Ryzen de 3ème génération : cartes mères, mises à jour et configuration sous Windows 10

Quelques benchs et surprises à la clé
Ryzen de 3ème génération : cartes mères, mises à jour et configuration sous Windows 10

Vous avez commandé un nouveau processeur Ryzen d'AMD gravé en 7 nm, mais comment vous assurer qu'il est bien configuré et que vous tirez bien parti de ses performances ? Voici notre guide pratique.

AMD vient de mettre sur le marché de nouveaux processeurs Ryzen exploitant l'architecture Zen 2. Si vous en avez commandé un dans un PC monté et configuré, vous n'aurez sans doute rien à faire. Mais si vous mettez à jour votre machine ou en assemblez une nouvelle, il faudra passer par quelques étapes pour profiter au mieux de votre CPU.

C'est notamment le cas sous Windows 10 où de nouvelles fonctionnalités, importantes côté performances, sont exploitées. Avant de revenir en détail sur les performances des Ryzen 5 3700X et Ryzen 7 3900X, voici la procédure à suivre, de l'assemblage du processeur à votre premier test de performances.

De quoi faire de vous un testeur découvrant une nouvelle plateforme.

Une question de choix et de chipset

Comme tout nouveau processeur, les Ryzen de 3ème génération nécessitent un BIOS/UEFI à jour pour fonctionner correctement . Ils sont accompagnés du chipset X570, intégré à des cartes mères qui sont les seules à assurer support natif de l'ensemble de la gamme Ryzen.

Plus gourmand en énergie (un ventilateur est en général nécessaire à son refroidissement), ce chipset apporte également le support du PCIe 4.0 et une connectique plus fournie. Il est néanmoins plus cher. Il faut ainsi compter 180/190 euros minimum pour une carte mère qui en est équipée, contre 75 euros pour les premiers modèles B450.

AMD et ses partenaires misent sans doute sur le fait que les clients ne voudront pas se casser la tête lors de leur achat, s'assurant que tout fonctionne dès le déballage quitte à payer plus cher. Néanmoins, certains feront simplement le choix de mettre à jour le processeur de leur machine AM4 actuelle, ou d'investir moins dans la carte mère afin de prendre un processeur et/ou une carte graphique plus véloces.

En effet, pour un budget de 500 euros vous pouvez obtenir, au choix :

La connectique des deux cartes mères n'est pas strictement identique, mais d'après vous, quelle machine offrira les meilleures performances ?

Mise à jour de la carte mère : allez au plus simple

Les cartes mères à base de chipset X570 étant les seules à gérer nativement les processeurs Ryzen de 3ème génération, leur mise à jour n'est qu'une question de « confort », même si elle permet de profiter au mieux de votre machine. Dans le cas des chipsets de série 300/400, elle est nécessaire pour que le processeur soit reconnu.

Pour savoir qui gère quoi, les constructeurs publient des listes de compatibilité :

Sans mise à jour sur ces anciens chipsets, la machine ne démarrera pas, ou avec un Ryzen de 1ère/2nde génération seulement. Il faut donc en avoir sous la main, AMD ne fournissant plus de boot kit. C'est pour cela que certains revendeurs vous proposent de faire la mise à jour à votre place.

C'est par exemple le cas de LDLC lors de l'achat d'un CPU Ryzen pour 10 à 23 euros de plus. Top Achat sur certaines cartes mères ASUS, MSI devant suivre. La liste, qui ne contient actuellement que deux modèles, va être complétée dans les jours à venir. Vous pouvez aussi passer par le revendeur informatique du coin qui aura sans doute tout le nécessaire sur place, ou un ami qui s'y connait suffisamment et dispose du matériel pour vous aider.

Gare à l'AGESA

Attention, une mise à jour ne garantit pas qu'un Ryzen de 3ème génération soit fonctionnel. Dans le cas d'une B450-I Aorus Pro WiFi et d'un Ryzen 9 3900X, il nous était impossible d'installer Windows sans erreur (BUGCODE_NDIS_DRIVER). Le processeur était pourtant dans la liste de compatibilité. Nous sommes en attente d'une solution.

De même, la version de l'AGESA (AMD Generic Encapsulated System Architecture) utilisé pourra avoir son importance. Cet élément logiciel fourni par AMD, autour duquel les constructeurs développent leur BIOS/UEFI, dispose de sa propre version. Jusque-là, on rencontrait surtout des versions Combo-AMD 1.0.0.2, mais en fin de semaine dernière, les constructeurs ont diffusé la 1.0.0.3(a/ab), utilisé par AMD lors de ses tests internes.

Ses nouveautés ne sont pas précisées, mais on en trouve trace tant chez ASRock qu'ASUS, Gigabyte ou MSI, avec des publications entre le 2 et 5 juillet. C'est notamment pour cela que nous n'avons pas encore publié nos tests, ayant recommencé nos relevés avec les nouvelles versions ce week-end, une carte mère nous ayant lâché dans l'intervalle. 

La mise à jour n'a pas encore été répercutée sur les cartes mères avec un chipset de série 300/400. Nous avons même trouvé des modèles compatibles avec les nouveaux processeurs Ryzen, mais avec un AGESA 1.0.0.1. Résultat, bugs et déficits de performances peuvent être rencontrés, notamment avec certains kits mémoire et leurs profils XMP.

Espérons que les constructeurs feront le suivi jusqu'au bout et se mettront rapidement à jour avec un AGESA 1.0.0.3 ou supérieur, même pour leurs anciennes cartes mères. Une raison de plus pour ne pas se précipiter.

Mise à jour du BIOS/UEFI : un coup à prendre

Les constructeurs mettent à votre disposition des logiciels pour une mise à jour de la carte mère automatisée sous Windows, ou parfois directement via internet dans l'UEFI. Dans certains cas, vous pourrez même l'effectuer sans démarrer la machine via un bouton prévu à cet effet et un fichier à placer sur une clé USB avec un nom spécial.

Mais pour éviter les ennuis, nous vous conseillons de faire au plus simple : utilisez une clé USB contenant au moins 20/30 Mo d'espace de stockage, formatez-la en FAT32 puis téléchargez le fichier de mise à jour :

  • Rendez-vous sur le site du constructeur de votre carte mère
  • Cherchez la fiche correspondant à votre modèle
  • Rendez-vous dans l'onglet Support
  • Dans la section Téléchargement, rendez-vous dans la partie BIOS/UEFI
  • Récupérez la dernière version et faites attention aux éventuelles directives

En effet, dans certains cas les constructeurs vous demanderont d'effectuer une mise à jour préalable vers telle version avant d'utiliser la dernière en date. Parfois, un utilitaire de mise à jour du firmware devra être également utilisé, c'est notamment le cas sur certains modèles Gigabyte.

Une fois le fichier téléchargé et placé sur la clé USB, connectez-là à un port de votre carte mère. Utilisez en priorité un port directement lié au chipset, même en USB 2.0 puisque le débit importe peu. Préférez donc ceux qui sont en noir ou bleu. Rentrez ensuite dans l'UEFI en pressant la touche « Suppr » ou « F2 » au démarrage.

Une fois dans l'interface, cherchez la fonctionnalité permettant la mise à jour. Elle est en général accessible par un raccourci clavier ou d'un clic. En cas de souci, référez-vous au manuel de votre carte mère. La procédure nécessite quelques minutes, puis le redémarrage de la machine. 

Une fois terminée, rendez-vous à nouveau dans l'UEFI. Restaurez les paramètres par défaut et adaptez éventuellement à vos besoins, pour activer le profil XMP de la mémoire, gérer la ventilation, les LED ou vous assurer de l'activation des fonctionnalités de virtualisation (SVM) par exemple. 

Windows 10 : quelques étapes à suivre

Si vous disposez déjà d'un OS, commencez désinstaller les précédents pilotes du chipset, du processeur et des différents composants de l'ancienne carte mère si vous en changez. Mais nous ne pouvons que vous conseiller de faire une sauvegarde de vos données et une installation propre pour limiter les problèmes.

Un cas souvent rencontré est celui des interruptions système qui occupent un cœur entier du processeur en raison d'un souci de configuration de l'UEFI ou d'un mauvais pilote qui traine. Pour le vérifier, fermez toutes les applications et lancez le Gestionnaire des tâches (clic droit sur la barre des tâches) puis cliquez sur « Plus de détails » et sur « Processeur » pour trier les processus selon leur taux d'occupation du CPU.

Ce dernier ne doit pas être de plus de 1 à 2% au global lorsqu'il n'y a aucune activité.

AMD Zen 2 Ryzen Windows 10 May 2019AMD Zen 2 Ryzen Windows 10 May 2019

AMD recommande l'utilisation de la May 2019 Update de Windows 10 avec ses Ryzen de 3ème génération. Elle intègre en effet des améliorations au niveau de son scheduler pour l'attribution des tâches en priorités à des cœurs d'un même groupe (CCX) ou une gestion plus réactive de la fréquence grâce au Collaborative Power Performance Control 2 (CPPC2). Il faut néanmoins que les pilotes soient à jour pour en profiter. Ils permettent aussi de profiter du PCIe 4.0 avec le X570.

Pour cela, téléchargez et installez les derniers pilotes en date sur le site d'AMD. Une fois la machine redémarrée il faut vérifier que le mode de gestion d'alimentation actif est bien « AMD Ryzen équilibré ». L'information se trouve dans les options d'alimentation (Windows+R > powercfg.cpl). 

Mettez ensuite à jour le système et vos différents pilotes/applications.

Le temps des vérifications

Une fois ceci fait, il est temps de vérifier que tout se passe bien. Commencez par lancer CPU-Z pour vérifier que la fréquence du processeur, de la mémoire et le niveau de performances via son test intégré. Voici nos résultats obtenus sur une X570 Aorus Extreme de Gigabyte (AGESA 1.0.0.3ab), avec 16 Go de DDR4 à 3,2 GHz (via le profil XMP).

CPU-Z 1.89 - Ryzen 7 3700X :

  • Single Core : 531
  • Multi Core : 5 685

CPU-Z 1.89 Ryzen 9 3900X

  • Single Core : 547
  • Multi Core : 8 403

Par sécurité, faites de même avec un autre outil gratuit et simple d'accès, CineBench R20 qui se trouve désormais dans le Microsoft Store de Windows 10.

CineBench R20 - Ryzen 7 3700X :

  • Single Core : 507
  • Multi Core : 4 928

CineBench R20 - Ryzen 9 3900X : 

  • Single Core : 524
  • Multi Core : 7 292

Les autres composants de votre système peuvent également être vérifiés de la sorte, comme le GPU avec 3DMark et GPU-Z, le stockage avec CrystalDiskMark. L'objectif est ici de vous assurer que le niveau de performance atteint est conforme avec ce qui est attendu des composants utilisés. 

Aller plus loin : Ryzen Master

AMD fournit son propre outil de surveillance et d'overclocking Ryzen Master. Sa dernière version gère les processeurs Ryzen de 3ème génération et le X570, ainsi que des fonctionnalités comme Precision Boost Overdrive (PBO) ou l'Auto-OC qui permet de grappiller jusqu'à 200 MHz si votre configuration le permet.

Notez d'ailleurs qu'AMD évite soigneusement de documenter clairement quelles cartes mères ou chipsets supportent ces fonctionnalités, laissant pourtant entendre que c'est une exclusivité du X570. Ce, alors que ces fonctionnalités apparaissent comme actives sur des cartes mères d'ancienne génération. 

Ryzen Master permet en effet de les activer comme nous avons pu le vérifier avec notre B450M Pro 4 d'ASRock. Il n'y a donc plus qu'à espérer que la question des mises à jour de BIOS/UEFI soit vite réglée, pour que l'on puisse vérifier les gains de performances dans la pratique.

AGESA 1.0.0.1 Zen 2Un Ryzen 9 3900X sur une B450M Pro 4 d'ASRock, sans profil XMP actif. PBO et Auto-OC sont activables (mais pas activés).
  • Introduction
  • Une question de choix et de chipset
  • Mise à jour de la carte mère : allez au plus simple
  • Gare à l'AGESA
  • Mise à jour du BIOS/UEFI : un coup à prendre
  • Windows 10 : quelques étapes à suivre
  • Le temps des vérifications
  • Aller plus loin : Ryzen Master
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact