Carte mère Aorus Xtreme X399 de Gigabyte : LAN à 10 Gb/s intégré

Parfaite... ou presque
Carte mère Aorus Xtreme X399 de Gigabyte : LAN à 10 Gb/s intégré

Les cartes mères pour Ryzen Threadripper sont désormais légion, mais elles sont parfois encore coûteuses. Sur un tel marché, il faut savoir faire la différence avec des caractéristiques qui montrent leur utilité. Gigabyte a opté pour un port réseau 10 Gb/s incitant à craquer pour son modèle haut de gamme.

Cet été, cela fera deux ans qu'AMD a mis sur le marché ses processeurs Ryzen Threadripper. Une petite révolution pour les utilisateurs de stations de travail et autres petits serveurs, puisqu'ils rendaient possible le fait de disposer de 16 puis 32 cœurs au sein d'une machine avec un seul socket/processeur, avec des fréquences de 3 à 4,35 GHz.

Le rêve pour ceux qui ont régulièrement des calculs lourds à effectuer, que ce soit pour de la vidéo, du rendu 3D ou même dans des environnements virtualisés. Surtout qu'AMD a fait tomber le coût par cœur à 60/70 euros sur de telles machines. Cela peut même aller plus bas si l'on regarde les tarifs de la première génération.

Un 1920X (12C/24T) est en effet vendu aux alentours de 410 euros, contre 700 euros pour un 1950X (16C/32T), soit 35/45 euros par cœur seulement.

Reste un problème sur cette gamme : la carte mère. En effet, le chipset X399 n'est intégré qu'à des modèles coûteux, avec un ticket d'entrée aux alentours de 330 euros. Mais lorsque l'on vise de tels usages, c'est rarement pour se contenter du minimum. Gigabyte propose justement un modèle haut de gamme avec port 10 Gb/s intégré et l'a mis à notre disposition : la X399 Aorus Xtreme. Est-ce vraiment un bon choix ?

Trois ports LAN, dont un à 10 Gb/s

Le constructeur a joué la carte de l'offre complète pour séduire les adaptes de Ryzen Threadripper. Il propose ainsi quatre modèles à base de chipset X399 avec un socket TR4. L'Aorus Xtreme est la plus chère, avec un tarif de 465 euros. C'est aussi la plus complète et la plus grande puisque c'est un modèle au format E-ATX (305 x 269 mm). 

De fait, elle doit être utilisée dans des boîtiers capables de l'accueillir. Cela exclu par exemple un modèle rackable comme le CS350 de SilverStone. Dommage pour une carte mère qui aurait pu viser les usages professionnels. Surtout qu'elle se distingue principalement par l'utilisation d'une puce réseau Aquantia AQC107 à 10 Gb/s en complément de deux Intel plus classiques (i210AT) à 1 Gb/s. Trois ports réseau sur une même machine, un rêve pour certains.

Le surcoût d'une carte fille à base d'AQC107 étant en général aux alentours de 110 euros, sa seule intégration peut justifier le tarif demandé par Gigabyte. Jusqu'à 500 euros, on peut donc la considérer comme plutôt accessible dans sa gamme au regard de ses caractéristiques. 

On regrette tout de même que le Wi-Fi 5 (802.11ac) ne gère pas les blocs de 160 MHz (1,73 Gb/s) et que le Bluetooth 4.2 soit de la partie plutôt que le 5. Une mise à jour du contrôleur utilisé serait la bienvenue. 

Gigabyte X399 Aorus Xtreme Panneau arrière

Une connectique et un bundle complets

Mais le reste des composants est plutôt à la hauteur. Trois connecteurs M.2 (Socket 3, Type M) sont présents sur le PCB, avec dissipateur et pad thermique. Tous acceptent des SSD PCIe 3.0 x4 ou S-ATA 6 Gb/s, deux étant au format 22110, le dernier en 2280. Avec support des RAID 0, 1 et 10.

Six ports S-ATA sont également présents, certains étant désactivés si des SSD M.2 S-ATA sont utilisés, bien entendu. Ils sont inclinés à 90°, placés assez bas pour ne pas être gênés par l'utilisation d'une carte graphique longue et double slot sur le premier port PCIe x16. C'est plutôt appréciable.

Côté USB, une puce ASMedia vient compléter ceux fournis par le SoC et le chipset. Ils sont répartis de la manière suivante :

  • Processeur :
    • 8x USB 3.1 Type-A (5 Gb/s) sur le panneau arrière
  • Chipset :
    • 1x USB 3.1 Type-A (10 Gb/s) sur le panneau arrière
    • 1x USB 3.1 Type-C (10 Gb/s) sur le panneau arrière
    • 4x USB 3.1 Type-A (5 Gb/s) sur le PCB
    • 4x USB 2.0 Type-A sur le PCB
  • ASMedia :
    • 1x USB 3.1 Type-C (10 Gb/s) sur le PCB

Les deux ports USB 3.1 à 10 Gb/s sont regroupés ensemble sur le panneau arrière, le Type-A étant distingué par sa couleur rouge. Il en est de même pour le port réseau à 10 Gb/s. 

La partie audio est gérée par une puce Realtek ALC1220-VB, déjà vue sur la B450I Aorus Pro de la marque. Elle gère le 7.1 avec un amplificateur capable de s'adapter à différents casques. Le rapport signal/bruit est annoncé à 120 db. cinq ports jacks sont présents à l'arrière de la carte, ainsi qu'une sortie S/PDIF optique.

On trouve également deux ports pour l'antenne Wi-Fi compacte, fournie dans le bundle avec six câbles S-ATA tressés (trois coudés), un pont SLi, un G-connector pour brancher facilement les boutons/LED en façade, des vis et supports M.2, une clé T20 pour ouvrir le socket, une autre (2,5 mm, hexagonale) pour retirer les dissipateurs M.2, deux thermistors, deux serre-câbles velcro, deux adaptateurs et deux rallonges RGB. Bien entendu, on trouve aussi le manuel et CD d'installation.

Deux boutons sont enfin présents tout en haut du panneau arrière, permettant soit de redémarrer la machine soit de remettre l'UEFI à zéro. 

Gigabyte X399 Aorus Xtreme

Prestations haut de gamme

Ryzen Threadripper oblige, aucune sortie vidéo n'est présente. On a par contre droit à quatre ports PCIe 3.0 x16 et un 1x. Dans la pratique, deux sont câblés en x16 (premier et troisième), les deux autres en x8. Cela permet de gérer jusqu'à quatre cartes graphiques double slot. 

La carte annonce un étage d'alimentation à 10+3 phases (Digital PWM, 50 A par phase). Outre le caloduc qui le surmonte, deux ventilateurs sont placés sous le bloc Thermal Armor, ce qui ne plaira sans doute pas aux amateurs de silence, même s'ils sont discrets. 

Gigabyte communique également sur les composants haute qualité utilisés sur cette gamme de produit, notamment des ports PCIe renforcés et plus simples à ouvrir. Le premier, assez proche du CPU et de la mémoire, demandera une certaine agilité. On apprécie par contre l'intégration du panneau arrière à la carte. 

Une plaque « Nano carbon » est placée sous le PCB, avec des pads thermiques sur les composants liés à l'alimentation. Pas moins de sept capteurs de température sont disséminés, ainsi que sept connecteurs PWM : quatre CPU/SYS, deux permettant de gérer une pompe de watercooling, un dernier pour un second ventilateur CPU (watercooling).

Quatre emplacements DDR4 sont placés de chaque côté du socket (quad channel, jusqu'à 3600+ MHz). Outre le connecteur ATX 24 broches, deux autres à huit broches sont présents en haut à droit de la carte. Un dernier (PCIe six broches) est situé aux cotés des ports S-ATA pour assurer l'alimentation des lignes PCIe.

Gigabyte X399 Aorus Xtreme PWM

D'autres petites attentions sont présentes sur le PCB comme un indicateur de code d'erreur, des LED de statut pour le CPU, la mémoire, la carte graphique ou le boot. La fonctionnalité Dual BIOS est présente, pouvant être désactivée via un interrupteur. On peut aussi opter pour l'UEFI principale ou celle de sauvegarde.

Le RGB est bien entendu de la partie avec deux connecteurs pour bandes 5050 fonctionnant à 5V ou 12V pour 2 A, jusqu'à cinq mètres et 300 LED, selon la configuration des jumpers. Faites donc attention à ce point avant de monter votre système. Deux autres (RGBW) permettent de gérer des bandes 5050 jusqu'à deux mètres (12 V, 2 A). Le tout est géré par l'application maison : RGB Fusion 2.0.

Un connecteur TPM est également présent. On note seulement quelques petits oublis comme des boutons Power/Reset sur le PCB ou des points de mesure de tension qui pourraient plaire aux overclockeurs.

Nous ne reviendrons pas ici en détail sur l'UEFI ou la suite logicielle de Gigabyte, déjà évoquée dans un précédent article. La X399 Aorus Xtreme ne fait que reprendre cette base, adaptée aux processeurs Ryzen Threadripper d'AMD. On regrette par contre toujours l'absence de solution simple pour une mise à jour sans CPU connecté.

Un bon produit, aux rares imperfections

Cette carte tient donc ses promesses. Il s'agit d'un modèle haut de gamme, sans excès, au contraire d'une ROG Zenith Extreme d'ASUS (600 euros) par exemple.

On apprécie la présence d'une triple connectique réseau, dont du 10 Gb/s. Mais aussi de la pléthore de connecteurs USB 3.1, du bundle complet ou encore la possibilité de connecter jusqu'à quatre cartes graphiques et trois SSD M.2. On regrette seulement que Gigabyte n'ait pas fait un choix identique à MSI sur sa MEG X399 Creation sur ce point, en proposant une carte fille avec quatre emplacements, ne serait-ce qu'en option.

Cela permet d'obtenir un RAID NVMe efficace et bien ventilé, sans trop avoir à se prendre la tête au moment du montage, notamment vis à vis de l'emplacement des cartes graphiques. 

Vendue à 465 euros, cette carte a de sérieux atouts. Face à elle, on ne trouve que la Fatal1ty X399 Professional Gaming d'ASRock (460 euros), MSI continuant à faire l'impasse sur le Multi-Gig ou les 10 Gb/s, même sur des cartes vendues à plus de 400 euros. Impensable en 2019.

Le modèle ASRock reprend les caractéristiques de la X399 Aorus Xtreme, mais au format ATX, avec un connecteur U.2 et huit ports S-ATA. Le choix se fera donc selon la marque qui a votre préférence ou le besoin de ces caractéristiques complémentaires. Car sur de tels budgets, ce ne sont pas 5 euros qui feront la différence.

Ce contenu est désormais en accès libre

Il a été produit grâce à nos abonnés, l'abonnement finance le travail de notre équipe de journalistes.

ou choisissez l'une de nos offres d'abonnement :

12 commentaires
Avatar de mrlafrite Abonné
Avatar de mrlafritemrlafrite- 14/03/19 à 15:39:23

C'est la déferlante de test de CM ! <3 avec les doigts !

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 14/03/19 à 15:41:09

(quote:40280:mrlafrite) ...

Disons qu'on teste le format, sur différentes marques/gammes/positionnement, on verra ce qu'on fait pour la suite fonction des retours :chinois:

Avatar de Nunurse Abonné
Avatar de NunurseNunurse- 14/03/19 à 16:54:03

(quote:40282:David_L) Disons qu'on teste le format, sur différentes marques/gammes/positionnement, on verra ce qu'on fait pour la suite fonction des retours :chinois:

On kiffe :D

Avatar de xillibit Abonné
Avatar de xillibitxillibit- 14/03/19 à 17:38:48

en complément de deux Intel plus classiques (i210AT) à 1 Gb/s.

Realtek ils sont devenus mauvais pour que les fabricants de cartes mères mettent pratiquement que des puces Intel i210AT ?

Il est ou le port SFP+ ? Oui je sais il n'y en a pas

Édité par xillibit le 14/03/2019 à 17:40
Avatar de Whinette Abonné
Avatar de WhinetteWhinette- 14/03/19 à 18:31:31

Dommage d'avoir opté pour du 8P8C en place d'un sfp+.

Avatar de LordZurp Abonné
Avatar de LordZurpLordZurp- 14/03/19 à 20:57:21

(quote:40287:xillibit) Realtek ils sont devenus mauvais pour que les fabricants de cartes mères mettent pratiquement que des puces Intel i210AT ?

ils ont été bons ? :fumer:

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 15/03/19 à 05:47:56

(quote:40289:Whinette) Dommage d'avoir opté pour du 8P8C en place d'un sfp+.

C'est la pratique courante sur les cartes mères (sans doute pour des raisons de place/design/habitude des clients), le design et l'intégration de l'AQC107 étant plutôt connu. Dans la pratique c'est pas vraiment le cas le plus compliqué à gérer (surtout qu'en grand public, on a encore souvent des produits 8P8C plutôt que SFP+)

Édité par David_L le 15/03/2019 à 05:48
Avatar de raoulh Abonné
Avatar de raoulhraoulh- 15/03/19 à 09:52:35

Perso je me suis monté une workstation et j'ai opté pour cette carte mère pour mon threadripper, et je ne suis pas décu, c'est vraiment une excellente carte mere qui respire la qualité. Elle est vraiment imposante, le seul reproche c'est la pietre qualité de l'UEFI... Certaines options sont imbitables, mal traduites, voir sans aucune doc (merci google...). Et sans parler de l'OC... j'ai mis des barettes de ram qui sont censés tenir l'OC assez haut, et la carte mere s'emballe en continue, crash, reboot, et j'en passe. C'etait hyper galère de trouver les bon timing (la detection auto est complement foireuse...) qui font pas crasher le systeme. Comparé à ce que fait Asus, on est loin...

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 15/03/19 à 10:16:40

(quote:40309:raoulh) ...

Tu n'avais pas de profils XMP pour la mémoire ou c'est parce que tu voulais monter plus haut ? Ce sont des modèles certifiés pour Ryzen/TR ou un kit sans précision sur la compatibilité ? La compatibilité de la RAM ça reste vraiment le gros souci des mobos, surtout quand on veut monter en fréquence.

Avatar de raoulh Abonné
Avatar de raoulhraoulh- 15/03/19 à 14:45:11

(quote:40312:David_L) Tu n'avais pas de profils XMP pour la mémoire ou c'est parce que tu voulais monter plus haut ? Ce sont des modèles certifiés pour Ryzen/TR ou un kit sans précision sur la compatibilité ? La compatibilité de la RAM ça reste vraiment le gros souci des mobos, surtout quand on veut monter en fréquence.

Les profils XMP etaient détectés, mais quand je valide la machine boot plus... Je suis obligé de faire un reset de l'UEFI et de recommencer la config de 0. Les RAM sont des corsair vengeance pro noté à 3600Mhz, elle passent max a 3000Mhz en reglant a la main les timings. Elles ne sont pas notés sur la liste de compatibilité de la CM, mais c'est probablement car elle sont sorties apres la carte mere.

Dans tous les cas, l'UEFI est vraiment pas terrible pour la config, et le support de l'OC plus que passable. D'ailleurs si je touche au moindre reglage d'OC pour le CPU, ca crash direct au boot. Je suis donc obligé d'etre en stock pour le CPU, et OC a 3000Mhz pour la ram et c'est stable comme ca. Je suis un peu décu que les ram tiennent pas au moins du 3200/3400...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2

2000 - 2019 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact