Asustor AS-U2.5G, carte PCIe : comment profiter d'un réseau à 2,5 Gb/s sur votre PC ?

Il est temps de passer à la vitesse supérieure !
Asustor AS-U2.5G, carte PCIe : comment profiter d'un réseau à 2,5 Gb/s sur votre PC ?

Alors que les ports réseau à 2,5 Gb/s se démocratisent sur les cartes mères et les PC portables, quelles sont les solutions pour ceux qui ne sont pas encore équipés et profiteraient bien d'un réseau local capable de transférer des données à près de 300 Mo/s ? 

L'arrivée du SFP+ dans la Freebox Delta l'a montré : disposer d'un réseau local à 10 Gb/s devient aisé. Mais cela nécessite encore un budget qui peut être assez élevé, surtout pour une installation complète.

En effet, la moindre carte réseau coûte toujours une centaine d'euros, même lorsqu'il s'agit de modèles dotés de ports RJ45. Sans parler des switchs dont le tarif grimpe également en flèche dès que de tels ports sont présents. L'une des initiatives les plus raisonnables à ce jour, le MS510TX(PP) de Netgear, s'affiche tout de même à 290 euros au minimum.

Pour pallier ce problème, les constructeurs travaillent depuis quelques années sur l'initiative Multi-Gig, qui consiste à dépasser la limite de 1 Gb/s (soit 128 Mo/s), sans forcément grimper à 10 Gb/s. De premiers produits arrivent sur le marché, à 2,5 ou 5 Gb/s, et se veulent bien plus accessibles. Mais dans la pratique, qu'est-ce que cela change ?

Mettre fin à la limite de 1 Gb/s

Tout d'abord il faut se poser une question : est-ce nécessaire de dépasser 1 Gb/s ? Tout dépend de vos usages et de vos besoins. Si vous ne faites que naviguer sur internet avec une connexion xDSL et que vous stockez plutôt vos données sur des périphériques USB (gare aux sauvegardes !) ce n'est sans doute pas une priorité pour vous.

Si vous disposez de la fibre optique avec un débit très élevé, que vous utilisez un NAS pour avoir une copie locale de vos données et que vous traitez régulièrement de gros fichiers, cela peut être nécessaire. Sans parler de ceux qui ont un besoin (semi-)professionnel, avec de nombreux appareils à 1 Gb/s interconnectés, qui peuvent nécessiter une liaison montante (uplink) à un serveur ou à une autre partie de leur réseau à un débit supérieur.

Car les 128 Mo/s d'un port Gigabit sont à peine le débit d'un disque dur récent, largement dépassé par des modèles haut de gamme comme les « Black » de fabricants tels que Seagate ou Western Digital. Sans parler des SSD qui sont, pour les moins rapides, capables de débiter des données à 500 Mo/s en copie séquentielle.

À l'heure du NVMe à plusieurs Go/s, de l'USB 3.x à 5, 10 ou 20 Gb/s et du Thunderbolt 3 à 40 Gb/s, le réseau local est rapidement le goulet d'étranglement d'une installation (avec l'avantage d'être exploitable sur de longues distances).  Et ès que l'on veut copier quelques dizaines de Go, cela prend du temps.

Voici la quantité de données copiées, en théorie, en 60s via les différentes normes :

  • 1 Gb/s : 7,5 Go
  • 2,5 Gb/s : 18,75 Go
  • 5 Gb/s : 37,5 Go
  • 10 Gb/s : 75 Go

Dans la pratique, retirez 10 % du fait du protocole Ethernet et un peu plus s'il s'agit d'un adaptateur USB arrivant à ses limites, comme nous l'avions vu lors de notre analyse du QNA-UC5G1T de QNAP.

2,5 Gb/s : pour l'instant, le meilleur compromis

Ce test nous avait d'ailleurs confirmé un point : il est encore difficile de trouver des produits grimpant à 5 Gb/s réellement moins chers que des solutions à 10 Gb/s. 

Certes, 90 euros c'était plutôt raisonnable pour un tel produit, mais c'est presque le tarif d'une carte 10 Gb/s au format PCIe. Dès lors, il peut être préférable de trouver une solution peut être moins rapide, mais bien plus accessible. Surtout que nombre de constructeurs se tournent actuellement vers le 2,5 Gb/s, estimant qu'il s'agit d'un meilleur compromis.

C'est surtout vrai sur le marché grand public ou le besoin d'un débit supérieur peut ne pas encore se faire sentir, bien qu'il faille dépasser 1 Gb/s pour couvrir certains besoins. C'est pour cela que l'on commence à constater que de tels ports sont de plus en plus souvent proposés sur des cartes mères et PC portables.

Autre avantage, un câble Cat 5e suffit, comme pour un réseau à 1 Gb/s :

Tableau RJ45 Réseau Câbles Catégories

Mais il y a surtout des fabricants proposant des puces prêtes à l'emploi, notamment Realtek qui est déjà très présent sur le marché. Intel devrait à son tour proposer sa solution d'ici quelques mois avec l'i225 dévoilée il y a peu. On trouve ainsi de premiers adaptateurs vendus pour quelques dizaines d'euros.

L'AS-U2.5G : pour les NAS d'Asustor et ceux qui n'ont qu'un port USB

Nous en avons sélectionné deux. L'un au format USB : l'AS-U2.5G d'Asustor. Il exploite un contrôleur Realtek RTL8156 annoncé l'année dernière, intégré dans une coque en plastique de 145 x 72 x 30 mm, pour un poids de 49 grammes. C'est l'un des avantages du 2,5 Gb/s, chauffant peu il ne nécessite pas de grosse dissipation.

La puce exploite ainsi un package Quad Flat No-leads (QFN), ne nécessitant pas de firmware ou de puce flash tierce pour fonctionner. Son interface passe par un port Type-C et le protocole USB 3.2 à 5 Gb/s, suffisant pour un tel produit. Il est parfait pour équiper un PC portable ou un NAS.

Il est d'ailleurs annoncé comme compatible avec les modèles AS31/32/50/51/52/53/61/62/63/64/70 de la marque. Il dispose de pilotes pour Linux, macOS et Windows. Ce ne sera pas le moins encombrant, mais il est vendu 45 dollars « seulement » par Asustor, soit une quarantaine d'euros. La livraison à l'international est comprise.

Notez d'ailleurs que lorsque nous l'avions découvert (et commandé), il était proposé à 36 dollars, soit un peu plus de 32 euros. Le constructeur a sans doute remarqué que c'était un peu trop attractif en fonction de ses frais de traitement. Pour le moment, aucun revendeur français ne le propose à son catalogue.

AS-U2.5G AsustorKalea 2,5 Gb/s

Une carte PCIe x1 pour une intégration plus discrète

Pour ceux qui voudraient plutôt une carte fille à intégrer dans leur PC, il y a le contrôleur RTL8125 de Realtek, lui aussi annoncé au Computex 2018. Il ne nécessite en effet qu'un port PCIe 2.0 x1 (soit 4 Gb/s), très facile à trouver puisqu'il s'agit d'une ancienne norme, une carte x1 pouvant être utilisée sur n'importe quelle taille de connecteur.

On retrouve cette puce dans un nombre croissant de produits, proposés par exemple pour une quarantaine d'euros environ via la marque Kalea, qui vend souvent de tels produits en avance de phase. Les pilotes Realtek sont là encore disponibles pour Linux, macOS et Windows, favorisant son utilisation sur différentes plateformes.

La carte est fournie avec une équerre classique par défaut, mais également une seconde « low profile » pour une intégration dans un petit serveur ou PC. La puce Realtek dispose d'un dissipateur. Pour le moment, aucun grand constructeur n'a annoncé de produit similaire, que ce soit du côté des fabricants de produits réseau ou de cartes mères.

Les switchs : la plaie d'un réseau Multi-Gig

Les constructeurs sont d'ailleurs en retard concernant une autre gamme de produits : les switchs. On ne trouve en effet presque aucune référence exploitant massivement le Multi-Gig à 2,5 ou 5 Gb/s. Pourtant cette solution n'est pas nouvelle, puisqu'elle a été poussée par l'alliance NBASE-T dès 2014, les 2.5GBASE-T et 5GBASE-T ayant ensuite été validés par l'IEEE fin 2016 à travers la norme 802.3bz. Tout convergeait ainsi pour des produits dépassant 1 Gb/s dès cette année.

Pourtant, de grands noms qui sont parfois assez réactifs comme TP-Link n'ont pour le moment pas bougé le petit doigt. Même chose chez D-Link ou Linksys, et même des constructeurs de cartes mères avec des ports à 2,5 Gb/s qui proposent des solutions réseau par ailleurs tels qu'ASUS.

Netgear propose bien des produits Multi-Gig, mais il faut compter au moins dans les 300 euros et aucun n'est massivement à 2,5 ou 5 Gb/s pour le moment. Le 10 Gb/s est en général présent, faisant grimper la facture. TRENDnet propose bien sa gamme Web Smart TEG-30102WS, avec huit ports à 2,5 Gb/s, mais aussi deux cages SFP+ pour un tarif de... 570 euros pour le modèle de base. Celui proposant du PoE+ (240 watts de budget) est à près de 840 euros.

Qui sera le premier à proposer un modèle de cinq à huit ports avec un tarif dans les 100/200 euros ? La question reste pour le moment posée. 

Quels débits dans la pratique ?

Reste à connaître les performances réelles de nos deux solutions. Pour cela, nous les avons installées sur une machine avec les derniers pilotes en date, équipée d'une carte mère Gigabyte Z390 Aorus Pro (disposant d'un connecteur USB Type-C à 10 Gb/s), d'un Core i7-9700K et de 16 Go de DDR4, fonctionnant sous Windows 10 dans son édition 1909. 

Un NAS QNAP TS453BT3 disposant d'un port à 10 Gb/s et de quatre HDD en RAID 0 était utilisé comme serveur, relié à un switch Netgear MS510TXPP. Nos deux produits 2,5 Gb/s étaient reliés à un port à 5 Gb/s. Nous avons effectué le transfert de 37 848,94 Mo d'images ISO, pilotes et vidéos depuis le NAS, via l'explorateur de fichiers Windows.

Voici nos résultats :

  • Port 1 Gb/s de la carte mère : 338 secondes, soit 112 Mo/s
  • Carte Kalea (RTL8125) PCIe x1 : 137 secondes, soit 276 Mo/s
  • Asustor AS-U2.5G (RTL8156) USB : 136 secondes, soit 278 Mo/s

Les résultats sont ceux attendus, 2,5 fois plus rapides qu'un port à 1 Gb/s, à un peu moins de 280 Mo/s. On est donc bien à un peu moins de 90 % de la limite maximale théorique du protocole (320 Mo/s). 

Il y a fort à parier que d'autres produits ne feront pas mieux, ils pourront néanmoins proposer des intégrations différentes à des tarifs plus ou moins élevés. L'adaptateur USB d'Asustor ne souffre pas d'un décalage supplémentaire, puisqu'il est encore loin des limites de l'USB 3.2 à 5 Gb/s qu'il utilise comme interface. Il n'a donc pas à rougir face à la carte fille proposée par Kalea qui utilise elle aussi un contrôleur Realtek. 

Tournez-vous donc vers l'un ou l'autre surtout selon vos besoins. Le premier à l'avantage de fonctionner sur n'importe quel type de machine tant qu'elle dispose d'un port USB 3.x avec un connecteur Type-C ou un adaptateur permettant un branchement sur un Type-A (dont on aurait aimé qu'il soit fourni dans le bundle). L'autre nécessitera de pouvoir connecter une carte PCIe x1, ce qui ne sera pas toujours possible.

  • Introduction
  • Mettre fin à la limite de 1 Gb/s
  • 2,5 Gb/s : pour l'instant, le meilleur compromis
  • L'AS-U2.5G : pour les NAS d'Asustor et ceux qui n'ont qu'un port USB
  • Une carte PCIe x1 pour une intégration plus discrète
  • Les switchs : la plaie d'un réseau Multi-Gig
  • Quels débits dans la pratique ?
S'abonner à partir de 3,75 €
28 commentaires
Avatar de Dyfchris Abonné
Avatar de DyfchrisDyfchris- 04/11/19 à 15:51:13
#1

Merci pour l'article

Autrement il y a l'option teaming qui fonctionne plutôt bien (dans la condition d'avoir le matériel)
PC avec 2Gb/s (sans avoir de SSD mais plusieurs DD en raid)
servers avec 4 ou 8Gb/s
j'utilise cette façon de fonctionner depuis quelques années.
Ok les cartes réseaux coute cher surtout quand tu touches de l'intel ou marvel mais le gain de temps n'est pas négligeable quand il s'agit de bosser.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 04/11/19 à 16:02:20
#2

undefined

Le souci du teaming reste qu'il faut le plus souvent deux téléchargement en // pour que ça soit opérant. Du coup ça invalide pas mal d'usages (notamment une transfert de fichier depuis un NAS par exemple). Mais ça peut être une bonne manière d'assurer plusieurs liens à 1 Gb/s dans un usage multi-clients par exemple (typiquement un serveur en entreprise)

Avatar de nitr0o Abonné
Avatar de nitr0onitr0o- 04/11/19 à 16:06:46
#3

Merci pour l'article

undefined

Concernant le teaming avec un NAS, cela ne permet en aucun cas de dépasser 1gbits sur un seul thread comme c'est le cas avec la solution proposée. (Et cela tant que les versions de SMB proposés par les NAS ne seront pas multi-threadés, ce qui n'est pas le cas des solutions Microsoft où le teaming peut bien permettre d'"additionner" les débits en SMB).

Édité par nitr0o le 04/11/2019 à 16:08
Avatar de KP2 Abonné
Avatar de KP2KP2- 04/11/19 à 16:24:16
#4

undefined

Il faut utiliser du LACP mais bon, ça reste touchy

Avatar de sdesbure Abonné
Avatar de sdesburesdesbure- 04/11/19 à 16:25:57
#5

il y a aussi ubiquiti avec le https://www.ui.com/unifi-switching/unifi-switch-xg-6poe/ (mais à 600$ :( ).
j'arrive pas à savoir si les gen2 (https://store.ui.com/collections/routing-switching/products/usw-16-poe par exemple) supporte le 10G...

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 04/11/19 à 16:27:32
#6

undefined

Oui donc tu touches 3 personnes qui ont la config complète (quand ça marche :D)

undefined

Comme dit dans l'article, ça revient à utiliser un swtich 10G cher pour des ports 2.5G. Cela a peu d'intérêt par rapport à des produits qui seraient correctement dimensionnés

Édité par David_L le 04/11/2019 à 16:29
Avatar de sdesbure Abonné
Avatar de sdesburesdesbure- 04/11/19 à 16:29:42
#7

undefined

en fait sur la news sur les gen2 (https://www.inpact-hardware.com/article/1301/ubiquiti-devoile-ses-switchs-unifi-gen-2-certains-avec-poe-802-3bt), ça renvoie vers la datasheet il y a pas de 2.5G :(

Avatar de sdesbure Abonné
Avatar de sdesburesdesbure- 04/11/19 à 16:30:31
#8

undefined

ah oui c'était juste que j'espérais qu'il fasse de même avec les gen2 !

Avatar de Balooforever Abonné
Avatar de BalooforeverBalooforever- 04/11/19 à 17:17:48
#9

@David_L : Je ne suis finalement qu à moitié d accord avec l article. Pour le surcoût, en pci-e je trouve qu il est limite plus intéressant de prendre une 10Gb (certe 2x plus cher) mais finalement plus futur-ready, non ?

En usb-c la question se pose, on ne trouve que du 5Gb à 90 euro (et au final 3,5Gb réel) donc pour le moment il n y a rien sauf du thunderbolt à .. 200 euros !

Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 04/11/19 à 17:18:34
#10

Est-ce que le 2,5G améliore quelque chose quant à la synchro de petits fichiers? J'ai rarement besoin d'autant de bande passante en séquentielle, mais sur les petits fichiers ça rame!

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.

Page 1 / 3

2000 - 2020 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact