Boîtier SilverStone CS01-HS : la base de notre premier NAS maison

Bientôt dans un rack ?
Boîtier SilverStone CS01-HS : la base de notre premier NAS maison

Plutôt que de vous demander quel NAS choisir, si vous construisiez le vôtre ? C'est ce que nous avons commencé à faire. Et avant d'évoquer la question du système d'exploitation, on vous détaille nos choix en matière de composants, notamment du boîtier adapté à un tel usage.

La protection des données n'est plus un enjeu vital que pour les grandes entreprises. PME et particuliers commencent progressivement à comprendre à quel point ils doivent assurer la préservation de leurs fichiers, qu'il s'agisse de leur comptabilité, de documents administratifs ou d'une vie de photos/vidéos.

Stockage en ligne et local sont complémentaires

Si les services de stockage en ligne ont un temps été présentés comme la solution ultime, favorisés par la gratuité ou le faible coût de certaines solutions, on a depuis vu leurs limites. Notamment le fait impliquant de confier des informations parfois sensibles à un tiers, dont les conditions et le modèle économique peuvent changer du jour au lendemain. Sans parler du besoin de disposer d'une connexion internet adaptée.

Cela ne peut donc pas être la seule option des utilisateurs, qui ne doivent voir dans ces services dans « le cloud » qu'un complément à utiliser, notamment pour disposer d'une sauvegarde « hors site ». Cette dernière pouvant être chiffrée pour assurer un bon niveau de protection et de respect de la vie privée.

Le stockage local a donc encore de beaux jours devant lui, les fabricants l'ont bien compris. Il peut passer par l'utilisation de nombreux disques durs dans une machine, internes ou externes. Mais le plus sage est encore de se reposer sur un NAS dédié, accessible depuis le réseau local ou de manière distante, avec redondance des données.

Au-delà des solutions clé en main, parfois facturées au prix fort, opter pour un PC maison est une piste intéressante à envisager. Pour l'explorer, nous avons monté une machine qui nous servira à tester les différentes solutions logicielles. Elle se base sur le boîtier CS01-HS de SilverStone.

Besoin de performances ? Gare aux prix des NAS

Alors que le besoin en stockage local se fait croissant, les constructeurs de NAS étendent leurs gammes de produits et multiplient les fonctionnalités. Mais ils le font à un coût qui peut parfois être jugé prohibitif. En effet, la simple mise à jour d'un processeur peut être facturée plusieurs centaines d'euros, sans que cela ne se justifie.

Il s'agit en effet d'une simple segmentation de la gamme, principalement sur des fonctionnalités logicielle, où la concurrence joue encore assez peu son rôle. L'utilisateur n'a de son côté que peu de choix, puisqu'il n'existe que quelques acteurs sur ce marché. Il peut néanmoins décider de miser sur des solutions open source.

Ainsi, outre ADM (Asustor), DSM (Synology), QTS (QNAP) ou encore ReadyNAS OS (Netgear), on peut utiliser des systèmes et des outils comme FreeNAS, NextCloudOpenMediaVault, Proxmox, Syncloud. Selon les cas ils misent plus sur le stockage, la synchronisation et l'accès distant, le multimédia ou encore les fonctionnalités de virtualisation. Il existe aussi des alternatives plus commerciales, fonctionnant sur n'importe quelle machine, comme Unraid.

Cette volonté d'une plus grand ouverture se retrouve également dans le matériel comme on peut le voir avec des initiatives qui s'inspirent du Raspberry Pi, mais avec plus de puissance. Il y a bien entendu le projet Helios4, mais également ceux portés par Orange Pi ou HardKernel (Odroid).

Se monter son propre NAS

Si l'on veut aller plus loin, il faut pour le moment se reposer sur un processeur x86 et ce bon vieux PC. Il existe ici des plateformes et des cartes mères qui peuvent être très intéressantes pour ceux qui ont un budget serré. On pense notamment aux Atom d'Intel et leurs dérivés sous la marque Celeron/Pentium. 

Le format mini ITX est ici souvent utilisé car il permet un stockage dans une machine compacte, où toute la place peut être laissée à plusieurs HDD/SSD. La J4105-ITX d'ASRock peut être un bon choix à moins de 100 euros. Elle embarque quatre ports S-ATA 6 Gb/s et un Celeron J4105 de la génération Gemini Lake. Celui-ci dispose de quatre cœurs cadencés entre 1,5 et 2,5 GHz pour un TDP de seulement 10 watts. Il peut donc être utilisé de manière passive.

Mais on l'a vu, de telles solutions peuvent être limitées en performances. Notre objectif étant de pouvoir utiliser notre NAS gérant de petits services via une machine virtuelle (plutôt que d'utiliser des Raspberry Pi) tout en profitant du RAID et du chiffrement, il nous faut un processeur avec un peu plus de « patate  ».

ASUS P10S-I

Nous avons donc réutilisé la base de notre serveur 1U, à savoir : une carte mère ASUS P10S-I (185 euros) et son module IPMI 2.0 ASMB8-iKVM (40 euros), un processeur Core i7-6700K (4C/8T, jusqu'à 4,2 GHz), un ventirad compact (27 mm d'épaisseur) Engine 27 1U de Thermaltake (50 euros) et 2x 8 Go de DDR4 Corsair (100 euros). Nous y avons ajouté une carte réseau 10 Gb/s ASUS XG-C100C (110 euros) afin de pouvoir effectuer des transferts rapides.

Les quatre cœurs devraient être suffisants pour l'usage visé, qui ne nécessitera que très rarement une grosse puissance de calcul, tout en permettant d'avoir suffisament de performance pour le stockage avec des débits à plus de 1 Go/s. Le module IPMI simplifie la gestion distante de la machine. Elle peut donc être placée dans un coin même peu accessible de la maison, tant qu'elle y est reliée au réseau.

Quel boîtier choisir ?

Il faut maintenant trouver un écrin à tout cela. Notre objectif est de disposer de six emplacements de 2,5" extractibles, dans un espace le plus compact possible. 

Ici, on a plusieurs solutions. On pourrait opter pour un boîtier classique en utilisant un rack à connecter à la carte mère. Cela évite de passer par du Mini ITX, mais il faut ajouter le coût du rack, 65 euros dans le cas d'un MB326SP-B d'Icydock, sans parler de l'encombrement de la machine.

Des constructeurs proposent bien des modèles spécialisés, comme le SVD-NC11-4 d'Eolize (130 euros), mais il se limitent le plus souvent à quatre baies. C'est là que SilverStone intervient avec son CS01. Dans sa version HS (Hot Swap) il remplit en effet toutes les cases : compact, six baies 2,5", mini ITX et emplacement pour une carte fille low profile.

SilverStone CS01-HSSilverStone CS01-HSSilverStone CS01-HS

Le CS01-HS de SilverStone

Il existe en deux coloris : noir (SST-CS01B-HS) et argent (SST-CS01S-HS). Tout en hauteur, ses dimensions sont de 322 x 210,5 x 210 mm pour 4,29 kg. Il est dôté de poignées et de pieds, de quoi faciliter son transport et le refroidissement. La partie inférieure est équipée d'un ventilateur de 120 mm (1200 tpm pour 19,7dBA) et d'un filtre à air amovible.

Le chassis est en acier, la coque extérieure en aluminium brossé et sablé. La finition est plutôt bonne, l'ensemble donnant une impression de solidité assez prononcée. Sur la façade avant, outre le logo de la marque, on ne trouve qu'un bouton et une diode (Power). La façade arrière est pleine, sans ouverture.

Et pour cause : tant la carte mère que l'alimentation ou les six baies aboutissent sur le haut du boîtier. Cela se fait en contrebas de la façade avant, ce qui permet de cacher le passage d'éventuels câbles. D'autant qu'une encoche permet d'organiser le passage des câbles.

SilverStone CS01-HSSilverStone CS01-HS

L'alimentation se fixe sous la baie de stockage (alimentée par deux Molex), contre la façade avant. La carte mère est placée contre la façade arrière, le ventilateur du CPU ne devant pas dépasser 68 mm. Un montage inhabituel et un peu destabilisant, mais qui permet de laisser un espace central permettant la circulation de l'air. 

Il impose également une certaine rigueur dans l'ordre de montage. En effet, il faudra bien penser à passer les câbles S-ATA avant d'insérer l'alimentation et la carte mère, à installer et connecter les différents composants sur celle-ci avant de la mettre en place. Mais si l'on suit les étapes du manuel, la procédure est finalement assez simple et le montage prend très peu de temps.

Notez qu'en plus des six baies externes, deux internes (12,5 mm au maximum) sont présentes, permettant de connecter jusqu'à huit HDD/SSD 2,5". Deux ports USB 3.x Type-A sont également de la partie.

Quel coût total ?

Nous avons acheté la version noire (165 euros) avec une alimentation SX500-LG v 2.0 (85 euros). Les modèles SFX et SFX-L sont supportés (jusqu'à 130 mm). Cette référence a l'avantage d'être entièrement modulaire et de fournir jusqu'à 500 watts de puissance. Elle pourrait ainsi nous être utile pour d'autres projets.

Vous pouvez opter pour des modèles inférieurs, mais ils ne seront pas beaucoup moins chers. Le modèle le plus accessible est ainsi la SFX Power 2 de BeQuiet! (300 watts) proposée à un peu moins de 60 euros.

Nous avons également du utiliser un adaptateur Mini-SAS HD permettant d'obtenir quatre ports S-ATA (20 euros) en plus de deux nativement présents sur le PCB de la carte mère. Au final, l'ensemble sans CPU et HDD/SSD nous a coûté un peu moins de 800 euros. Soit entre 1 000 et 1 100 euros avec le processeur.

SilverStone SX500-LG v 2.0 Mini-SAS HD S-ATA

C'est le coût d'un DS1718 de Synology (970 euros) avec huit baies et 2x 10 Gb/s, mais seulement 4 Go de mémoire et un processeur Annapurna AL-314 (4 cœurs Cortex A-15 à 1,7 GHz, 32 bits). Le TVS-951X-8G de QNAP  (1070 euros) a de son côté droit à 5+4 baies, mais 8 Go de mémoire et un Celeron 3865U (2 cœurs à 1,8 GHz, Kaby Lake). 

Le fonctionnement de la machine est plutôt bon dans son ensemble. La température du processeur est située entre 21°C au repos et 82°C lorsqu'il est fortement sollicité (rendu 3D) sur une longue durée. La consommation à la prise varie de 22 à 94 watts. Attention au ventilateur inférieur, légèrement bruyant si vous le laissez fonctionner à plein régime.

Reste maintenant à découvrir quel est l'OS le plus adapté.

  • Introduction
  • Stockage en ligne et local sont complémentaires
  • Besoin de performances ? Gare aux prix des NAS
  • Se monter son propre NAS
  • Quel boîtier choisir ?
  • Le CS01-HS de SilverStone
  • Quel coût total ?
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact