes applicatives, de l'offre qui reste moins développée sur EPYC, de l'écosystème limité, etc. Ce, même si AMD baisse ses prix de manière importante pour gagner de gros contrats. « Si Intel est présent, ils se placeront toujours en-dessous pour l'emporter » nous confiait récemment un fin connaisseur du marché.

L'entreprise reste dans une situation de pénurie, avec de longs délais de livraison. Il est en effet bien difficile de trouver des EPYC de seconde génération à la vente au détail. Et chez les intégrateurs, ce n'est pas forcément mieux. « Même ce qu'ils arrivent à vendre, ils ont du mal à le fournir » nous confiait un autre.

C'est ce qui explique notamment la faible pénétration, même chez les géants du Cloud, plus d'un an après l'annonce de ces processeurs basés sur l'architecture Zen 2. Amazon vient à peine de lancer son offre, l'Allemand Hetzner a sauté le pas en avril dernier. En France, ni OVHcloud ni Scaleway n'ont évoqué leur migration.

Google isole et chiffre vos VM sur demande (en bêta)

L'annonce de Google tombe donc à point nommé, bien qu'il s'agisse pour le moment d'un programme bêta. Le géant américain propose aux clients éligibles ses « Confidential VMs » via une simple case à cocher, basée sur ses instances N2D à base d'EPYC 7002 (en test depuis février).

Google Cloud Confidential VM AMD EPYC 7002

Une clé est alors générée matériellement, liée à la machine virtuelle. Elle servira à chiffrer les données pendant leur traitement en mémoire, avec un impact minime sur les performances.

S'ajoutent d'autres procédures de sécurité spécifiques à Google, qui propose des images renforcées destinées à cet usage. Ainsi, le choix est limité à Ubuntu 18.04/20.04, Container Optimized OS (COS v81) et RHEL 8.2. D'autres pourraient suivre, comme CentOS ou Debian.

Ryzen Threadripper Pro chez Lenovo

La seconde annonce de la semaine dernière était grandiloquente, mais il s'agissait cette fois plus de communication que de concret. Car si la version Pro des Threadripper a été annoncée, tous les détails sur ces CPU et leur plateforme ne sont pas connus. Ils ne sont d'ailleurs pas mis en vente directement.

Seule une station de travail, la Lenovo P620, doit les utiliser « cet automne ». Ses caractéristiques sont bien entendu à la hauteur de l'annonce : multitudes d'emplacements DDR4, de connecteurs réseau jusqu'à 10 Gb/s, de ports PCIe 4.0 x8/x16, d'USB 3.x. Son prix n'a pas été communiqué.

Autant dire que l'on est dans l'exacte définition du « Paper Launch », incomplet qui plus est. Pour ce qui est de ces CPU, il s'agit en réalité d'EPYC 7002 dont le nom a été changé pour refléter une différence de taille : leurs fréquences sont plus élevées que les modèles pensés pour les serveurs (voir ci-dessous).

Et pour cause, les contraintes sont moins fortes dans une machine posée sur un bureau. Le TDP reste inchangé : 280 watts, tout de même. Pour le reste, on dispose de l'ensemble des caractéristiques de ces puces : jusqu'à 64 cœurs, 8 canaux DDR4, 128 lignes PCIe 4.0, etc. Des produits attendus depuis la fin de l'année dernière, pensés au départ pour répondre aux Xeon W 3200 avec jusqu'à six canaux mémoire d'Intel.

Contrairement aux Threadripper classiques, ils commencent à 12 cœurs, sans doute pour aider à faire passer la pilule tarifaire qui ne manquera pas d'être salée quand elle sera officielle. Sans parler du prix des cartes mères. Pour rappel, un EPYC (8C/16T, de 3,2 à 3,4 GHz) est proposé à un peu moins de 800 euros

D'autant qu'AMD risque à nouveau de se retrouver face à ses problèmes de disponibilité et de capacité de production. Espérons tout de même qu'ils auront droit à un lancement en bonne et dûe forme d'ici la fin de l'année. Ce sera alors l'occasion d'en apprendre un peu plus à leur sujet.

  • AMD Ryzen Threadripper Pro
  • AMD Ryzen Threadripper Pro
  • AMD Ryzen Threadripper Pro
  • AMD Ryzen Threadripper Pro
  • AMD Ryzen Threadripper Pro
  • AMD Ryzen Threadripper Pro
  • Introduction
  • EPYC gagne du terrain, malgré les embûches
  • Google isole et chiffre vos VM sur demande (en bêta)
  • Ryzen Threadripper Pro chez Lenovo
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact