Synology RS819 : un NAS rackable d'entrée de gamme avec Btrfs et ses instantanés

Gare aux détails
Synology RS819 : un NAS rackable d'entrée de gamme avec Btrfs et ses instantanés

Le RS816 de Synology a enfin un remplaçant. Le RS819 est officialisé par le constructeur et disponible chez de premiers revendeurs. Il est plus véloce, plus complet, mais aussi plus cher et avec quelques limitations.

Si l'on attend toujours que Synology fasse un pas en avant du côté de la puissance des processeurs intégrés à partir de son offre de cœur de gamme, le constructeur propose un nouveau modèle rackable : le RS819.

Il n'est pas totalement nouveau puisque déjà évoqué par la marque depuis quelques mois. Mais il est désormais annoncé et disponible. Il est basé sur un SoC Realtek 64 bits (RTD1296). Un changement qui peut paraître anodin, mais qui cache quelques surprises, dont une hausse du prix par rapport à l'actuel RS816.

Un CPU plus pêchu, mémoire doublée

Concernant le format, pas de surprise, il est inchangé : il s'agit d'un rack 1U comprenant quatre baies, extensibles à huit via un module RX418. Il est proposée dans les 570 euros, tout de même. Un tarif d'autant plus difficile à comprendre que c'est à peu près celui annoncé pour le RS819 : 650 euros. 

Dans la pratique, on le trouve à un peu plus de 700 euros chez certains revendeurs spécialisés en France. Le RS816 s'affiche pour sa part dans les 570 euros. Comptez 40 euros de plus pour son rail de montage.  Heureusement, cette hausse de prix n'est pas injustifiée, même si certains auraient sans doute apprécié une évolution technique à prix constant.

Pour rappel, le RS816 a été lancé il y a trois ans.

Synology RS819

On a droit à 2 Go de DDR4 plutôt que 1 Go de DDR3 pour le RS816. Il se place donc au niveau du RS818+, à un détail près : aucune extension n'est possible, contre un maximum de 16 Go pour le grand frère basé sur un Atom C2538 d'Intel (4C/4T à 2,4 GHz). Son SoC se trouve aussi à mi-chemin, avec quatre cœurs cadencés à 1,4 GHz.

Il exploite une architecture ARM53 et un GPU T820 MP3, capable de gérer VP9 et H.265 en 4K pour de la décompression, la compression pouvant se faire en 1080p au maximum. On le retrouve dans les DS118, 218 et 418 proposés dans l'offre grand public, vendus entre 180 euros et 420 euros.

On s'étonne d'ailleurs de voir Synology le présenter comme un NAS de Groupe 2 pour le transcodage vidéo, alors que les DSx18 avec le même SoC sont indiqués comme faisant partie du groupe 3. 

Côté réseau, on reste sur deux ports à 1 Gb/s avec agrégation possible, contre quatre pour le RS818+. Il fait aussi l'impasse sur la présence d'un port PCIe permettant l'utilisation de SSD M.2 ou d'une carte Multi-Gig, ou sur la possibilité d'une alimentation redondante. Sa consommation est donnée pour 10,1 à 28,3 watts, moindre que le RS816.

Ses performances sont annoncées pour 226/169 Mo/s en lecture/écriture.

Btrfs arrive, certaines limitations restent

L'arrivée d'un SoC 64 bits plus récent implique la compatibilité avec Btrfs, et donc la possibilité de profiter de la fonctionnalité de clones et instantanés. Le TRIM pour les SSD est également de la partie, mais attention, le nombre de volumes interne est limité à 64 contre 256 et 512 pour les RS816 et RS818+.

C'est là aussi d'autant plus étonnant qu'on ne retrouve pas ces chiffres sur les DS218/418 par exemple. On retrouve d'autres limitations partagées entre ces modèles sur le nombre maximal de connexions CIFS/AFP/FTP : 200, contre 256/500 sur les RS816/RS818+. À l'inverse, on passe bien de 30 à 500 connexions possibles sur Chat, même si le RS818+ grimpe à 1 500. Des points à étudier si vous comptez l'utiliser pour de nombreux utilisateurs.

Par rapport à un modèle sur base Intel, on note d'autres limitations logicielles, via des services non disponibles comme la gestion des fonctionnalités de haute disponibilité, la virtualisation, la gestion centralisée, MailPlus, la visionneuse de documents, certaines fonctionnalités de Moments ou l'antivirus McAfee.

Une évolution en demi-teinte

Le RS819 est un modèle bienvenu, venant apporter un peu de modernité dans une gamme où il fallait se contenter du vieillissant RS816. La hausse de prix reste légère, la garantie toujours de trois ans, avec la possibilité de l'étendre à cinq, ce qui n'était pas possible précédemment. 

Surtout que le RS818+, bien que plus véloce, est facturé pas moins de 970 euros par le constructeur. Tout cela pour un modèle équivalent, mais embarquant un CPU Intel à 104 dollars. Comme souvent, on a également du mal à comprendre certaines limitations appliquées, qui semblent tout à fait artificielles lorsque l'on compare cette machine à ses équivalents de la gamme DS. Chacun verra donc en fonction de ses usages.

Synology cherche sans doute ici à attirer ses clients vers la gamme supérieure. Mais la société devrait prendre garde, car elle pourrait finalement les inciter à rester sur des modèles DS ou à aller regarder chez la concurrence.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

7 commentaires
Avatar de Zaxe Abonné
Avatar de ZaxeZaxe- 12/04/19 à 08:44:30

Pour une TPE voir une petite PME ca peut le faire.

J'ai l'impression que Synology vise la vidéo survaillance avec ce modèle.

Pour le Btrfs, il n'y a plus que les constructeurs de NAS grand publique/pro qui y croient encore. Vu le nombre de société avec de gros capitaux comme Red Hat ont arrêté de consacrer de l'argent a son développement. Je reste sceptique sur ce choix technologique dont les grands nom ont fuit son développement.

Édité par Zaxe le 12/04/2019 à 08:48
Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 12/04/19 à 08:56:15

(quote:41100:Zaxe) ...

Il n'est pas plus pour la VS qu'un autre, disons que comme son SoC a plus de patate il sera plus intéressant que le RS816 là dessus, mais moins que le RS818+ qui gère plus de caméra. Les NAS Syno sont multi-usages, le client faisant fonction de ses besoins.

Pour Btrfs, on le voit sur pas mal de produits, à part dans de grosses (et coûteuses) solutions. J'ai plus l'impression que ZFS est passé de mode alors qu'à une époque tout le monde en parlait comme le Graal, notamment du fait de ses besoins en RAM et son évolution un brin chaotique.

Mais j'ai encore du mal à voir qui pourra venir le remplacer pour des usages Perso/Pro dans du NAS hors écosystème Windows. Ceph(FS) pousse pas mal, mais ça me semble peu adapté à l'usage visé, XFS ? Ce sera intéressant de voir ce que Red Hat pousse pour la v8.

Commentaire de David_L supprimé le 12/04/19 à 08:56:40 : Doublon

Avatar de taz.jr Abonné
Avatar de taz.jrtaz.jr- 12/04/19 à 09:57:10

Et sinon toujours pas d'applicance de la part de Synology ? J'attends cela de pied ferme...

Édité par taz.jr le 12/04/2019 à 09:57
Avatar de Fab'z Abonné
Avatar de Fab'zFab'z- 12/04/19 à 10:19:29

Il y a un point quand même top avec ces modèles c’est l’encombrement. Ça rentre dans une baie télécom’. Pratique pour servir de copie de sauvegarde à l'autre bout d'un bâtiment.

Avatar de Arona Abonné
Avatar de AronaArona- 12/04/19 à 10:24:49

Surtout faire bien attention sur les indications en terme du nombre de caméra gérées!

Sur notre installation, le NAS est donné pour 40, 18 caméras réglées en 1080p 24/7 et le CPU est à 80% en permanence (il était à 50% avec 10 caméras, aucun problème nous répond le support Synology).

Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 13/04/19 à 09:04:19

(quote:41108:Fab'z) Il y a un point quand même top avec ces modèles c’est l’encombrement. Ça rentre dans une baie télécom’. Pratique pour servir de copie de sauvegarde à l'autre bout d'un bâtiment.

Ou dans un placard avec une étagère 19" la plus simpliste possible (qui fait 4U chez moi, avec la box sur un plateau, un switch, une réglette pour les connexions et le NAS). J'ai un R815 dans mon placard depuis 2015, le fait qu'il fasse 30W maxi, c'est super important aussi bien pour la dissipation que pour la faible puissance pour le mettre sur un onduleur avec la box.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.

Votre commentaire

Avatar de lecteur anonyme
Avatar de lecteur anonyme

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact