Claviers « azerty » amélioré et bépo : retour en détail sur la norme volontaire de l'AFNOR

Tout ça pour écrire « sa va ? »
Claviers « azerty » amélioré et bépo : retour en détail sur la norme volontaire de l'AFNOR

Après des années de travail, la norme sur les claviers français est enfin publiée. Elle permet la mise sur le marché de modèles standardisés avec toute la panoplie de caractères supplémentaires. Vous n'aurez plus d'excuses pour ne pas mettre d'accent sur les majuscules (entre autres)... si les constructeurs jouent le jeu.

Cette semaine, l'AFNOR (Association française de normalisation) publiait sa norme sur les claviers français – NF Z71-300 – qui comprend deux types : azerty amélioré et bépo. 

« La norme c’est l’usage »

Ils offrent les mêmes possibilités d’écriture et permettent de saisir tous les caractères utilisés (langues française et régionales comme le corse, le breton et l'occitan), mais sont orientés vers des publics et usages différents.

Le premier reprend la disposition des lettres et chiffres de l'azerty traditionnel, avec près d'une soixantaine de nouveaux caractères dont les positions sur les touches ont été méticuleusement choisies. Azerty amélioré/optimisé s'inscrit dans la continuité : « Tout ce qui est l'usage actuel sera facilité par cette nouvelle norme », nous explique l'AFNOR.

Le second par contre, chamboule complètement l'ordre des touches, mais n'est pas nouveau. Le bépo est « déjà couramment utilisé au sein d‘une communauté d’adeptesreconnu comme proposant la disposition la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français et d’autres langues à alphabet latin, mais aussi pour la programmation ».

À l'occasion de la publication de la norme, un colloque était organisé à l'Assemblée nationale, dont le directeur général du groupe AFNOR, des représentants des ministères, mais un seul fabricant de claviers (Cherry). Nous nous sommes entretenus avec eux sur les ambitions du clavier français et ses années de gestation.

Cibler aussi large que possible pour n'oublier personne

L'objectif premier est de répondre à une problématique formulée par les usagers et les associations : « je veux écrire le français naturellement, est-ce que je dois mettre des accents sur les majuscules ? ».

Au-delà du respect des noms propres, il en va également de la compréhension d'un texte écrit en majuscules. Un exemple parmi tant d'autres : « Est-on INTERNE ou bien INTERNÉ à l’hôpital ? ». La position de l'Académie française est sans appel : « On ne peut que déplorer que l’usage des accents sur les majuscules soit flottant […] Il convient cependant d’observer qu’en français, l’accent a pleine valeur orthographique. […] On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À ».

Pour Jacques Krabal, député de l'Aisne et secrétaire général de l’APF (Assemblée Parlementaire de la Francophonie), la publication de cette norme est « loin d'être anecdotique » et s'inscrit dans « une nouvelle dynamique de la promotion du multilinguisme ». Il rappelle d'ailleurs que la France « ne disposait d'aucun document sur ce sujet ».

Pire encore, l'AFNOR ajoute que « des pays européens (Allemagne et Espagne par exemple) respectent souvent mieux l’écriture française que les Français ne le peuvent, car leurs claviers le permettent ». Les majuscules accentuées ne sont pas les seules pointées du doigt : doubles chevrons, ligatures, point médiant, tirets cadratin et demi‐cadratin, espace insécable, etc. la liste est longue.

En plus de permettre de mieux écrire les subtilités et caractères spéciaux des langues française, régionales et européennes (basées sur l'alphabet latin), la portée de cette publication est également politique. Elle permettra en effet aux employés de mairie d'être « mieux équipés pour écrire les accents sur les voyelles en majuscules », ajoute le député. Les marchés publics seront d'ailleurs importants pour promouvoir ces claviers (nous y reviendrons).

Olivier Peyrat, directeur général du groupe AFNOR, explique que les travaux ont essayé de prendre en compte le handicap pour « éviter la double punition ». Par exemple, le point est désormais directement accessible sans combinaison de touches, alors qu'il faut actuellement passer par Majuscule.

Du bépo à l'azerty amélioré avec Ergodis et l'AFNOR

La genèse du clavier azerty amélioré remonte en 2015. Le ministère de la Culture annonçait alors un projet de norme pour un clavier français, avec tous les caractères nécessaires pour écrire correctement la langue de Molière. Bien évidemment, c'est l'AFNOR qui a hérité du dossier. 

Certains n'avaient pas attendu pour chercher une alternative. C'est le cas des utilisateurs de claviers bépo qui ont commencé à plancher sur ce sujet sur des forums dès le début des années 2000. La première version est finalisée en 2008. « Le but premier du bépo n’est pas d’être plus rapide, mais plus confortable. On devient plus précis à la frappe, on fait moins de fautes et la vitesse s'améliore naturellement », nous expliquait Mimoza, un ingénieur informatique utilisant cette disposition et notamment impliqué dans l'association Ergodis.

Lors du colloque de cette semaine, Jean-Christophe Groult – représentant d'Ergodis – nous expliquait avoir contacté l'AFNOR lorsque le clavier bépo avait été finalisé, bien avant donc le projet du ministère de la Culture.

L'Association de normalisation n'avait par contre pas donné suite, car elle n'avait aucune demande allant en ce sens. En 2015, lorsqu'elle récupère le dossier du clavier français, elle n'a pas oublié cette proposition et se rapproche alors des utilisateurs de bépo. Depuis, un partenariat est né avec un développement en commun d'azerty amélioré et bépo.

Pourquoi justement choisir deux versions différentes ? Toujours dans l'optique de contenter un maximum de personnes : « Il y avait à la fois une très forte demande pour ne rien changer et une demande contradictoire, tout aussi forte, pour tout changer. Les membres de la commission de normalisation ont souhaité proposer deux modèles de claviers, qui offrent les mêmes possibilités d’écriture, tout en répondant à des usages différents ». 

Dans le cas de l'azerty amélioré et du bépo, les touches périphériques comme Tabulation, Verrouillage numérique, Ctrl, etc. ne sont pas normalisées même si leur emplacement est défini. Il faut par contre obligatoirement disposer des modificateurs de premier et second niveau – Maj et AltGr– dont les places sont fixes. 

AFNOR claviers françaisAFNOR claviers français

Identifier les caractères manquants

« Nous avons intégré absolument tous les caractères » affirme Olivier Peyrat, qui ajoute que l'ensemble des langues en alphabet latin présentes en Europe sont prises en charges par l'azerty amélioré et le bépo. La première étape était donc d'établir une liste exhaustive des besoins.

Les travaux passés du bépo et son expérience étaient précieux. Le but n'était pas de se limiter aux seules (et nombreuses) subtilités des langues, mais aussi de s'ouvrir aux contenus techniques, mathématiques, aux symboles monétaires, lettres grecques, etc. « Presque 60 caractères » ont ainsi été ajoutés. 

L'Association de normalisation revient sur un cas particulier et les raisons de son choix : le point médian. « Ce choix n’a pas été guidé par les débats sur l’écriture inclusive qui ont vu le jour parallèlement au projet de norme ». Il est notamment utilisé en catalan et en occitan ; c'est un marqueur phonétique qui a toute son importance. 

Interrogé sur d'éventuelles disparitions, Mathieu Nancel – chargé de recherche INRIA ayant participé à l'élaboration de cette norme – nous explique qu'un seul et unique caractère des claviers azerty traditionnels disparait : la barre verticale discontinue « ¦ ». Elle est remplacée par la barre verticale (pipe) « | », plus couramment utilisée. De fait, certains claviers utilisaient déjà une barre verticale en lieu et place de celle discontinue (AltGr + 6).

Placement des caractères : le long chemin du consensus 

La seconde étape, plus longue, concernait la disposition des caractères sur les touches. Une règle d'or était fixée : ne pas modifier l'emplacement des chiffres et lettres pour l'azerty amélioré. Du coup, « 93 % des positions connues aujourd’hui sont reconduites dans ce nouveau modèle. Les changements concernent certains signes tels que certaines voyelles accentuées, l’arobase, la ponctuation, le dièse (hashtag), les symboles monétaires, les accolades... ».

Pour aider dans ce travail de fourmis, l'équipe en charge du projet s'est appuyée sur un outil développé par plusieurs scientifiques européens (une partie de leurs publications sur ce sujet) permettant à la fois de proposer des dispositions en fonction de certaines préférences préétablies, mais aussi de quantifier les conséquences du déplacement d’un caractère suivant des critères mesurables comme la vitesse de frappe et l'ergonomie.

Impossible de détailler l'ensemble des pistes ayant abouti au clavier azerty amélioré normalisé, mais en voici quelques-unes : meilleure accessibilité des caractères les plus utilisés, symboles mathématiques et caractères similaires – ( et ) [ et ], @ et #, etc. – regroupés autant que possible dans un même endroit, etc. 

Il existe également des touches mortes, c'est-à-dire n'affichant pas directement un caractère, mais utilisées pour en compléter un autre. Par exemple, avec l'azerty un AltGr+è suivi d'un « u » donnent un « ù ». Il en était de même pour le « ¨ » et le « ^ ». Elles sont désormais bien plus nombreuses avec l'accent aigu en plus du grave, le macron, le caron, le rond en chef, les doubles accents, les points souscrits et en chef, la cédille, l'ogonek, etc. 

Pour le reste, l'AFNOR a appliqué sa méthodologie classique : rechercher le consensus des différentes parties prenantes, un long processus qui a demandé « énormément d’itérations et d’échanges » se souvient Olivier Peyrat. Pour rappel, une enquête publique a été lancée juin 2017 sur ce sujet, avec plus de 3 000 commentaires, un record pour l'AFNOR. Ils ont tous été lus avec « attention » et une bonne partie d'entre eux « a eu un impact ».

De son côté, bépo est repris tel quel. Il est « aujourd’hui reconnu comme proposant la disposition la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français, d’autres langues européennes basées sur l’alphabet latin, mais aussi pour la programmation. Inspiré de la disposition Dvorak anglophone, elle aussi normalisée aux États-Unis, bépo est disponible sous licence libre sur de nombreux systèmes d’exploitation », explique l'AFNOR. 

De quoi réduire les troubles musculosquelettiques ? 

Au-delà des caractères, l'ergonomie est un point important : un placement judicieux des caractères permet de limiter les mouvements et les torsions des poignets. La question des troubles musculosquelettiques (TMS) arrive rapidement sur le tapis. « Les muscles et tendons touchés sont essentiellement ceux de la nuque, des épaules, de la région lombaire, des poignets et des mains », explique l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Pour le moment, il n'y a par contre par « d'étude scientifique qui puisse démontrer le bienfait assuré » précise un intervenant du colloque, mais « on peut l'espérer ». Dans tous les cas, le clavier azerty amélioré et surtout le bépo sont spécialement étudiés pour améliorer l'ergonomie. 

Pour Alexandre Morais, président de la commission AFNOR Ergonomie,  les améliorations du clavier azerty « ne sont pas que physiques », la dimension cognitive ne doit pas être oubliée : disposer des bons outils est toujours mentalement plus agréable pour travailler. Il ne manque maintenant plus que des études scientifiques au long cours.

Règles de gravure et caractères invisibles

Maintenant que la liste des caractères et leurs emplacements sont définis, il est temps de passer à la troisième étape : la gravure des touches, qui est elle aussi normalisée. Avec la disposition azerty améliorée, chaque touche peut produire jusqu'à quatre caractères via une combinaison des touches de contrôles.

Voici le principe de fonctionnement : 

  • En bas à gauche : le caractère par défaut
  • En haut à gauche : accessible via la touche Majuscule
  • En bas à droite : accessible via la touche AltGr
  • En haut à droite : accessible via les touches AltGr et Majuscule

Pour éviter d'avoir un clavier complètement surchargé et donc illisible, les règles de l'AFNOR « déterminent ce qui va être affiché sur les claviers physiques », avec deux principes de bases : les touches alphabétiques ne contiennent qu'un ou deux caractères maximum, tandis que ceux des chiffres et symboles peuvent en avoir deux ou trois, pas plus.

  • AFNOR norme claviers français
  • AFNOR norme claviers français
  • AFNOR claviers français

Un site dédié a été mis en ligne par les chercheurs ayant travaillé sur ce projet (donc Mathieu Nancel). Il vous permet de comparer l'ancien et le nouveau et d'obtenir des informations sur les choix effectués.

Prenons le cas du point, désormais à la place de la virgule. Voici les raisons données par les chercheurs sur la vitesse de frappe, « les études ont montré que cet emplacement est plus rapide à saisir que de nombreux autres. Il faut en moyenne 0.131 s pour le saisir après n'importe quelle lettre. Ce symbole peut désormais être entré plus rapidement qu'avec l'azerty traditionnel (40.37 % en moyenne) ». 

Pour l'ergonomie, contrairement à l'azerty traditionnel, « la saisie de ce caractère ne requiert plus de rotation extrême du poignet ou d'étirement des doigts, ni de modificateurs (Majuscule, AltGr) ». Enfin, il devait être « placé à proximité de son emplacement sur l'azerty traditionnel et facile à localiser, car proche de caractères similaires, par exemple !  …  ,  ·  ?  ».

Encore plus de symboles grâce aux « modes »

Proposer jusqu'à quatre caractères par touche n'était toujours pas suffisant pour ce projet. L'AFNOR a donc décidé d'ajouter trois « modes » en plus de celui par défaut. Ils sont accessibles via une combinaison :

  • Monétaire : AltGr+F 
  • Lettres grecques : AltGr+G
  • Caractères européens : AltGr+H

Vous avez besoin d'écrire le symbole du won (monnaie de la Corée du Sud) ? AltGr+F puis W donnera un ₩. De même AltGr+G suivit d'un A donnera α (alpha), AlgGr+H puis D donnera ð (eth), etc. À chaque fois, la touche la plus « logique » du clavier est utilisée afin de pouvoir être devinée : A pour alpha, B pour beta, W pour wons, etc. 

Une fois le caractère spécial affiché sur votre écran, le mode par défaut revient automatiquement. Ici, on imagine bien l'intérêt de clavier où les touches peuvent changer d'affichage

  • AFNOR AZERTY amélioré mode monétaire
  • AFNOR AZERTY amélioré mode grecques
  • AFNOR AZERTY amélioré mode européen

Cherry, seul fabricant de claviers impliqué dans le projet

Maintenant que la norme est là, encore faut-il que ceux qui concoivent et vendent les claviers suivent le mouvement. Il s'agit pour rappel d'une norme volontaire qu'ils peuvent donc décider de suivre ou non, et adapter à leurs besoins. Le directeur général du groupe AFNOR nous précise qu'il n'y a pas (et qu'il n'y aura pas) de programme de certification ou de vérification. Le clavier étant un élément visuel, il est facilement vérifiable par les consommateurs. 

Lors du colloque, Cherry était aux côtés de l'AFNOR et du ministère de la Culture en tant que partenaire dans ce projet. Christine Delgado, responsable administrative du fabricant, nous explique qu'aucun modèle commercial n'est prévu à l'heure actuelle. Tout juste un prototype était-il présent. Il venait d'arriver, de petits ajustements ayant été apportés à la disposition des caractères de l'azerty amélioré jusqu'aux derniers jours avant sa publication.

Pour le moment, Cherry n'a aucune remontée d'utilisateurs à nous partager. Une dizaine de prototypes pourraient arriver prochainement pour en collecter et prêcher la bonne parole auprès de grands comptes. Le fabricant se veut optimiste : « Nous pensons qu’il n’y a pas de raison que ça ne prenne pas [...] les demandes vont arriver petit à petit », affirme la responsable... enfin au moins pour l'azerty amélioré.

Prototype AZERTY amélioré Cherry
L'actuel clavier azerty en haut, le même enazerty amélioré en bas. Crédits : Sébastien Gavois

Aucun clavier en production

Néanmoins, aucun modèle de série n'est en préparation pour l'instant. Cherry reste prudent et préfère attendre d'avoir une commande de quelques centaines ou milliers de pièces avant de se lancer.

Le constructeur n'a pour le moment pas prévu de lancer une commande groupée ou de passer par une campagne de financement participatif pour tester l'appétence de ses clients et/ou permettre aux intéressés de sauter le pas. Si Cherry était le seul fabricant impliqué dans la norme et présent au colloque, d'autres pourraient s'y intéresser. 

Olivier Peyrat se souvient d'une anecdote au sujet de la norme sur les avis Internet dont les travaux ont commencé en 2011. Le lendemain de sa publication, Amazon avait des avis certifiés alors que le revendeur n'était jamais présent durant les réunions préparatoires. De plus, il n'a jamais acheté cette norme.

Va-t-on avoir la même « surprise » sur les claviers ? L'avenir nous le dira.

Les pouvoirs publics à la rescousse pour pousser son adoption ?

Pour Christine Delgado, « l'important est que le projet soit mis en avant, essentiellement par l’administration française [...] Les instances gouvernementales vont jouer un rôle très important » dans la rapidité d'adoption, la disponibilité et les tarifs. Maxence Waerniers, adjointe à la direction des achats de l'État, se montre prudente : la première étape est de « présenter ces claviers » aux personnels afin de voir « si la norme rencontre l’adhésion ».

Un travail en collaboration avec le ministère de la Culture est prévu dans le cadre des supports d’achats interministériels ; un marché important avec environ 130 000 postes de travail (fixes et portables) renouvelés chaque année. Mais « il faudra que les constructeurs puissent répondre à la demande », posant les questions du coût, des délais, etc. Cherry n'avait aucune précision à nous apporter pour le moment.

Quid des pilotes ? L'ANFR ouvre grands les bras

Un point passe souvent sous les radars : les pilotes. Interrogé, Cherry s'en lave les mains et nous explique qu'il ne s'occupe que de la partie matérielle, pas du tout du logiciel, renvoyant la question aux systèmes d'exploitation.

Pour la disposition bépo, Ergodis liste plusieurs cas de figure sur son site. Elle propose des explications détaillées pour DOS, macOS et Windows. Bonne nouvelle pour les amateurs de manchots : « la disposition bépo est fournie par défaut sous GNU/Linux, BSD, OpenIndiana et Minix ».

Sous Android, un pilote libre disponible sur GitHub (licence MIT) permet de prendre en charge les claviers bépo en USB ou Bluetooth. Il n'y a par contre rien pour le moment sur iOS.

Pour l'azerty amélioré, le déploiement des pilotes pourrait être rapide si les utilisateurs sautent le pas en masse. En espérant que les premiers acheteurs ne paieront pas les pots cassés. L'AFNOR se dit prête à héberger les ressources nécessaires sur son site afin de leur donner une « légitimité » plus importante. Le colloque était d'ailleurs l'occasion d'engager des discutions en ce sens avec l'association Ergodis.

Enfin, un point sur les claviers virtuels. Pour le bépo, l'association Ergodis liste déjà plusieurs applications permettant d'en installer un sur Android. Pour l'azerty amélioré, l'AFNOR n'y voit aucun inconvénient et rappelle qu'une norme internationale prévue pour 2020 ou 2021. Seule recommandation d'ordre général : « il faut dans la mesure du possible essayer d’adapter la norme nationale sur le clavier en virtuel, au moins pour les premiers caractères mobiles et chiffres ».

Rendez-vous dans cinq ans

La norme sur les claviers français, comme toutes les autres, est payante. Une version allégée et gratuite pourrait être mise en ligne ultérieurement selon le directeur général de l'AFNOR, qui ne donne pas de calendrier. 

Le prochain rendez-vous aura lieu dans cinq ans pour rediscuter de la norme. Trois possibilités s'offriront à l'AFNOR : la reconduire en l'état pour cinq ans, la modifier pour y intégrer de nouveaux éléments ou la supprimer. Cette dernière possibilité, Olivier Peyrat « l'écarte d'office ». Pour le reste, tout devrait dépendre des retours des utilisateurs. 

Quoi qu'il en soit, il reste des emplacements libres pour évoluer et/ou ajouter de nouveaux caractères si besoin. Si l'azerty amélioré est spécialement pensé pour le français, l'AFNOR explique que sa norme peut également servir de base de travail pour être adaptée à d'autres langues latines avec des ajustements à la marge.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

47 commentaires
Avatar de Cocquecigrues Abonné
Avatar de CocquecigruesCocquecigrues- 05/04/19 à 15:15:06

Article très intéressant. Je me demande tout de même si ce besoin d'un nouvel azerty ne vient pas de la rigidité de Windows sur le mapping des touches. Je veux dire, sur un GNU/Linux, il me semble que changer le mapping des touches, c'est juste modifier un fichier ou ajouter un fichier dans la listes des mappings disponibles. Si Windows avait été aussi permissif sur ce sujet, est-ce que le besoin serait apparu ?

Avatar de sytoka Abonné
Avatar de sytokasytoka- 05/04/19 à 15:21:41

Yep, le clavier OSS sous GNU/Linux n'est pas parfait mais améliore déjà bien les choses avec les accents sous les majuscules ÉÈÂ... Donc on n'avait plus d’excuse depuis longtemps sauf à être un adepte des fenêtres ;-)

Avatar de stratic Abonné
Avatar de straticstratic- 05/04/19 à 15:29:42

(quote:40908:Cocquecigrues) Article très intéressant. Je me demande tout de même si ce besoin d'un nouvel azerty ne vient pas de la rigidité de Windows sur le mapping des touches. Je veux dire, sur un GNU/Linux, il me semble que changer le mapping des touches, c'est juste modifier un fichier ou ajouter un fichier dans la listes des mappings disponibles. Si Windows avait été aussi permissif sur ce sujet, est-ce que le besoin serait apparu ?

Je me faisais exactement la même réflexion. Sous Linux, avec un clavier Azerty standard, a part peut être les guillemets français qui n'ont rien d'intuitif, à l'usage, on ne ressent pas vraiment de besoins d'amélioration. Avec le même clavier sous Windows, heureusement que le correcteur orthographique est là pour compenser les manques.

Avatar de bast73 Abonné
Avatar de bast73bast73- 05/04/19 à 15:39:35

Je comprends pas trop votre questionnement sur Linux vs Windows ... dans tous les cas, il faut que les touches correspondent à celles écrites sur le clavier (surtout sur une nouvelle disposition de clavier, quand on a l'habitude d'un clavier, ça ne dérange pas). Donc tant que les claviers ne seront pas modifié "physiquement", peu d'utilisateurs adopteront un clavier ou l'autre. je ne me vois pas apprendre un clavier sans les touches écrites dessus.

Et le problème aujourd'hui, c'est qu'on a beaucoup trop l'habitude de nos claviers je pense. Je suis d'ailleurs le meilleur exemple de ça, travaillant dans un autre pays qui utilise le QWERTZ ... J'ai changé mon clavier pour utiliser l'AZERTY car j'ai trop l'habitude et pas envie de tout réapprendre (bon, au bout de plusieurs années, je gère les deux pas trop mal).

Après, c'est peut-être qu'un avis personnel, contre tout progressisme.

Avatar de Café In Abonné
Avatar de Café InCafé In- 05/04/19 à 15:39:42

Elles sont désormais bien plus nombreuses avec l'accent aigu en plus du grave, le macron, le caron, le rond en chef, les doubles accents, les points souscrits et en chef, la cédille, l'ogonek, etc.

Le macron et le caron, c'est pas les deux qui ressemblent à des petits trous de balle? :troll:

Cela dit déception pour l'azerty : toujours les chiffres sur les majuscules....

Avatar de Perfect Slayer Abonné
Avatar de Perfect SlayerPerfect Slayer- 05/04/19 à 16:48:07

(quote:40911:bast73) je ne me vois pas apprendre un clavier sans les touches écrites dessus.

J'ai bien appris le bépo avec un clavier azerty :fumer:

Avatar de stratic Abonné
Avatar de straticstratic- 05/04/19 à 17:08:04

(quote:40911:bast73) Je comprends pas trop votre questionnement sur Linux vs Windows ... dans tous les cas, il faut que les touches correspondent à celles écrites sur le clavier (surtout sur une nouvelle disposition de clavier, quand on a l'habitude d'un clavier, ça ne dérange pas).

Ça change pas mal de choses tout de même. Ne serait ce que la touche majuscule par exemple. Sous linux, on obtient des caractères accentués en majuscule. Avec le même clavier sous Windows, c'est une toute autre histoire...

Même si ce sont les mêmes touches, l'interprétation est différente, et beaucoup plus logique sous Linux. De base, il y a plus de plus de combinaisons disponibles que sous Windows (donc plus de caractères accessibles) , elle sont assez intuitives une fois que l'on a compris le principe, et on peut les personnaliser si celles des base ne plaisent pas.

Avatar de Tirnon Abonné
Avatar de TirnonTirnon- 05/04/19 à 18:34:08

(quote:40910:stratic) Je me faisais exactement la même réflexion. Sous Linux, avec un clavier Azerty standard, a part peut être les guillemets français qui n'ont rien d'intuitif, à l'usage, on ne ressent pas vraiment de besoins d'amélioration. Avec le même clavier sous Windows, heureusement que le correcteur orthographique est là pour compenser les manques.

Il n'y a aucun problème sous windows, il est très facile de créé son propre clavier, je l'avais fait sur un portable pour inverser &é"'... avec 1234 et placé les caractères de programmation ou je le voulais. Le seul problème c'est sans doute le maj-atlgr et ce qu'il y a de gravé sur les touches. Il suffirait à cherry de ne vendre qu'un sac de touches de remplacement pour y migrer facilement.

Avatar de Glandos Abonné
Avatar de GlandosGlandos- 05/04/19 à 19:21:15

(quote:40911:bast73) je ne me vois pas apprendre un clavier sans les touches écrites dessus.

C'est justement ce qui est recommandé pour la frappe : ne pas regarder son clavier. Pour l'apprendre, il vaut mieux imprimer une feuille que l'on place au même niveau que le bas de l'écran, car les allers et retours oculaires sont très fatigants, et ralentissent énormément.

Avatar de stratic Abonné
Avatar de straticstratic- 05/04/19 à 21:19:12

(quote:40917:Tirnon) Il n'y a aucun problème sous windows, il est très facile de créé son propre clavier, je l'avais fait sur un portable pour inverser &é"'... avec 1234 et placé les caractères de programmation ou je le voulais. Le seul problème c'est sans doute le maj-atlgr et ce qu'il y a de gravé sur les touches. Il suffirait à cherry de ne vendre qu'un sac de touches de remplacement pour y migrer facilement.

Je suppose que tu parle de l'utilitaire "remapkey", mais ça reste très limité. Grosso modo on ne peut que réallouer une fonction déjà existante a une touche, mais pas vraiment créer de nouvelles fonctions /modes résultants de combinaisons de touches où de nouveaux caractères. C'est ce qui manque sur windows, et que l'on trouve sous Linux. Par exemple, le truc tout bête sous Linux qui consisterait à "expliquer" à Windows que quand on est en majuscules, les caractères accentués le sont aussi, sans pour autant perdre la valeur attendue de la touche portant le caractère accentué quand on l'utilise combinée avec "shift", c'est impossible.

Sous Linux la palette du clavier est plus étendue. Tout ce qui est courant est déjà configuré par défaut. Le fait de pouvoir customiser le clavier, ça ne sert que si l'on a des besoins très spécifiques où des préférences/habitudes particulières.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5

Votre commentaire

Avatar de lecteur anonyme
Avatar de lecteur anonyme

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact