NVIDIA travaille sur des solutions pour obtenir du ray tracing à 240 ips

Ampere se prépare ?
NVIDIA travaille sur des solutions pour obtenir du ray tracing à 240 ips

Si le Deep Learning Super Sampling (DLSS) est utilisé par NVIDIA en complément du ray tracing pour améliorer les performances dans les jeux, la société travaille à d'autres solutions pour aller plus loin : jusqu'à 240 ips.

Si le ray tracing fait son entrée dans les jeux vidéo, on ne peut pas dire que cela soit une partie de plaisir pour les cartes graphiques actuelles, même pour les plus puissantes GeForce RTX de NVIDIA avec accélération matérielle.

Le constructeur qui est récemment revenu sur les différentes implémentations, optimisation et les performances à attendre le confirme par ses propres chiffres. Il est encore rare de dépasser les 60 images par seconde de manière importante, il faut le plus souvent se reposer sur une solution complémentaire comme DLSS pour alléger la charge de calcul.

Pour rappel, cette technologie consiste dans sa version actuelle à calculer l'image dans une taille réduite, puis à l'extrapoler dans la définition de l'écran, sans aliasing. Pour que ce soit efficace, on utilise les Tensor Cores du GPU afin d'appliquer un modèle généré via un réseau de neurones maison, propre à chaque jeu.

Mais les équipes de recherche de NVIDIA ont d'autres idées pour effectuer un rendu en exploitant le ray tracing avec un bon débit d'images, en essayant de ne pas trop pénaliser sur la qualité. Elles visent désormais les 240 ips, ce que l'on apprend à travers une publication concernant le Temporally Dense Ray tracing.

Un site a été mis en ligne pour évoquer les différentes solutions et étapes explorées, comme un rendu partiel de l'image en réutilisant les données de la précédente, une technique déjà explorée pour le Temporal Anti-Aliasing (TAA). Il nécessite Firefox plutôt que Chrome pour fonctionner dans de bonnes conditions sur un écran à 240 Hz.

Il faudra maintenant attendre de voir si ces recherches aboutissent à une application concrète, dans les jeux ou les applications de rendu 3D pour un visionnage en temps réel par exemple. Cela pourrait également intéresser les constructeurs de consoles qui évoquent de manière croissante le ray tracing, malgré la puissance limitée de leurs produits.

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0326 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact