Asustor : DataSync Center et Backup Cloud Center en bêta, ça vaut quoi ?

La simplicité comme seule vertu
Asustor : DataSync Center et Backup Cloud Center en bêta, ça vaut quoi ?

En marge de l'évolution de son interface ADM, Asustor rationalise ses outils de sauvegarde et de synchronisation. Cela passera par l'arrivée de Backup Cloud Center et Data Sync Center, actuellement en bêta. Mais derrière les annonces, est-ce qu'elles font le job ?

Dans le trio classique des NAS grand public, on trouve bien entendu Synology et son principal challenger QNAP, mais aussi Asustor. La société tente ces dernières années de se faire remarquer avec des produits aux caractéristiques inhabituelles, tant dans son offre classique que celle à destination des entreprises.

Mais son interface ADM évolue lentement et accuse du retard, malgré des évolutions récurrentes. L'un des gros points noirs était du côté de la sauvegarde et de la synchronisation, où les solutions et services étaient éclatés, pas toujours très convaincants. Asustor a commencé à prendre le taureau par les cornes.

Deux applications sont disponibles en bêta depuis quelques mois, devant commencer à centraliser les outils et rendre l'expérience plus probante. Nous avons effectué de premiers essais.

Synchronisation : une centralisation bienvenue

Dans sa version actuelle, ADM propose une expérience assez décevante pour la synchronisation de données. En effet, seuls quelques services sont gérés et il faut en passer par des applications différentes pour chacun d'entre eux : DataSync for Dropbox, GoogleDrive, OneDrive for Business), etc.

DataSync Center permet (enfin) de proposer différents services dans une même interface. Toujours en bêta, il n'est guère complet pour le moment, puisque l'on ne retrouve cette fois encore que Dropbox, Google Drive ou Microsoft OneDrive, en complément de la synchronisation depuis un autre NAS Asustor :

  • Asustor DataSync Center
  • Asustor DataSync Center
  • Asustor DataSync Center
  • Asustor DataSync Center
  • Asustor DataSync Center
  • Asustor DataSync Center

Les paramètres aussi sont basiques, segmentés en deux : ceux propres à chaque service et ceux propres à chaque tâche. On peut en effet avoir en avoir plus d'actives par service. Dans le premier cas on règle principalement la période d'activité, la journalisation, nombre de téléchargements simultanés, limites de débits et... c'est tout.

Chacun aura ensuite ses propres filtres de synchronisation de fichiers/dossiers, pouvant être effectuée dans un sens ou de manière bilatérale, parfois avec des conversions à la volée. Par exemple dans le cas de Google Drive, pour adapter les documents au format maison en fichier Office ou images JPEG.

C'est donc simple, mais suffisamment complet. On attend surtout de la sortie de la bêta que bien plus de services soient gérés, que ce soit pour un usage grand public ou professionnel. Surtout avec l'arrivée de NAS haut de gamme comme les Cabinetstor 8/10 et autres Lockerstor 10 (Pro).

Sauvegarde : BackBlaze est là, S3 toujours isolé

Pour la sauvegarde, Asustor disposait déjà d'une application unifiée : Sauvegarde et Restauration. Outre une procédure purement locale, elle gère de nombreux protocoles : rsync, FTP, USB ou encore S3 (via AWS et compatibles). Pour le moment, Cloud Backup Center ne reprend rien de tout cela. 

On ne sait pas encore si une fusion est prévue à terme, ne serait-ce que pour l'intégration de S3 en complément d'autres services Cloud, mais pour le moment trois sont présents : Alibaba Cloud, Microsoft Azure et BackBlaze B2. Point intéressant : la sauvegarde peut être effectuée depuis ou vers le service. 

  • Asustor Cloud Backup Center Beta
  • Asustor Cloud Backup Center Beta
  • Asustor Cloud Backup Center Beta
  • Asustor Cloud Backup Center Beta

Ici, on peut simplement définir le dossier source et le bucket de destination, quelques paramètres comme les limites de débit ou la récurrence de la sauvegarde. Le « mode mission » permet de limiter la durée d'une tâche, d'effectuer des pauses, définir des tentatives de reconnexion, etc. Pour s'adapter aux limites d'API. 

Pour le moment, aucun filtre avancé n'est présent. Pas plus que des mécaniques de gestion des versions ou des solutions de chiffrement, de déduplication, etc. Les données de la source sont simplement envoyées à la destination et... c'est tout. Sans plus de fioritures. Un peu comme une synchronisation, mais à la demande.

Et pour la restauration ? Aucune fonctionnalité n'est encore implémentée. Il faudra en effet aller chercher les données via le service en ligne ou lancer une synchronisation dans le sens inverse pour aller les récupérer, en attendant un équivalent de l'explorateur de Backupe proposé par exemple chez Synology.

Bref, il reste encore du travail. 

3 commentaires
Avatar de Fab'z Abonné
Avatar de Fab'zFab'z- 09/06/20 à 20:32:41
#1

C'est un peu triste quelque part de voir les constructeurs faire des OS chacun de leurs cotés...

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 10/06/20 à 04:28:59
#2

undefined

C'est de bonne guerre, sur le fond, l'OS c'est une bonne partie de leur "valeur ajoutée" et ce qui justifie le coût plus élevé des NAS par rapport à de petits serveurs classiques. C'est aussi ce qui perrmet à chacun de se différencier, d'autres ayant misé sur des OS indépendants (voir TrueNAS par exemple).

Le problème amha sur ce genre d'outils, surtout quand on a peu de moyens ou qu'on part de loin comme Asustor, c'est d'aller vers des solutions ne profitant pas d'un accès plus ouvert ou ne pouvant être complété par la communauté ou directement par des partenaires. Du coup, il faut attendre que chaque service soit ajouté, que l'application soit finalisée... et ça prend du temps.

Avatar de Fab'z Abonné
Avatar de Fab'zFab'z- 10/06/20 à 18:05:55
#3

C'est pas simple c'est claire. La concurrence est expérimenté et bien complète. Mais avec les annonces des derniers jours sur les orientations de TrueNAS Scale, Proxmox qui se sérieuzifie dans le temps, NextCloud qui a sa propre solution d'app "office" open (que j'ai toujours pas testé...), OMV toujours bien présent...

Ça donne envie de voir émerger une distro' Debian avec tous ces outils intégrés au sein d'une même interface pour faire face au OS actuelles avec un support pro comme le monde de l'open sait le faire.
Agnostie matériel, libre et pérenne.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.

2000 - 2020 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact