Xbox Scarlett avec 8K, ray tracing, SSD, 120 fps : Microsoft en dit plus sur sa prochaine console

Le temps des promesses
Xbox Scarlett avec 8K, ray tracing, SSD, 120 fps : Microsoft en dit plus sur sa prochaine console

Après Sony, c'est au tour de Microsoft de chercher à nous vendre du rêve avec le futur de la Xbox. Attendue pour fin 2020, Scarlett multiplie les grosses caractéristiques techniques. Il faudra par contre attendre pour savoir à quel point tout cela est réaliste ou relève du fantasme généré par un abus de marketing.

Microsoft a profité de sa conférence de presse organisée à l'occasion de l'E3 de Los Angeles pour livrer de nouvelles informations sur sa prochaine Xbox. On a néanmoins appris peu de choses puisque rien n'est attendu avant l'année prochaine. La console, encore connue sous le nom de code Scarlett, ne devrait pas être mise sur le marché avant fin 2020.

Pour rappel, Sony avait de son côté fait le choix de communiquer il y a quelques mois à travers des confidences livrées à nos confrères de Wired. Dans les deux cas, l'enjeu est le même : confirmer l'utilisation d'une puce exploitant les dernières solutions d'AMD et livrer un ensemble de mots clés pour faire rêver le joueur.

Un gloubi-boulga de promesses, qui doivent émerveiller, laissant quelques mois aux constructeurs pour venir détailler la réalité des choses et ce que cette nouvelle génération permettra aux développeurs.

Quatre fois plus puissante

Annoncée comme quatre fois plus performante que la Xbox One X, Scarlett utilisera donc le duo Zen 2 et Navi (avec GDDR6 et rafraîchissement variable) au sein de son SoC. Ne demandez pas quelle puissance de calcul est attendue ou même le nombre d'unités, il est encore trop tôt. Surtout, cela permettrait de savoir exactement de quoi il en retourne.

Le GPU de la génération actuelle est donné pour 6 TFLOPS, la petite nouvelle grimpera-t-elle à 24 TFLOPS ? Pour rappel, un TU102 basé sur Turing de NVIDIA, utilisé pour la RTX 2080 Ti, annonce 13,2 TFLOPS. Cela signifierait que les performances sont doublées par rapport à la carte graphique la plus performante (et la plus chère) de cette génération.

Autant dire qu'il y a peu de chances que cela n'arrive. Surtout que Navi et son architecture RDNA sont pour le moment présentées par AMD comme une solution visant une très bonne efficacité pour une utilisation au sein de puces compactes et/ou embarquées. Les modèles actuellement attendus viseront plutôt la RTX 2070.

Disposer d'une telle puissance de calcul au sein d'une console de nouvelle génération serait déjà une bonne chose. Surtout avec un CPU bien plus véloce que ceux actuellement utilisés, basés sur l'architecture Jaguar. Bien entendu, d'ici un an les choses peuvent évoluer, mais il ne faut pas s'attendre à des miracles, plutôt à des astuces pour justifier ce chiffre.

8K, 120 ips et ray tracing (mais elle ne fait pas le café)

Le flou exploité par Microsoft est parfaitement illustré par un trio de promesses : 8K, 120 ips et ray tracing. Placées ensemble lors de l'annonce, elles n'ont aucune chance de pouvoir être exploitées en simultanée.

Les consoles actuelles sont à la peine lorsque l'on parle de 4K, malgré l'optimisation permise par le fait que leur matériel soit fixe. Sur PC, il faut au moins miser sur une RX Vega 64 ou une Radeon VII chez AMD pour arriver à peu près à assurer un débit de 60 images par seconde sur des jeux récents dans une telle définition.

Dès lors, grimper à 8K (ce qui revient à multiplier par quatre le nombre de pixels affichés), avec un débit de 120 ips relève tout simplement du rêve. Ce serait déjà intéressant de pouvoir atteindre ce framerate de manière régulière en 1080p avec les nouvelles consoles, et d'avoir enfin de la 4K de bonne qualité à plus de 60 ips. 

Le ray tracing va ajouter une couche de difficulté au rendu graphique, puisqu'il s'agit d'une technologie particulièrement lourde. Microsoft confirme intégrer une accélération matérielle et proposer une solution « nouvelle génération » mais n'en précise pas la nature ou la puissance de manière précise.

Est-elle issue de Navi ou d'une solution tierce ? Dans quelle mesure est-ce que cela pourra être exploité dans les jeux ? NVIDIA est récemment revenu sur les différentes façons d'intégrer le ray tracing pour les développeurs, que ce soit pour la gestion des ombres, des lumières et leurs reflets, etc. Mais aussi l'impact que cela peut avoir sur les performances, malgré l'accélération matérielle de Turing, sur des cartes aussi puissantes que les RTX 2080 (Ti) :

NVIDIA GeForce GTX DirectX Raytracing RTXNVIDIA GeForce GTX DirectX Raytracing RTX

Là aussi, on voit mal comment le matériel intégré à une console de salon compacte arriverait à faire mieux à moins d'intégrer une véritable unité de calcul dédiée pour les phases de rendu et de denoisning au sein de la console ou du SoC en complément de Navi... à moins d'un usage s'éloignant d'un pipeline de rendu utilisant massivement du ray tracing.

Sony a par exemple évoqué des usages détournés et intéressants, comme le suivi d'un rayon pour savoir si un joueur peut entendre les pas d'un autre et renforcer le réalisme d'une scène. Il faut aussi imaginer que toutes ces solutions techniques peuvent être mises en œuvre dans des jeux assez simples graphiquement, mais détaillés et réussis.

SSD « nouvelle génération »

Les deux concurrents se retrouvent sur un autre terrain : l'évolution du stockage. Mark Cerny avait annoncé utiliser des SSD plus rapides que n'importe quelle autre solution existant sur le marché PC. Microsoft parle également de modèle de « nouvelle génération », avec des performances 40 fois supérieures à la Xbox One X, sans plus de détails.

Est-ce que tous les deux évoquent simplement le passage à des modèles PCIe 4.0 x4, pouvant grimper à 5 Go/s comme on l'a vu au Computex ? Pour une console, le débit séquentiel ne sera pas le seul point important, notamment lorsqu'il s'agit de réduire les temps de chargement où d'autres facteurs entrent en compte, comme les accès aux petits fichiers.

Là aussi Microsoft va un peu plus loin dans les promesses, confirmant explicitement que ces SSD pourront être utilisés sous forme de cache, comme de la « mémoire virtuelle ».

Plus d'un an à attendre : NVIDIA en embuscade

Mais l'on n'en saura pas plus. Il reste encore des mois à Microsoft pour peaufiner le projet et sa communication, d'autres défis l'attendant d'ici là : la montée en puissance du cloud gaming, l'évolution du marché PC, le besoin d'un catalogue de jeu suffisamment étoffé pour séduire. Un nouveau Halo (Infinit) accompagnera Scarlett à son lancement.

La société dit préparer non pas une nouvelle console, mais « le futur du jeu vidéo ». Une promesse que l'on retrouve un peu chez tout le monde alors que le secteur subit de lourdes mutations. Pour Microsoft, cela semble passer par le renforcement du fonctionnement des jeux à travers différents appareils, et pas uniquement via le « Cloud ».

Concernant Scarlett, il faudra non seulement faire bien mieux que les Xbox actuelles, que la prochaine PlayStation, tout en disposant d'assez d'avance pour ne pas se laisser déborder par le marché PC. NVIDIA, toujours absent des PlayStation et Xbox, devrait passer ces prochains mois à s'assurer de placer la barre assez haut, avec Turing mais également son remplaçant dont les premiers bruits nous l'annoncent pour l'année prochaine.

Bref, malgré l'arrivée du cloud gaming, la bataille entre consoles n'est pas terminée, pas plus que celle qui les oppose à nos bons vieux PC. Reste à voir qui sera le grand gagnant de Noël 2020.

  • Introduction
  • Quatre fois plus puissante
  • 8K, 120 ips et ray tracing (mais elle ne fait pas le café)
  • SSD « nouvelle génération »
  • Plus d'un an à attendre : NVIDIA en embuscade
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact