G-Sync Compatible : comment utiliser un écran FreeSync/Adaptive Sync sur une GeForce

VRR partout
G-Sync Compatible : comment utiliser un écran FreeSync/Adaptive Sync sur une GeForce

NVIDIA supporte enfin le standard de la VESA pour le rafraichissement variable des écrans. Une bonne nouvelle après plusieurs années à ne promouvoir que sa solution G-Sync. Le constructeur est ainsi le seul à pouvoir exploiter les deux solutions. Voici comment ça marche.

Au CES de Las Vegas, NVIDIA l'a annoncé : les pilotes mis en ligne ce 15 janvier apportent le support des GeForce RTX 2060, mais également celui des écrans FreeSync/Adaptive Sync.

Pour rappel, il s'agit de synchroniser l'affichage de la carte graphique et celui du moniteur. Dès qu'une image est prête, elle est envoyée directement puis affichée, là où le fonctionnement classique se faisait à fréquence fixe (60 Hz, 144 Hz, etc.) ou au maximum de la capacité du GPU (même si l'écran ne pouvait pas suivre).

FreeSync et G-Sync : l'heure de la réconciliation

Cela impliquait des effets indésirables, notamment le tearing (déchirures) et le stuttering (saccades). NVIDIA a donc travaillé sur une solution maison, G-Sync, qui fonctionne grâce à un module implanté dans les écrans de ses partenaires. De son côté, AMD a construit sa solution FreeSync autour du standard de la VESA : le Variable Refresh Rate (VRR) du protocole Adaptive Sync. 

Ce dernier a été adopté par de nombreux constructeurs d'écrans, mais aussi de TV ou encore la Xbox One de Microsoft. Elle utilise en effet une puce AMD, notamment pour sa partie graphique.

NVIDIA G-SyncNVIDIA G-Sync

Si la solution d'AMD n'a pas tout de suite donné pleine satisfaction, notamment en raison de la trop grande liberté accordée aux constructeurs d'écrans qui avaient tendance à en abuser, elle s'est progressivement améliorée (avec l'arrivée du LFC). Elle a dans tous les cas l'avantage d'être standard et ouverte, et ainsi moins coûteuse que le G-Sync de NVIDIA. 

Mais elle ne fonctionnait de fait pas avec les GeForce, comme les Radeon ne peuvent utiliser G-Sync, qui est propriétaire mais reconnu pour être plutôt efficace. Face aux critiques récurrentes sur le sujet, NVIDIA a décidé de changer son fusil d'épaule et de revoir la définition de son offre G-Sync.

G-Sync se veut plus ouvert

Celle-ci se découpe désormais en trois : 

  • G-Sync
  • G-Sync Ultimate
  • G-Sync Compatible

Les deux premiers cas correspondent aux écrans qui utilisent le module FPGA propriétaire de NVIDIA, la version Ultimate étant celle certifiée avec HDR (entre autres critères). Ces écrans subissent une batterie de tests avant d'obtenir leur certification, et sont donc plus chers que la moyenne.

NVIDIA G-Sync

G-Sync Compatible correspond à des écrans FreeSync/Adaptive Sync qui ont eux aussi été validés par le constructeur. Ils subissent ainsi des tests (plus basiques) visant à vérifier que l'utilisateur ne rencontrera pas de problèmes dans la pratique. Sur plus de 500 écrans testés, pour le moment, seuls 12 ont été validés. 

S'ils ont obtenu le label, ils peuvent bénéficier d'une activation par défaut de G-Sync dans les pilotes à partir de la version publiée aujourd'hui (417.71). L'utilisateur branche son écran à une GeForce et n'a rien à faire. Sinon, la fonctionnalité doit être activée manuellement. 

Quelques conditions à respecter

Il y a néanmoins quelques restrictions : il faut disposer d'une GeForce de série 1000 (Pascal) ou 2000 (Turing) et utiliser le DisplayPort. Le fonctionnement n'est en effet pas encore assuré via le HDMI, ce qui arrivera dans un second temps.

Dommage pour ceux qui comptaient en profiter sur une télévision. Il en est de même pour les configurations multi-GPU où un seul écran G-Sync peut être géré avec le rafraichissement variable pour le moment. 

Comment procéder à l'activation ?

NVIDIA précise que la fonctionnalité de rafraichissement variable doit être activée sur votre écran, parfois un paramètre sera proposé dans son menu, parfois non (et ce sera donc automatique). 

Si votre écran est reconnu comme compatible, une notification sera affichée en bas à droite de votre écran sous Windows 10 : G-Sync compatible display connected. Un clic vous mènera aux paramètres G-Sync du panneau de configuration NVIDIA. C'était bien le cas de notre Acer XG270HU connecté à une GeForce RTX 2060 :

G-Sync FreeSyncG-Sync FreeSync

Si votre écran n'est pas reconnu, vous devrez accéder à ce panneau manuellement (via un clic droit sur le bureau). Dans la section Configuration de G-Sync vous pourrez activer ou non l'option. Elle pourra être mise en place en mode plein écran et/ou avec les applications fenêtrées. Ce sera à vous de choisir selon vos habitudes.

Si cette section n'apparaît pas, NVIDIA évoque une autre possibilité : se rendre dans Gérer les paramètres 3D, activer G-Sync dans Technologie du moniteur. Si ce n'est pas proposé, c'est sans doute que votre écran n'est pas compatible ou pas encore reconnu.

NVIDIA précise que vous pouvez toujours modifier la résolution ou augmenter la fréquence d'affichage et voir si cela change quelque chose.

Comment vérifier si G-Sync fonctionne ? 

Il n'y a pas d'indicateur permettant de voir si le rafraichissement variable est actif ou pas, mais le ressenti en jeu doit être relativement différent, notamment lorsque la carte graphique produit peu d'images par secondes.

Pour faire la démonstration de sa technologie, NVIDIA avait créé une démonstration fin 2013 : Pendulum. Elle est accessible à tous et peut être utilisée afin de vérifier si vous constatez des effets de déchirement ou de saccades.

Elle pèse un peu moins de 42 Mo et peut être utilisée avec différents angles de vue, en modifiant le framerate pour créer des situations où l'affichage du moniteur pose problème en l'absence de rafraichissement variable, etc.

G-Sync FreeSync
  • Introduction
  • FreeSync et G-Sync : l'heure de la réconciliation
  • G-Sync se veut plus ouvert
  • Quelques conditions à respecter
  • Comment procéder à l'activation ?
  • Comment vérifier si G-Sync fonctionne ? 
S'abonner à partir de 3,75 €

2000 - 2021 INpact MediaGroup - SARL de presse, membre du SPIIL. N° de CPPAP 0321 Z 92244.

Marque déposée. Tous droits réservés. Mentions légales et contact