Aurora de PCSpecialist : un Core i5-8400 à six cœurs dans un mini PC passif

Chiche ?
Aurora de PCSpecialist : un Core i5-8400 à six cœurs dans un mini PC passif

L'arrivée des processeurs Ryzen d'AMD a poussé Intel à augmenter son nombre de cœurs sur l'offre de milieu de gamme. Une bonne chose puisque cela permet d'obtenir des puces performantes, économes en énergies... et utilisables dans des mini PC passifs. Nous avons tenté l'expérience.

Avec l'évolution technologique, les puces composant nos PC profitent d'une finesse de gravure et d'architectures toujours plus perfectionnées. De quoi réduire leur taille, mais aussi améliorer leur efficacité énergétique. 

Le plus souvent, les constructeurs en profitent pour multiplier les performances à consommation et format identiques, mais d'autres voies peuvent être explorées. On pense notamment aux machines compactes ainsi qu'à celles misant sur une faible consommation et/ou un refroidissement passif. Ici, c'est l'art du compromis qui l'emporte.

Il devient alors possible d'obtenir une machine totalement silencieuse, mais tout de même performante. Mais peut-on le faire en restant sous la barre des 700 euros ? Il semblerait.

Aurora de PCSpecialist : passif mais puissant, dès 520 euros

Pour un PC de joueur, bien que des initiatives telles que The First de MonsterLabo existent, il est encore préférable d'opter pour des boîtiers avec une ventilation minimale et une carte graphique semi-passive afin de limiter les coûts.

Mais pour une machine bureautique ? Des constructeurs comme Akasa se sont spécialisés dans les châssis à la fois compacts et pensés pour une dissipation sans ventilateur. Mais sont-ils efficaces ? Pour le savoir, nous avons testé une machine exploitant l'un de ces produits : l'Aurora de PCSpecialist.

L'intégrateur anglais est présent sur le marché français depuis moins de deux ans, proposant un vaste catalogue de machines à configurer allant du PC classique aux stations de travail en passant par les portables et... des mini PC. On y trouve les classiques NUC, mais aussi des configurations plus pêchues, avec huit boîtiers au choix. 

Mais c'est le modèle entièrement passif qui a retenu notre attention. Proposé à partir de 514 euros livré (sans système d'exploitation), il exploite un boîtier Akasa Euler TX que l'on trouve habituellement à 170 euros. Il mesure 262,6 x 215 x 68,5 mm (3,9 litres) et accepte des cartes mères au format Thin Mini ITX. Pensé au départ pour les machines tout-en-un, il est plus fin que la moyenne avec une alimentation externe.

Le candidat idéal pour une telle machine. La carte mère est un modèle Prime H310T R2.0 d'ASUS (170 x 170 mm), que l'on trouve en général dans les 130 euros. Plus chère que des modèles Mini ITX classiques.

PCSpecialist Aurora

Ajouté au boîtier, cela fait un surcoût non négligeable pour une machine de ce type, même si elle reste très accessible. Le passif est donc toujours un choix nécessitant un budget plus important que la moyenne, surtout pour une machine compacte. Un sacrifice dont certains se passeront, que d'autres feront volontiers.

On a par contre l'avantage de disposer d'une machine évolutive, le processeur étant monté sur un socket LGA 1151. Par défaut, PCSpecialist y intègre un Core i3-8100 (4C/4T à 3,6 GHz, 65 watts de TDP), 4 Go de DDR4, un SSD de 240 Go, une carte Wi-Fi Intel Wireless AC-9260 et une alimentation de 120 watts, le tarif demandé semble donc plutôt raisonnable.

La garantie est assurée pour 3 ans (main d'œuvre), 2 ans (pièces) et 1 mois (retour atelier). Elle peut être étendue pour 9 à 158 euros, jusqu'à 3 ans pour ces trois éléments. La livraison standard est incluse.

Notre machine de test

Pour notre test, la marque a accepté de nous fournir un modèle à 622 euros. Nous voulions en effet un processeur avec un minimum de puissance, notre choix s'étant porté sur le Core i5-8400 (6C/6T de 2,8 à 4 GHz, 65 watts de TDP). Il est accompagné de 8 Go de mémoire (Corsair Value, 2 133 MHz). On regrette d'ailleurs qu'une seule barrette soit intégrée, perdant l'intérêt du double canal. Il faut au minimum opter pour 16 Go (2x 8 Go) afin d'en profiter.

Ceux qui le préfèrent peuvent opter pour un autre SSD ou un disque dur, différentes marques étant proposées. Nous avons sélectionné un modèle Seagate de 250 Go. Malheureusement, le port M.2 2280 (PCIe/S-ATA) de la carte mère n'est pas exploité, pour des raisons de chauffe selon PCSpecialist. Vous pouvez néanmoins en ajouter un vous-même.

Coté connectique, c'est complet sans être la folie : deux sorties vidéo 4K (HDMI, DP), deux USB 3.1 (5 Gb/s), deux USB 2.0, un RJ45 (Gigabit, Realtek RTL8111H) et deux jacks audio Realtek ALC887) à l'arrière. On y trouve deux connecteurs pour des antennes Wi-Fi, un dispositif Kensington et une ouverture pour un port série (avec un cache).

  • Aurora PCSpecialist
  • Aurora PCSpecialist
  • Aurora PCSpecialist
  • Aurora PCSpecialist

En façade, outre le logo de PCSpecialist et du processeur, on a uniquement droit à des ports USB 2.0, deux diodes (Power, Stockage) et le bouton d'alimentation. Ici aussi, un regret : il n'y a aucun bouton Reset ou Clear CMOS en cas de problème. L'ouverture de la machine est assez simple, la plaque inférieure étant maintenue par huit petites vis.

Pour accéder à la carte mère, il faut en retirer huit supplémentaires afin de la désolidariser du boîtier et de son bloc de dissipation. On accède alors aux composants comme dans n'importe quel PC. Deux points sont à noter : les ports USB en façade du boîtier sont inversés, un choix d'Akasa. Dissipateur massif oblige, l'ensemble est assez lourd : 3,5 kg. 

Le bundle de se limite à l'essentiel : les manuels, des vis M.2, le panneau arrière au format ITX classique, le câble d'alimentation, un S-ATA (coudé) livré avec la carte mère, un second (court) accompagné d'une rallonge d'alimentation S-ATA, tous deux normalement livrés avec le boîtier.

Il peut être monté sur un adaptateur VESA, un kit de vis étant fourni. L'alimentation n'est ni compacte ni imposante, avec ses dimensions de 153 x 60 x 30 mm. Elle annonce 6,32 A sous 19 V. Ceux qui le souhaitent peuvent également commander des accessoires et/ou un kit de restauration Windows 10 sur DVD (2 euros) ou clé USB (8 euros).

Par défaut, il est accessible gratuitement en ligne.

Le refroidissement passif limite-t-il les performances ?

Côté performances, les résultats dépendent bien entendu de la configuration choisie. Notre objectif ici était donc plutôt de vérifier que la chauffe du processeur ou les composants choisis n'étaient pas une source de limitation à ce niveau. Pour cela, nous avons monté un Core i5-8400 et une barrette de 8 Go sur notre carte mère H310M-ITX/ac d'ASRock.

Les deux machines ont été installées sous Windows 10 May 2019 (Build 18362.53), BIOS/UEFI et pilotes mis à jour au moment de nos tests. OpenSSL a été lancé sous Ubuntu via le sous-système Linux.

  • CineBench R15 - 1 CPU :
    • i5-8400 passif : 917
    • i5-8400 classique : 913
  • CineBench R15 - x CPU :
    • i5-8400 passif : 169
    • i5-8400 classique : 171
  • OpenSSL (signatures/s) - x CPU :
    • i5-8400 passif : 1 606
    • i5-8400 classique : 1 609
    OpenSSL (vérifications/s) - x CPU :
    • i5-8400 passif : 104 356
    • i5-8400 classique : 104 053
  • HandBrake 1.22 - H.264 MKV - 4K > 1080p30 :
    • i5-8400 passif : 23,3 ips
    • i5-8400 classique : 23,9 ips

Les performances sont donc bien celles d'un Core i5-8400 classique, sans limitation particulière. Pour confirmer nos résultats, nous avons lancé une charge volontairement excessive afin de vérifier le comportement de la machine dans pareille situation, notamment la température atteinte par le processeur (via HWiNFO64).

Pour cela, nous avons utilisé 1024 threads OpenSSL pour des opérations RSA sur 4096 bits, ce qui a occupé l'ensemble des cœurs pendant un peu plus de 26 minutes :

openssl speed --multi 1024 rsa4096

Dans une pièce maintenue à 20°C, les différents cœurs ont grimpé à plus de 80°C à leur maximum, restant la plupart du temps aux alentours de 75/78°C. Cela peut paraître élevé mais c'est largement sous la température de jonction (100°C), le processeur ne se mettant pas en sécurité. La fréquence est donc restée à son maximum : 3,8 GHz. 

C'est surtout le prix à payer pour un fonctionnement entièrement passif sans baisse de performances. La machine était chaude, surtout au niveau de la barre centrale et de la partie gauche où se trouve le processeur, mais il n'était pour autant pas dangereux de la prendre en main.

Une fois le test terminé, le CPU est presque instantanément retombé à moins de 55°C. En l'absence de ventilation active, il a fallu un peu moins de dix minutes de repos au processeur pour qu'il retombe sous la barre des 50°C. À son minimum, nous avons relevé une température de fonctionnement de 27/28°C. 

Bien entendu, de telles charges seront exceptionnelles dans la pratique et hors de ce test nous n'avons presque jamais dépassé les 40/45°C.  Pour assurer un fonctionnement plus frais, il est possible d'utiliser une ventilation globale mais légère du PC, avec un ventilateur de 200 mm comme le NF-A20 PWM de Noctua par exemple.

Puce graphique Intel HD 630 (GT2) oblige, n'espérez pas jouer avec cette machine. Même Diablo III a nécessité que l'on se limite à du 720p sans anti-aliasing pour obtenir un score de 60 ips. Voici les performances du SSD :

CrystalDiskMark PCSpecialist AuroraAS-SSD PCSpecialist Aurora

Core de 8ème génération oblige, la consommation est réduite. Nous avons relevé 11 watts à la prise au repos, 31 watts avec un cœur actif sous CineBench R15, 87 watts quand tout le CPU est exploité.

Quid de Linux ?

Totalement silencieuse, compact, avec six cœurs, cette machine peut faire un petit serveur idéal, capable de gérer quelques machines virtuelles. Mais puce Realtek oblige, il faudra faire une croix sur certains hyperviseurs un peu capricieux comme ESXi de VMWare. Pour le reste, nous n'avons pas rencontré de problème. 

Tant CentOS 7.6 que Debian 9.8 ou la dernière version de Manjaro Linux n'ont pas rencontré de souci avec les composants intégrés, qui sont plutôt classiques. 

Le PC compact presque parfait

Soyons clairs : si c'est uniquement l'aspect compact qui vous intéresse, l'Aurora n'est pas fait pour vous. Vous aurez plutôt intérêt à vous tourner vers des solutions Mini STX, comme les DeskMini 110 ou A300 d'ASRock. Plus abordables, ils comprennent un boîtier, une carte mère et l'alimentation externe pour 150 euros environ.

Ici, ce sont les utilisateurs cherchant une machine entièrement silencieuse qui sont visés. Le boîtier utilisé est plus cher que la moyenne, moins compact, le choix en termes de cartes mère est limité, mais si cela correspond à ce que vous cherchez, vous aurez trouvé votre bonheur. On regrette d'ailleurs que de telles machines ne soient pas plus courantes, ce qui permettrait sans doute de faire baisser le prix de leurs composants. 

Mais à un peu plus de 500 euros dans sa version de base, occupant moins de quatre litres tout en étant entièrement passif, ce PC apparait comme un bon compromis. Il est discret dans tous les sens du terme, dispose d'une connectique correcte, son socket pouvant être équipé d'un processeur performant si vous le souhaitez. 

Nous avons bien entendu quelques regrets, comme les ports USB 2.0 uniquement en façade, le puce réseau Realtek plutôt qu'Intel, l'absence de boutons Reset/Clear CMOS ou l'impossibilité de commander un SSD M.2. Mais ils ne sont en rien rédhibitoires, surtout pour le marché visé : la bureautique ou un petit serveur.

La machine remplit très bien son office, tout en étant proposée à un tarif plutôt correct. Ceux qui le souhaitent peuvent bien entendu commander les composants séparément, l'offre de PCSpecialist étant surtout intéressante pour ceux voulant une configuration clé en main parmi celles proposées et une garantie complète. 

On apprécie d'ailleurs de voir un intégrateur miser sur des machines compactes et silencieuses, fait plutôt rare à l'heure du tout Gaming/RGB. Si le passif reste d'une certaine manière un luxe, il est ici plus facile d'accès.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

9 commentaires
Avatar de typhoe Abonné
Avatar de typhoetyphoe- 19/04/19 à 16:24:59

Merci David pour ce test.

Je ne connaissais pas cet assembleur ni ces boîtiers fanless... je regarderai!

Dommage effectivement pour la puce réseau... et plutôt que 2 sorties HDMI, pour un mini serveur, personnellement je préférais 2 ports ethernet. J'ai vu l'Asrock Z390M-ITXAC qui semble pouvoir convenir...

Bref, a voir!

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 19/04/19 à 20:02:29

(quote:41230:typhoe) ...

Pas forcément besoin d'aller vers leZ390 pour ça. Par contre attention, c'est du mini ITX, mais pas Thin

Avatar de Ju_ Abonné
Avatar de Ju_Ju_- 19/04/19 à 21:31:46

Article sympa, et plutôt pointu :inpactitude:

Ce boîtier est intéressant bien que limité à un disque dur

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 20/04/19 à 04:49:42

(quote:41233:Ju_) ...

Il faut faire des choix pour ce genre de machine, on voir bien que la taille est limitée :D Après rien n'empêche d'utiliser un NAS en complément ou un M.2 comme évoqué dans l'article, via le slot prévu sur la carte mère (attention quand même à la chauffe :transpi:)

Avatar de iolivier Abonné
Avatar de iolivieriolivier- 20/04/19 à 09:34:01

Ah tiens, c'est sympa de voir du fanless par ici !

Je suis surpris par les choix de processeur faits par PCSPECIALIST : ce type de boitier peut normalement assurer le refroidissement de processeurs ayant un TDP allant jusqu'à 35W. Les variantes T de ces même processeurs auraient été nettement plus adaptées pour offrir de bonnes performances en utilisation normale sans prendre le risque de surchauffer et d'user prématurément les composants.

Ça passe d'après vos tests sans nuire aux performances, mais je ne ferais pas ce choix là. Cela montre néanmoins que l'Akasa Euler TX est un très bon boitier.

Édité par iolivier le 20/04/2019 à 09:35
Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 20/04/19 à 09:43:54

(quote:41238:iolivier) ...

Ils proposent aussi un 8700T, mais il est rarement disponible. Je pense que le souci est aussi là et guide les choix d'un intégrateur. Après le principal c'est que ça passe, puis après tout on ne parle que d'un TDP de 65 watts (sachant que ça reste une valeur-palier et que le 8400 n'est pas franchement le plus gros de la gamme :transpi:)

Avatar de Burn2 Abonné
Avatar de Burn2Burn2- 23/04/19 à 08:16:51

Bonjour, merci pour ce test, ça serait possible d'avoir des photos de l'intérieur/démontage?

Sinon c'est effectivement un choix compact sympathique.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 23/04/19 à 09:39:25

(quote:41251:Burn2) ...

Il y en a ;)

Avatar de Burn2 Abonné
Avatar de Burn2Burn2- 23/04/19 à 09:58:17

Rho punaise, avec ma session à distance en 1024 je n'avais pas vu...

Désolé encore. :)

(quote:41257:David_L) Il y en a ;)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.

Votre commentaire

Avatar de lecteur anonyme
Avatar de lecteur anonyme

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact