Intel pourrait annoncer un Core i9-10990XE à 22 cœurs... et alors ?

Paper launch or not paper launch...
Intel pourrait annoncer un Core i9-10990XE à 22 cœurs... et alors ?

Et si Intel annonçait un Core i9-10990XE ? Les rumeurs vont bon train captures à l'appui. Une bonne manière d'occuper l'espace médiatique, tout en évitant de poser la seule question qui compte : quand est-ce qu'Intel compte répondre aux Ryzen d'AMD avec une offre de CPU cohérente, au bon tarif et... disponible ?

Depuis quelques jours, les rumeurs se multiplient autour d'un Core i9-10990XE à 22 cœurs qui pourrait être lancé par Intel. Basé sur une architecture Cascade Lake-X, il irait donc plus loin que le 10980XE à 18 cœurs déjà évoqué par le constructeur ces derniers mois, référencé dans les 1 200 euros par certains revendeurs

Intel perd peu à peu sa position de leader

Un tel produit peut exister puisque Cascade Lake grimpe jusqu'à 28 cœurs dans sa déclinaison Xeon 8200, et jusqu'à 56 avec Cascade Lake-AP qui regroupe deux dies au sein d'un même packaging (MCP). 

De premières captures semblent aller dans le sens de cette information, montrant une puce grimpant bien plus haut qu'un Xeon Platinum 8276, avec un maximum de 5 GHz et... un TDP de 380 watts. Une information qui peut faire douter de la véracité de cet élément. 

En effet, les autres Core-X de 10e génération ne dépassent pas les 165 watts, dont le 10980XE (18C/36T entre 3,8 et 4,8 GHz). Un TDP de 350/400 watts est réservé aux Xeon Platinum 9242 et 9282 à 48/56 cœurs, prévus pour être watercoolés. Et dans la pratique, si sa consommation est élevée, elle ne grimpe pas si haut. Elle reste ainsi sous les 200 watts là où les Threadripper à 24/32 cœurs se situent entre 250 et 290 watts.

Mais cela n'a de toute façon guère d'importance, pour deux raisons. La première c'est que, même si cela se confirme, ça ne permettra pas à Intel de revenir au score. AMD propose une gamme AM4 jusqu'à 16 cœurs et des Threadripper allant jusqu'à 32 et bientôt 64 cœurs, ce n'est pas une puce à 22 cœurs qui va changer radicalement la donne.

Dans le meilleur des cas, cela permet simplement de se positionner au niveau des Threadripper 2970WX et 3970X, des puces disposant de 24 cœurs, les dernières étant gravées en 7 nm avec une architecture Zen 2.

AMD laisse un boulevard à Intel, qui peine à en profiter

C'est d'autant plus regrettable pour Intel qu'il pourrait profiter du gouffre laissé par AMD entre les Ryzen 3950X et le Threadripper 3960X. Un vide devant être comblé par les anciens Threadripper et la plateforme X399/TR4. Mais cette dernière est en fin de vie et les prix ne baissent pas, contrairement à ce que l'on aurait pu penser au départ.

Les clients peuvent donc hésiter à sauter le pas. Proposer une alternative convaincante à un bon tarif pourrait donc permettre à Intel de garder sa position sur une bonne partie du marché des stations de travail avec ses Core X de 10e génération, avec ses avantages et ses défauts. Mais c'est là qu'intervient son second désavantage de taille.

Annoncer des produits est une chose, les vendre... une autre

Car les produits d'AMD sont disponibles, alors que les nouveaux Core-X sont promis depuis des mois, à coups de multiples lancements et annonces, sans que rien ne soit réellement en stock dans la pratique.

Si AMD a subi des problèmes similaires à l'arrivée de ses Threadripper de 3e génération, les choses se sont désormais stabilisées et l'on trouve facilement les Threadripper 3960X (24 cœurs, 1 600 euros) et 3970X (32 cœurs, 2 300 euros). Ce n'est le cas pour aucun des Core-X de 10e génération d'Intel.

Ajouter une référence à ce catalogue de produits impossibles à acheter ne changera donc rien.

On attend mieux d'Intel

Plus qu'une énième nouvelle référence, on attend donc une vision claire de ce que prépare Intel pour se sortir de l'ornière dans laquelle il se trouve depuis des mois pour ce qui concerne sa gamme de CPU grand public.

On pensait que le CES serait l'occasion pour le constructeur et son nouveau PDG de tracer le chemin pour les prochains mois, mais l'équipe en place a préféré multiplier les effets de teasing sans informations précises pour tenter de raviver la flamme (nous y reviendrons). Espérons que le Computex permettra d'y voir plus clair.

Car pour le moment, on ne peut que regretter un tel choix au regard de l'enjeu. Car il donne l'impression d'un aveu d'impuissance, constat que tout le monde fait depuis des mois : la traversée du désert d'Intel va durer pendant une bonne partie de 2020 et même après cela, la route de la reconquête sera encore longue.

Tous les espoirs reposent désormais sur Tiger Lake et l'arrivée des solutions graphiques Xe pour tenter de raviver la flamme. Espérons tout de même que l'équipe en place finira par prendre la mesure de son déficit d'image et de l'effet de sa communication ces dernières années, pour enfin montrer une autre image d'Intel.

Le géant de Santa Clara saura-t-il se présenter à nouveau comme combatif sur le marché grand public, prêt à en découdre, avec une offre tant adaptée aux besoins de ses clients qu'à ce que proposent ses concurrents ? La réponse dans les prochains mois, tout du moins... espérons-le.

  • Introduction
  • Intel perd peu à peu sa position de leader
  • AMD laisse un boulevard à Intel, qui peine à en profiter
  • Annoncer des produits est une chose, les vendre... une autre
  • On attend mieux d'Intel
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact