Activision Blizzard retire tous ses jeux de GeForce Now

Un enjeu tech ou business ?
Systèmes 3 min
Activision Blizzard retire tous ses jeux de GeForce Now

Coup dur pour le géant américain qui vient de lancer l'offre commerciale de son service de Cloud Gaming : tous les titres  d'Activision Blizzard en ont été retirés. C'est notamment le cas du dernier Call of Duty : Modern Warfare qui profitait pourtant du ray tracing sur la plateforme de NVIDIA.

Les partenariats avec les grands éditeurs de jeux et autres studios seront au cœur de la bataille du « Cloud Gaming ». Sans eux, de tels services ne peuvent exister, ce qui peut être l'occasion de nouveaux flux de monétisation. On le voit déjà avec certaines exclusivités accordées à telle ou telle plateforme.

Retrait de Battle.net et de ses jeux : un problème technique ?

Activision Blizzard semble décidé à montrer son pouvoir en la matière. Il a ainsi demandé à NVIDIA de retirer tous ses jeux de GeForce Now, comme le révèle la société dans une publication sur ses forums. « Nous espérons pouvoir travailler à nouveau avec l'éditeur pour réactiver ces jeux et plus sur notre plateforme à l'avenir », précise-t-elle.

Battle.net n'est ainsi plus accessible. Pour la petite histoire, nous avons pu constater que certains comptes pouvaient être désactivés après un accès via GeForce Now. Le service aurait-il affolé les outils antifraude de l'éditeur menant à cette décision, plutôt qu'un désaccord commercial ? Impossible à dire pour le moment.

Dans tous les cas, Activision Blizzard et NVIDIA n'ont pas trouvé de solution à l'amiable, comme le prouve ce retrait. Il concerne 11 jeux de la licence Call of Duty, dont le dernier Modern Warfare qui bénéficiait du ray tracing des GeForce RTX, accessible via l'abonnement Fondateurs de GeForce Now. Mais aussi 12 autres titres :

  • Construction Simulator 2 US - Pocket Edition
  • Crash Bandicoot N. Sane Trilogy
  • Diablo III
  • Hearthstone : Heroes of Warcraft
  • Heroes of the Storm
  • Overwatch
  • Sekiro : Shadows Die Twice
  • Spyro Reignited Trilogy
  • StarCraft Remastered
  • StarCraft II : Legacy of the Void
  • World of Warcraft : Battle for Azeroth
  • World of Warcraft Classic

Les joueurs méritent mieux qu'un marché si fragmenté

Pour rappel, ce ne sont pas les seuls jeux absents de GeForce Now. Nous avions par exemple relevé le cas des Tomb Raider de Square Enix qui étaient pourtant proposés jusque-là. C'était aussi le cas de Warcraft III : Reforged qui n'était pas encore intégré au catalogue. Cela ne sera donc sans doute pas le cas, tout du moins à court terme.

Nous avions également relevé l'absence de jeux nécessitant l'utilisation d'Origin d'EA ou du Windows Store de Microsoft. Des soucis qu'évitent les services comme Shadow en proposant non pas une intégration des catalogues mais un PC complet dans le cloud. Mais NVIDIA et les autres acteurs de ce marché devront travailler rapidement à trouver des accords avec les grands studios pour éviter de telles déconvenues.

Un défi dans le secteur des jeux vidéo, où la proposition commerciale est encore très largement morcelée, ne serait-ce qu'autour des différentes plateformes de distribution. Un point qui empêche l'émergence d'offres plus globales et pratiques pour le consommateur, chacun voulant privilégier ses outils et ses intérêts. 

Une position qui, dans l'histoire de la révolution numérique, n'a jamais mené à de grandes victoires. Plutôt à une explosion des alternatives mettant le consommateur au centre, ou du piratage.

 

Ce contenu est en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

21 commentaires
Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 12/02/20 à 07:17:38

Avec ces offres de cloud gaming liant jeux et plateforme c'est forcément une segmentation du marché qui nous attend... :/ Ce n'est pas comme si cela ce passait autrement ailleurs (consoles, vod...)

J'espère vraiment que les problèmes rencontrés par Shadow vont être résolus (sans trop de casse) et que cette offre rencontrera le succès qu'elle mérite.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 12/02/20 à 07:22:15

(quote:45719:Norde) ...

On en arrivera forcément à délier les plateformes de jeux et l'accès aux titres, avec chacune proposant sa propre interface comme c'est déjà le cas en partie pour la distribution (sans Cloud Gaming) pour le moment.

On passe seulement d'une phase avec un acteur majoritaire (Valve) à une pléthore (Origin, Uplay, Epic, MS), chacun voulant tirer son épingle du jeu. On finira forcément à un moment à comprendre qu'il faut que l'utitilisateur puisse choisir sa plateforme de distribution/jeu et que le reste doit suivre de manière transparente sans en arriver à une intégration de type console comme l'a choisi Stadia.

Mais ça va sans doute prendre du temps.

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 12/02/20 à 08:08:05

(quote:45720:David_L) ...

Je suis bien plus pessimiste que toi. Quand je vois que le marché de la musique est toujours fragmenté (au revoir petites maisons de disque, bonjour exclu territoriales etc...), ça ne me donne pas confiance.

Après les joueurs PC sont attachés à cette liberté (toute relative) de choix donc peut être que ces initiatives malheureuses ne prendront pas ^^ Espérons le en tout cas.

Avatar de Patatt Abonné
Avatar de PatattPatatt- 12/02/20 à 08:10:32

Il se passe la même chose qu'avec les services de VOD, l'offre et éclatée entre différente plateforme et empêche d'avoir accès à tout, ou alors il faut s'abonner à plusieurs service et ça reviens vite très chère. Au moins avec la VOD, on peu s'abonner un mois par ci, un par là et regarder ce que l'on veux (pas forcement le jour de la sortie certes). Pour du jeu vidéo, je trouve cela plus problématique, surtout dans le cadre de jeu "service" auxquels ont joue sur une longue période, si on est bloqué sur une plateforme c'est problématique.

Avatar de Karl Moonferon Abonné
Avatar de Karl MoonferonKarl Moonferon- 12/02/20 à 08:41:07

Malheureusement j'ai peur que tout ça finisse comme la VOD, où tout est réparti entre services et les titres disponibles vont et viennent selon les accords commerciaux, ça risque d'être problématique de se lancer dans un jeu sans savoir combien de temps il sera dispo.

Avatar de jerome35 Abonné
Avatar de jerome35jerome35- 12/02/20 à 08:43:47

(quote:45723:Patatt) ...

Même en s'abonnant a tout les services de VOD je n'arrive pas à voir accès à tous les films et séries que je voudrais avoir, heureusement qu'Itunes est là mais pas complet en achat.

Shadow est selon moi la meilleur offre car pas impacté par tel ou tel choix d'éditeur.

Avatar de Jypyx Abonné
Avatar de JypyxJypyx- 12/02/20 à 08:52:44

Moi ma petite théorie c'est que vu que Youtube récupère les droits de l'Overwatch League chez eux. Je me demande s'il n'y a pas un partenariat avec Google qui est en train de se créer et vu que GeForceNow est un concurrent de Stadia... Je vous accorde que c'est un peu tiré par les cheveux mais bon ^^

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 12/02/20 à 08:55:54

(quote:45726:Jypyx) ...

ça peut être un des soucis, mais pour le moment aucune des deux parties n'a évoqué le sujet de manière claire. On verra bien une fois que tout ça se sera décanté.

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 12/02/20 à 09:00:17

Avec Shadow au moins pas de soucis ^^

Avatar de CostaDelSol Abonné
Avatar de CostaDelSolCostaDelSol- 12/02/20 à 09:00:29

Je suis encore frustré de ne plus pouvoir continuer ma partie de Shadow of the Tomb Raider sur GeForce Now. Je pense que le cloud gaming est encore jeune et cherche encore son business. Je n'ai pas du tout envie d'aller sur Stadia et Shadow n'est pas prêt pour lancer son matos avec des RTX.

Bref pour l'instant c'est pour moi un marché avec de sacrés compromis à faire.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3

Votre commentaire

Avatar de lecteur anonyme
Avatar de lecteur anonyme

2000 - 2020 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact