Image Boost : comment fonctionne l'upscaling des Radeon Pro d'AMD ?

Bien !
Image Boost : comment fonctionne l'upscaling des Radeon Pro d'AMD ?

Afficher une image 4K sur un écran 1080p, une idée un peu folle ? Dans le domaine des jeux vidéos, cela peut avoir ses limites, notamment en termes de performances. Mais pour les professionnels, ça peut être intéressant. AMD l'a bien compris et propose désormais un mode Image Boost sur ses Radeon Pro.

Récemment, AMD annonçait la mise en ligne des pilotes Radeon 19.Q1 pour Radeon Pro. Dans les notes de version, une nouvelle fonctionnalité était mentionnée : Image Boost.

Présentée comme « permettant le calcul d'une image à une plus grande définition (jusqu'à 5K) que celle de l'écran, puis de l'adapter à celui-ci », elle a éveillé notre curiosité. De telles mécaniques existent déjà pour les jeux vidéo sur l'offre grand public, mais comment l'adapter à des applications et à un environnement professionnel ?

Car la zone de rendu 3D n'est pas forcément l'écran entier ou même une fenêtre en particulier. Pour en savoir plus, nous avons demandé à AMD de nous fournir une Radeon Pro WX 8200.

Un air de déjà vu

Calculer une image dans une définition supérieure à celle de l'écran, pour l'afficher ensuite à sa définition native, cela vous dit quelque chose ? C'est tout à fait normal.

NVIDIA a dès 2014 introduit la fonctionnalité Dynamic Super Resolution (DSR) à ses pilotes. L'objectif était alors de permettre à ceux qui n'avaient encore qu'un écran 1080p de calculer la scène dans une meilleure définition pour obtenir une qualité d'image supérieure. Une idée intéressante, mais limitée à l'époque par l'impact sur les performances.

AMD a suivi le mouvement peu après avec Virtual Super Resolution (VSR). Depuis, des studios ont décidé d'implémenter de telles fonctionnalités directement dans les options de leurs jeux.

C'est sur ce principe que repose Image boost, avec une contrainte : dans une application de modélisation 3D par exemple, ce n'est qu'une partie de l'espace de travail qui peut réellement profiter un tel « upscale ». Mais comment faire ? Plutôt que de se prendre la tête, le père des Radeon a décidé d'opter pour la solution la plus simple.

Quelques conditions à respecter

Dans les paramètres des pilotes, la fonctionnalité prend en effet la forme d'un simple curseur, à activer ou non. Comme VSR. Il est apparemment sans action, les pilotes n'apportant pas de détails.

AMD ne fournit pas non plus sur son site de guide pratique concernant Image Boost. Nous avons néanmoins pu trouver un document détaillant la manière dont on doit l'exploiter. On y apprend que Windows 7 et 10 (à partir de l'April Update) sont supportés.  Il faut aussi disposer d'une Radeon Pro WX 2100, 3100, 4100, 5100, 7100, 8200 ou 9100.

L'activation se fait de manière individuelle, pour chaque écran connecté. Aucun ne doit être 4K.

Image boost : comment ça marche ?

Une fois le panneau de configuration lancé (clic droit sur le bureau > Réglages Raden Pro), rendez-vous dans les paramètres d'affichage. Il suffit de cliquer sur l'option Image Boost pour l'activer.

AMD Radeon Pro Image BoostAMD Radeon Pro Image Boost

Lorsque c'est fait, de nouvelles définitions apparaîtront dans les paramètres d'affichage de Windows. En effet, à défaut de ne pouvoir agrandir qu'une partie précise d'une application, AMD applique l'upscaling à... toute l'image. Dans le cas de notre écran 1080p nous pouvons opter pour trois définitions :

  • 2560 x 1440 pixels (+33 %)
  • 3200 x 1800 pixels (+ 66 %)
  • 3840 x 2160 pixels (+ 100 %)

AMD conseille d'adapter les paramètres d'upscaling de Windows pour retrouver un affichage proche de la définition d'origine. Ainsi, avec un écran 1080p mais une image en 2160p, le paramètre doit être placé sur 200 %.

Dans la pratique, cela permet d'obtenir un espace de travail jusqu'à deux fois plus grand, mais d'apparence similaire. Si cela ne va pas changer grand-chose pour de la navigation web, il en est tout autrement lorsque vous utilisez des applications de rendu 3D, de traitement photo/vidéo, etc.

Surtout, cela n'a que peu d'impact sur les performances. Afficher une image plus grande n'a que peu d'effets hors d'un rendu 3D en temps réel. Et effectuer le calcul d'une scène nécessitera toujours le même temps. Mais le fait d'avoir une zone de travail comportant plus de pixels a un net avantage sur le confort de travail.

En effet, vous pouvez y afficher des éléments 4K ou avec une très bonne définition nativement, le tout étant ensuite adapté à l'écran. Cela peut être pratique dans des situations de mobilité où la définition de l'écran n'est pas toujours très bonne, ou pour des usages via Remote Workstation par exemple.

Pour le vérifier, il suffit de lancer Blender (2.79) et d'ouvrir un modèle comme Blenderman pour constater le résultat. Sur nos captures, effectuée depuis la sortie HDMI avec un HD60 d'Elgato, on voit nettement la différence de définition et l'intérêt que cela apporte :

AMD Radeon Pro Image Boost Comparatif Sans Image Boost / Avec Image Boost

De l'intérêt des fonctionnalités pratiques

Image Boost est donc un ajout bienvenu aux pilotes Pro d'AMD. On se demande d'ailleurs pourquoi il n'a pas été implémenté plus tôt, VSR existant depuis des années.

Dans tous les cas, cela semble assez représentatif de la volonté de la société de travailler non seulement à ses performances et à sa certification, mais également sur des fonctionnalités qui, bien que pouvant apparaître comme mineures, peuvent avoir un intérêt au quotidien.

Certes, ce n'est pas sur de tels éléments que l'on fonde le choix d'un produit plutôt qu'un autre. Mais une somme de petits détails de ce genre peut faire la différence aux yeux de certains.

  • Introduction
  • Un air de déjà vu
  • Quelques conditions à respecter
  • Image boost : comment ça marche ?
  • De l'intérêt des fonctionnalités pratiques
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact