Windows 10 ARM se prépare, Intel prêt à défendre ses brevets

Let's go to the court ?
Windows 10 ARM se prépare, Intel prêt à défendre ses brevets
Crédits : Alan Crosthwaite/iStock/Thinkstock

Alors que l'initiative « Always connected PC » a fait parler d'elle au Computex, Qualcomm et ses partenaires ayant annoncé des machines à base de Snapdragon 835, Intel lance un rappel à l'ordre. Les jeux d'instructions x86 sont protégés par des brevets, et l'on ne peut les utiliser comme bon nous semble.

On le sait depuis des mois maintenant, Microsoft travaille sur une version de Windows 10 capable de fonctionner sur des puces ARM. Il s'agit pour le moment seulement du Snapdragon 835, un dispositif qui prend place dans le cadre du projet des PC « Always connected » évoqués au Computex.

Avant de revenir de manière plus complète sur cette initiative, nous avons décidé de nous attarder sur un éditorial publié dans la soirée par Intel dans sa salle de presse, qui fait déjà grand bruit chez certains de nos confrères outre-Atlantique (voir ici ou ). Profitant de l'approche des 40 ans du x86 (le 8 juin 2018), la société en profite pour effectuer quelques rappels.

Intel continue de défendre x86 et ses jeux d'instruction

Notamment qu'elle développe continuellement de nouveaux jeux d'instructions (ISA), qui sont protégés par pas moins de 1 600 brevets. Elle précise qu'elle ne compte pas laisser des tiers les utiliser sans réagir. Ce n'est pas spécialement une découverte, tant les procès autour des questions de brevets sont légion outre-Atlantique. Ceux sur des sujets aussi complexes que les jeux d'instructions ne sont ainsi pas moins légitimes que d'autres sur la façon d'utiliser une interface tactile.

« Il a été rapporté que certaines sociétés tentaient d'émuler les jeux d'instruction x86 propriétaires d'Intel sans son autorisation. Ce n'est pas une technologie nouvelle, et Transmeta est connue pour avoir été la dernière société à revendiquer le fait d'avoir produit un processeur compatible avec x86 à travers l'émulation (code morphing) » rappelle ainsi le fondeur, qui précise que depuis, Transmeta n'a pas connu un grand succès commercial et s'est retiré du marché des processeurs.

Le diable sera dans les détails, Intel prépare le terrain

Cette évocation du code morphing (voir les détails techniques ici) est néanmoins intéressante car la question qui se pose est celle de la façon dont Windows 10 ARM fonctionne. En effet, il n'est ici pas question d'une émulation globale, mais d'un fonctionnement particulier concernant les applications Win32 (les UWP utilisant du code ARM natif).

Comme nous l'avons récemment rappelé, Windows pour ARM utilise un noyau, des pilotes et de nombreuses applications natives. Pour le reste, elle adapte le code binaire de l'application dans un ensemble d'instructions qui peuvent être gérées par le Snapdragon 835. Windows produit alors des DLL qu’il nomme CHPE (Compiled Hybrid Portable Execution) où l'on trouve le code ARM64 et tout ce qui est nécessaire à la couche Windows On Windows (WOW).

Le tout est placé en cache afin de pouvoir être réutilisé, ce qui doit permettre des performances proches d'un code natif.

windows 10 armwindows 10 arm

La question est donc de savoir si, pour cette adaptation, Microsoft enfreint des brevets d'Intel concernant ses jeux d'instructions protégés. On imagine mal le géant de Redmond ne pas y avoir pensé, ou même n'avoir jamais discuté avec Intel de ces questions, ne serait-ce que pour trouver un accord financier. D'autant que les deux sociétés sont partenaires autour de l'initiative « Always connected PC ».

Et même si l'on sait Intel très protecteur sur les licences x86 (accordées notamment à AMD et VIA), sa position dominante est un élément qui le pousse à transiger. On se demande d'ailleurs dans quelle mesure ces propos ne visent pas aussi Qualcomm qui commence à cumuler une certaine expérience dans le domaine des guerres de brevets. Seul constructeur à proposer une telle solution, serait-il lui aussi sujet au paiement de royalties ou à un accord plus global avec Intel ?

Windows 10 sur ARM : un projet qui avance doucement

Pour le moment, ni Intel, Microsoft ou Qualcomm n'ont pu répondre à nos questions sur le sujet. Nous tenterons néanmoins d'éclaircir la situation dans les semaines à venir. Une chose est sûre néanmoins, Windows 10 pour ARM n'est pas pour tout de suite.

Au Computex, seules des démonstrations très encadrées étaient organisées et aucun constructeur ne montrait de produit fini ou même de prototyple complet. Bref, rien n'est attendu avant 2018. On saura alors si Microsoft, Qualcomm et leurs différents partenaires seront invités au goûter d'anniversaire d'Intel.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

30 commentaires
Avatar de teddyalbina Abonné
Avatar de teddyalbinateddyalbina- 09/06/17 à 12:47:24

Il a l'air prometteur de W10 ARM

Avatar de sephirostoy Abonné
Avatar de sephirostoysephirostoy- 09/06/17 à 13:21:31

Hmm, il y a un truc que je n'ai pas pigé : Windows 10 mobile tournait déjà sur de l'ARM, non (genre le Lumia 950 / Snapdragon 808) ? Et Windows 10 et Windows 10 mobile sont censé partager la même base de code.

Du coup, j'ai du mal à situer la position de Windows 10 ARM dans tout ça

Avatar de wpayen Abonné
Avatar de wpayenwpayen- 09/06/17 à 13:24:32

Windows 10 ARM permet de faire tourner des app x86 via une couche d'abstraction, ce que Windows 10 Phone ne fait pas.

Avatar de Drepanocytose Abonné
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 09/06/17 à 13:29:53

Cool. Voilà où mènent les brevets et les monopoles, merci Intel.

On nous dit que le x86 a 40 ans : qqun sait de quels brevets on parle majoritairement et quand les principaux tomberont dans le domaine public ?
Serait-il possible d'en rendre certains FRAND ?

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 09/06/17 à 13:46:01

Intel prêt à défendre ses brevets

si c'est pour défendre "Intel® AMT" et "Intel® ME", qu'ils se rassurent... on n'en veux pas.

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 09/06/17 à 13:50:45

Comment on peut breveter un jeu d'instruction ?
"ADD D1,D0" c'est brevetable ?

Avatar de Joe Le Boulet Abonné
Avatar de Joe Le BouletJoe Le Boulet- 09/06/17 à 14:00:04

OlivierJ a écrit :

Comment on peut breveter un jeu d'instruction ?
"ADD D1,D0" c'est brevetable ?

comme pour breveter le vivant  

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 09/06/17 à 14:08:00

Joe Le Boulet a écrit :

comme pour breveter le vivant

Ferais-tu référence à une discussion passée ? :-)
Sauf qu'on ne brevette pas "le vivant", on brevette quelque chose qui a demandé des recherches et des mises au point.
Un jeu d'instruction, ça se pond avec un crayon en quelques minutes, en gros. Je me demande où est la créativité là-dedans. Ce qui est compliqué, c'est de faire des processeurs qui ensuite permettent de les utiliser, de façon performante et pas trop onéreuse.

Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 09/06/17 à 14:10:39

C'est pas tout à fait çà

Ce qui est breveté, ce sont les jeux d'instructions : Wikipedia
Pas ce que tu en fais... et évidemment on ne parle pas des instructions de base comme add.

Avatar de levhieu INpactien
Avatar de levhieulevhieu- 09/06/17 à 14:24:07

OlivierJ a écrit :

Un jeu d'instruction, ça se pond avec un crayon en quelques minutes, en gros. Je me demande où est la créativité là-dedans. 

Un mauvais jeu d'instructions, ça se pond vite.

Un bon jeu d'instructions, qui doit tenir compte des contraintes diverses qu'on pose sur lui, c'est déjà plus difficile: recherche de compromis entre vitesse d'exécution, consommation, taille de chip (donc prix), difficulté de créer un compilateur (et j'en passe). Pas si simple.

Un super jeu d'instructions, en faisant comme pour le bon, mais pas seulement pour maintenant mais aussi pour les années à venir, il n'y a pas beaucoup d'équipes qui y sont arrivé.

Ce qui par le passé a «sauvé la mise» de pas mal de processeurs, c'est que les progrès des processus de gravure ont le plus souvent tout renversé sur leur passage. Mais pas toujours:

  • Hello Itanium: compilateur vraiment trop difficile, avec remise en cause des «bundles» optimaux à chaque version ou presque.
  • Hello ARM (et oui): tient, l'architecture 64b fait d'un seul coup beaucoup penser à celle de chez MIPS, sauf que chez MIPS c'est la même depuis 32b. Bon, je ne dis pas que ARM 32b était un échec, mais l'évolution des gravures a quand même donné lieu à une sérieuse remise en cause.
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3

Votre commentaire

Avatar de lecteur anonyme
Avatar de lecteur anonyme

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact