Claviers LDLC : vers plus de modèles AZERTY amélioré, du bépo et une version solaire

Chacun sa niche
Claviers LDLC : vers plus de modèles AZERTY amélioré, du bépo et une version solaire

Des mois après la publication de la norme AZERTY amélioré, LDLC a été le premier à la mettre en œuvre. Visiblement satisfait des ventes de son clavier, le revendeur nous explique qu’il compte passer la seconde. 

Au cours des dernières semaines, LDLC a fait plusieurs annonces sur un marché où il propose sa propre marque depuis un moment déjà : les claviers. Nous avons déjà évoqué la commercialisation du Nemeio avec ses 81 touches personnalisables qui devrait être commercialisé en juin prochain.

SWL10 : la gamme LDLC se veut solaire

L'e-ink n'est pas la seule technologie sur laquelle mise le lyonnais puisqu'il y a quelques jours, le revendeur dévoilait le clavier SWL10 à énergie solaire. Un modèle sans fil (RF) vendu 50 euros, intégrant deux batteries Ni-MH de 600 mAh (2,4 V) et 17 touches multimédia. Son autonomie n'est malheureusement pas précisée.

Là encore, ce n'est pas le premier du genre, puisque plusieurs fabricants proposent déjà de tels claviers. On pense notamment à Logitech et son célèbre K750. Ce dernier exploite la technologie sans fil maison (Unifying) et dispose d'une garantie de trois ans. Il est par contre plus cher : un peu moins de 80 euros.

AZERTY+ n'était qu'un début

LDLC mise aussi sur une adaptation de ses modèles à différentes dispositions. Il y a quasiment un mois jour pour jour il testait la mise sur le marché d'un premier modèle AZERTY amélioré, respectant la norme NF Z71-300 publiée en avril 2019, vendu 13 euros. Un modèle qui a connu un certain succès, sur lequel le revendeur compte bien capitaliser.

LDLC semble satisfait des commandes de son clavier, qui est classé « top des ventes » sur son site : « les premières ventes, qui s’élèvent à plus de 500 en deux semaines, nous montrent qu’il y a une vraie demande ». 

Ce modèle de référence AZERTY+ est ainsi en tête de la recherche sur le mot clé « clavier ». Il en est de même dans la boutique physique d’un franchisé où nous nous sommes rendus : il était positionné juste à côté des caisses. Il n'est par contre pas proposé sur les autres sites du groupe comme Hardware.fr ou Materiel.net.

AZERTY+ amélioré LDLCAZERTY+ amélioré LDLC

« Il nous a permis de tester l’appétence des clients pour ce type de produit », nous explique le service presse de LDLC. Pour le réaliser, le revendeur n’a été cherché bien loin : il a repris la base de son BW10 (fabriqué en Chine) disponible en AZERTY (Français, Suisse et Belge) et en QWERTZ (Suisse), mais en respectant les règles de gravure de la norme NF Z71-300 de l’AFNOR. Tous ces claviers sont vendus au même prix de 13 euros.

Un choix finalement assez logique puisqu’il ne s’agit que d’adapter le marquage des touches. La partie mécanique et le nombre de touches sont exactement les mêmes, la nouvelle disposition est ensuite gérée de manière logicielle par le système d’exploitation, qui nécessite pour le moment d’installer un pilote. Pour rappel, des autocollants à acheter ou imprimer sont disponibles sur des sites comme Nouvel AZERTY.

Conséquences logiques de ce succès LDLC compte déployer la nouvelle norme AZERTY amélioré « sur d’autres claviers plus haut de gamme ou sur des ordinateurs portables », sans détails sur le calendrier.

Des modèles basés sur bépo en approche

Dernier point et pas des moindres : « nous travaillons également à un bépo amélioré de la même norme ». Si l’AZERTY amélioré recherche le consensus avec des lettres et les chiffres restant à la même place, ce n'est pas le cas du bépo qui marque une vraie rupture : le A devient B, le Z devient É, le E devient P, le R revient O, etc.

AFNOR claviers françaisAFNOR claviers français
Les dispositions de touches AZERTY amélioré et bépo

Lors de sa présentation, l’AFNOR ne tarissait pas d’éloges à son sujet précisant qu'il est « aujourd’hui reconnu comme proposant la disposition la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français, d’autres langues européennes basées sur l’alphabet latin, mais aussi pour la programmation. Inspiré de la disposition Dvorak anglophone, elle aussi normalisée aux États-Unis, bépo est disponible sous licence libre sur de nombreux systèmes d’exploitation ».

Là encore, nous n'avons pour le moment aucun détail ou même de date concernant la mise sur le marché de ces nouveaux modèles par LDLC.

  • Introduction
  • SWL10 : la gamme LDLC se veut solaire
  • AZERTY+ n'était qu'un début
  • Des modèles basés sur bépo en approche
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact