Pilotes 419.67 Game Ready (WHQL) : quelque chose déraille chez NVIDIA

Le marketing, c'est le mal
Pilotes 419.67 Game Ready (WHQL) : quelque chose déraille chez NVIDIA

Avec l'arrivée de pilotes Creator Ready 419.67, on trouvait que les choses commençaient à devenir un peu compliquées dans le monde des GeForce, tout ça pour des questions d'étiquettes marketing. C'était avant que NVIDIA n'annonce une nouvelle version 419.67, cette fois estampillée Game Ready et certifiée WHQL.

NVIDIA vient d'annoncer de nouveaux pilotes graphiques. Ils apportent le support du mode Battle Royale de Battlefield V : Firestorm, de Sekiro : Shadows Die Twice mais également des optimisations pour la gestion de RTX (ray tracing et DLSS) qui vient d'arriver dans Shadow of the Tomb Raider

Ils comptent deux nouveaux écrans ASUS G-Sync Compatible et une mauvaise surprise.

G-Sync compatible : lente évolution de la liste

Les VG258QR et VG278QR, gérant le rafraichissement variable et FreeSync, entrent dans la liste de ceux considérés conformes aux exigences de G-Sync, qui est donc activée par défaut. NVIDIA précise qu'ils respectent notamment le ratio de 2,4:1 dans la plage de fréquences supportée.

Il faut dire qu'il s'agit de simples déclinaisons de modèles déjà considérés compatibles, les 258/278 de Série Q, limités à 144 Hz. Ici, on a droit à une plage de fréquences pouvant varier de 40 à 165 Hz. Autant dire que leur intégration était la moindre des choses, on comprend d'ailleurs mal qu'elle ne soit pas intervenue plus tôt.

NVIDIA a pourtant les moyens de tester plus de deux écrans en trois semaines. Le constructeur chercherait-il à délayer ses certifications afin de faire parler régulièrement de G-Sync ? On espère que non. Quoi qu'il en soit, la liste comporte désormais 17 références de moniteurs compatibles.

Dénomination des pilotes : c'est déjà le bordel

Ces différentes annonces pourraient aussi chercher à masquer un point d'importance, à le faire passer à un plan secondaire dans le traitement médiatique de l'arrivée de ces pilotes : la numérotation déraille.

On le sentait venir avec l'arrivée des versions Creator Ready, qui ne sont pour rappel qu'une appellation marketing appliquée à une version particulière, permettant de mettre en avant des avancées pour les applications professionnelles. Mais on ne pensait pas que NVIDIA allait décider d'être aussi peu lisible.

En effet, après la version 419.67 Creator Ready (CRD) annoncée la semaine dernière, ceux du jour sont présentés comme des 419.67... Game Ready (GRD). Ils sont affichés comme certifiés WHQL par Microsoft, ce qui semble aussi être le cas de la précédente mouture à en croire ses notes de version

Ce document nous apprend d'ailleurs que les différences avec la version GRD sont assez minces puisque l'on trouve les mêmes élements au niveau des modules intégrés, des fonctionnalités ou des nouveaux profils 3D Vision. Seules les optimisations diffèrent. Pourquoi diable une telle décision ? Parce que NVIDIA doit tenir des dates.

NVIDIA Bordel Ready Drivers

Quand le marketing s'en mêle, l'utilisateur y perd

Ainsi, lorsque des pilotes Creator Ready introduisent des évolutions pour les applications professionnelles, celles-ci seront présentes dans la version suivante. Mais que faire lorsque des améliorations sont prêtes pour des jeux – devant respecter une date d'annonce précise – alors que ce n'est pas le cas de la fusion avec le dernier pilote ?

Cela empêche la déclinaison Game Ready d'utiliser un numéro de version supérieur. À l'inverse, utiliser un numéro inférieur pourrait laisser penser que les optimisations pour les jeux sont présentes dans le pilote Creator Ready, ce qui n'est pas le cas. NVIDIA a donc opté... pour un même numéro de version.

Le choix idéal aurait été d'attendre les pilotes fusionnés pour annoncer une version supérieure, mais la communication semble avoir eu ici le dernier mot, au risque d'ajouter de la confusion du côté des utilisateurs. Que doit faire le client qui utilise sa machine tant pour travailler que pour jouer ? Sans doute attendre de prochains pilotes.

Une évolution en parrallèle qui montre bien le problème dans la décision de NVIDIA de jouer avec ses branches de développement et des tags servant à sa communication, plutôt que d'avoir une véritable stratégie prenant en compte l'usage et le besoin des utilisateurs, quitte à communiquer moins souvent ou autrement.

Les pilotes de NVIDIA sur la mauvaise pente

Surtout que cette série de décisions vient s'ajouter à la longue liste des reproches que l'on peut faire au constructeur dans la gestion de ses pilotes. Ces derniers n'ont pas évolué sur le fond depuis des années, excepté à travers l'intégration forcée de GeForce Experience (GFE), nécessitant un compte connecté pour être utilisé. 

Certes, NVIDIA dispose des GPU les plus efficaces du marché, mais à regarder l'évolution des pilotes d'AMD, notamment depuis l'intégration de l'Overlay et de nombreuses fonctionnalités de gestion de l'énergie, on se dit que ses équipes ont des leçons à recevoir de la concurrence.

S'intéresser aux usages professionnels dans le discours est une chose. C'en est une autre de faciliter le quotidien de ceux qui ont des activités mixtes avec leur PC, réduire le poids de ses pilotes ou en finir avec la connexion obligatoire de GFE, voilà des actions demandées par les utilisateurs.

Et du côté des professionnels, notamment dans le calcul sur GPU et les serveurs où des OS tels que Linux sont majoritaires, proposer enfin un pilote open source digne de ce nom serait une bonne chose.

Un discours que NVIDIA ne semble pas encore prêt à entendre, enfermé dans une bulle où l'on croit encore que faciliter la vie de l'utilisateur est moins essentiel que de déployer de nouveaux artifices marketing. Le drame d'un marché où la concurrence est assez peu présente, sans doute.

Espérons donc que cela changera rapidement, au risque de voir AMD ou Intel s'emparer du sujet pour séduire un nombre croissant d'utilisateurs dans les années à venir. 

  • Introduction
  • G-Sync compatible : lente évolution de la liste
  • Dénomination des pilotes : c'est déjà le bordel
  • Quand le marketing s'en mêle, l'utilisateur y perd
  • Les pilotes de NVIDIA sur la mauvaise pente
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact